Aéroport Félix Houphouët-Boigny – La Douane saisit une valise d’armes

La subdivision des stupéfiants et des drogues des Douanes ivoiriennes a réalisé un beau coup de filet la semaine dernière, à l’aéroport international Félix Houphouët-Boigny de Port-Bouët. Le jeudi 23 septembre 2010, les hommes du capitaine Gaha Léhi Honoré ont saisi une valise contenant quatre coffrets dont chacun renfermait un pistolet de 9 mm de fabrication autrichienne. La valise de couleur rouge est arrivée à Abidjan par un vol de la compagnie Emirates en provenance d`Afrique du sud, le mercredi 22 septembre dernier. Le colis suspect était donc au fret et faisait partie d`un lot de bagages et marchandises non accompagnés à dédouaner. Sa saisie a été possible grâce à une information anonyme parvenue au chef de la Subdivision des stupéfiants et des drogues des Douanes, le capitaine Gaha Léhi Honoré, deux semaines avant l`atterrissage du vol EK76417 EK787/19. Exploitant minutieusement cette information, le capitaine et ses hommes, avec la collaboration de leurs collègues des services douaniers de l`aéroport, n`ont eu aucun mal à mettre la main sur la valise dont le destinataire n`a pas daigné se présenter pour dédouaner son colis. La valise rouge a été confisquée par la Douane et une enquête a été ouverte pour faire toute la lumière sur cette saisie. Comment Emirates a pu transporter des pistolets jusqu`à Abidjan dans une valise aux effigies de la compagnie? A qui appartiennent ces armes et à quel usage sont-elles destinées? S`agit-il d`un fait isolé ou d`un trafic régulier d`armes vers la Côte d`Ivoire? Autant de questions que l`enquête permettra d`élucider. D`ici là, le capitaine Gaha Léhi Honoré, joint au téléphone, a salué la collaboration des services douaniers de l`aéroport, notamment de la Direction régionale d`Abidjan-sud (DRAS), dont l`appui a permis de réaliser ce coup de filet. Puis, il a souhaité que les autres services en fassent autant pour faciliter la tâche à ses hommes pour l`efficacité des contrôles portant sur les drogues et les armes. Convaincu que « toute action de développement ne peut être exécutoire et efficace que dans un climat de sécurité », cet expert en lutte contre les stupéfiants et les drogues a fait savoir que la Subdivision qu`il dirige dispose de l`expertise, de solides réseaux d`informations et d`agents spécialisés qui n`attendent que la collaboration des autres services de première ligne aux différents points névralgiques de l`économie ivoirienne, pour réaliser des prouesses. Faut-il le rappeler, c`est à partir d`une information reçue par cette subdivision et son chef et diffusée à tous les services des FDS et aux autorités compétentes que la Côte d`Ivoire a pu éviter une autre catastrophe écologique en mai dernier. Un bateau pollueur qui approchait les côtes ivoiriennes à cette époque a vite été intercepté et refoulé vers Amsterdam.


H. Oulaï

L’Intelligent d’Abidjan

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires