TOGO: un présumé complice de Kpatcha GNASSINGBE extradé d’Abidjan

Le présumé complice de Kpatcha Gnassingbé, Kassiki Esso Dieudonné accompagné par un responsable de la police Togolaise (en veste).(Photo: Bosson Honoré)

Recherché pour complicité de tentative d’atteinte contre la sûreté de l’Etat togolais, courant 2009, à Lomé, M. Kassiki Esso Dieudonné a été arrêté ce 29 Septembre à Abidjan par la police judiciaire ivoirienne et remis aux autorités de son pays ce 30 Septembre.

C’est le ministre de la Sécurité et de la Protection civile du Togo, le Colonel Mohamed Atcha Titikpina, qui est venu en personne dans un avion spécial chercher le prévenu à la base aérienne du GATL (Groupement aérien de transport et de liaison) d’Abidjan-Port Bouet, ainsi que les scellés et pièces à conviction composées d’un pistolet automatique, un ordinateur et une forte somme d’argent.


Le ministre togolais a salué les autorités ivoiriennes pour la diligence dont elles ont fait preuve dans cette affaire. « Merci pour la suivi de la gestion de ce dossier qui nous préoccupe depuis 2009 », a-t-il indiqué. Avant de souligner que le Togo et la Côte d’Ivoire sont deux pays frères qui travaillent toujours ensemble.

C’est pourquoi, il a tenu à avertir « tous ceux qui seraient tenter de semer des troubles dans la sous-région. Ils seront traqués partout où ils seront pour répondre de leurs actes ».

Bien avant le ministre de la Sécurité et de la Protection civile du Togo, le directeur de cabinet du ministre de l’Intérieur, M. Tokpa Vehi Etienne, représentant son patron, après avoir remis M. Kassiki Esso Dieudonné a soutenu que l’exécution diligente de ce mandat d’arrêt international, « traduit la volonté du gouvernement ivoirien de lutter en synergie avec les pays membres de la sous-région ouest-africaine, contre la criminalité transfrontalière, sous toutes ses formes ».

M. Tokpa Vehi Etienne avaient à ses côtés le directeur de la police judiciaire, le commissaire Niagne Honoré.

Faut-il le rappeler, courant 2009, plusieurs personnes dont cinq officiers avaient été interpellées et écrouées au Togo pour tentative d’atteinte contre la sûreté de l’Etat, en même temps que le demi-frère du président togolais Faure Gnassingbé, le député Kpatcha Gnassingbé.

Théodore Kouadio
FratMat

Commentaires facebook

Publié par bleble