Après le passage d’Ado à Abobo, samedi – Un mort – Un policier molesté – Un bus de la Sotra saccagé


Le jeune Coulibaly Ismaël Junior, la vingtaine révolue, seraient ‘’apprenti-gbaka’’ à la gare d’Adjamé. Il a été abattu par le sergent-chef Sidibé Youssouf, policier en fonction à la Brigade de surveillance des personnalités (Bsp), le samedi 18 septembre 2010, aux environs de 15h à Abobo-Anador. Le drame s’est produit, peu après le passage du président du Rdr, Alassane Dramane Ouattara (Ado), qui devait animer un meeting et échanger avec les animateurs de la casse d’Abobo. Le déferlement humain, à cet endroit, et les questions de sécurité ont contraint le candidat du Rdr à ajourner ses activités. Selon les informations, c’est donc un quart d’heure après le départ d’Ado, que Coulibaly Ismaël Junior a été tué. En représailles, une foule nombreuse s`est déchaînée contre le policier qui a tenté de trouver refuge dans un bâtiment. Manque de pot pour lui, il a été repéré par la foule qui l’a battu à sang avant de l’abandonner pour mort. Alertés, les éléments de la Crs 1 dirigée le commissaire Djédjé Gbagro Bertin sont intervenus pour éviter un second drame. Que s’est-il passé entre la victime et son bourreau, pour que le pire se produise ? Les explications varient d’un individu à un autre. Toutefois, il revient constamment dans les versions qu’il y a eu une altercation entre le policier et le jeune Coulibaly. Le sergent-chef a dégainé et tiré à bout portant sur le jeune homme et l’a atteint à la tête. Qu`est ce que Junior a pu bien dire d`aussi grave au policier, pour mériter ce sort ? Seul le sergent-chef a la réponse à cette interrogation. Aussitôt après la mort de Coulibaly, une marée humaine s’est ruée sur le flic qu’elle a lynché. Le sergent Ouattara Moumouni, un élément du Cecos, qui a suivi toute la scène depuis l`immeuble qu`il habite, dans les environs, a volé au secours de son collègue, en danger. C`est l`erreur qu`il ne fallait pas commettre. Il a été lui aussi molesté. Toutefois, il a réussi à sortir le sergent-chef des griffes de la foule puis l’a conduit dans son appartement, vite pris d`assaut par la cohorte de mécontents qui menaçait d`y mettre le feu. Sur instruction de sa hiérarchie, le commissaire Djédjé Gbagro Bertin, commandant de la Crs 1 a mis ses hommes en branle, pour aller protéger les deux agents de l`ordre en difficulté. Et cela, appuyés des éléments de la Crs 2. Ainsi le pire a-t-il été évité par les deux unités d`intervention des Crs 1 et 2, qui ont réussi à exfiltrer le sergent-chef Sidibé Youssouf et le sergent Ouattara Moumouni, conduits à l`hôpital de la police, au Plateau. Après les faits, le maire de la commune, Adama Tounkara s`est déporté sur les lieux. Et avec un mégaphone, il a appelé les manifestants au calme. Il était accompagné de quelques chefs religieux de la communauté musulmane de la commune. Mais ces appels de l`autorité municipale n`ont pas émoussé l`ardeur des populations déchaînés qui ont saccagé un bus articulé de la Sotra qui circulait dans le périmètre, au moment des faits. C`est suite à l`exfiltration des deux policiers que le calme est revenu. Une enquête a été, aussitôt, ouverte pour situer les responsabilités. Hier, le maire d’Abobo a rendu visite à la famille du disparu à Abobo-Marley et a promis de prendre en charge, les obsèques.

FOFANA Mambé
Soir Info

Commentaires facebook

Publié par bleble