Le président Bédié aux populations de Bloléquin, hier: « Il faut être aveugle pour nier le bilan négatif des refondateurs »

Monsieur le Secrétaire général du PDCI-RDA,

Monsieur le Ministre Banzio Dagobert, Député et Délégué départemental du PDCI-RDA de Blolequin,

Honorables membres des instances du PDCI-RDA, Vénérables Chefs traditionnels et coutumiers, Vaillants Secrétaires généraux des sections du PDCI-RDA, Intrépides Présidents des Comités de base du PDCI-RDA,

Madame la Présidente de l`Union des Femmes du PDCI-RDA,

Monsieur le Président de la Jeunesse du PDCI-RDA,

Mesdames les responsables locales de l`Union des Femmes du PDCI-RDA, Coordination de Blolequin,

Messieurs les Responsables de la Jeunesse du PDCI-RDA, Coordination de Blolequin,

Militantes et Militants de Blolequin,

Voici déjà trois jours que je séjourne dans cette belle région du Moyen Cavally à la rencontre des vaillantes populations qui nous accueillent avec tant d`amitié et tant d`enthousiasme partout où nous sommes passés. Une fois de plus, cela ne se dément pas ici, à Bloléquin, village natal de l`un des grands serviteurs de l`Etat de Côte d`Ivoire, feu le colonel Oulaï Zahon Gaston qui a été, avec le général Thomas d`Aquin Ouattara, l`un des artisans de la mise sur pied de notre armée nationale.

Je voudrais, avant toute chose, saluer respectueusement la mémoire de ce vaillant soldat qui, malgré sa position, a été l`artisan de l`implantation ici, de notre grand parti, le PDCI-RDA.

A Duékoué comme à Toulépleu, je me suis contenté de vous parler de la tâche qui nous attend et qui nous amène chez vous. J`en ferai de même ici à Blolequin car, à quelques jours du premier tour de l`élection présidentielle tant attendue, c`est ce qui est le plus important. Vous me permettrez de vous indiquer toutefois que le combat que nous menons, en venant à vous comme nous l`avons fait ailleurs, est un combat noble. Nous luttons en effet pour sauver notre pays. Notre combat dépasse celui d`un parti politique, le PDCI-RDA.

Nous estimons en effet avoir une responsabilité nationale qui nous oblige à nous préoccuper du bien-être de l`ensemble de la population et non d`une portion, si importante soit-elle.

Pendant le temps qui sera consacré à la campagne électorale proprement » dite, nous devrons confronter, comme les refondateurs le souhaitent, le bilan du PDCI-RDA au bilan du FPI. Nous devrons montrer que face à cette Côte d`Ivoire aujourd`hui défigurée, humiliée, en l`espace d`une dizaine d`années, nous du PDCI-RDA, avons su et pu mettre notre pays au peloton de tête des nations africaines. On ne peut en effet nier les avancées significatives accomplies sous les régimes du Président Houphouët Boigny et sous mon mandat, aux plans Politique, économique, social et culturel. Le bilan des refondateurs ne peut se faire que par rapport à ces données, or il faut être aveugle pour ne pas constater que ce bilan est simplement négatif et à certains points catastrophique. Tout observateur honnête remarquera que la Côte d`Ivoire a reculé partout!

Nous devons donc mettre tout en œuvre pour ramener le pays à la place qu`il occupait et donner à l`Ivoirien, ce qu`il souhaite le plus aujourd`hui: un repas conséquent par jour, la possibilité de se soigner et d`envoyer ses enfants à l`école. Vous aurez observé qu`en vue de se maintenir au pouvoir et donc d`aggraver les conditions qui sont les nôtres aujourd`hui, les refondateurs et leur chef ont entrepris, de parcourir le pays en visites dites d`Etat, alors qu`en réalité, il s`agit de campagnes électorales voilées. Comme à l`accoutumée, des promesses fallacieuses sont faites alors que pendant dix ans, et disposant de budgets colossaux pour quarante pour cent (40%) seulement du territoire, rien, absolument rien, n`a été fait. Ce n`est pas en quelques jours que l`on viendra bitumer des voies dans certaines contrées et que l`on vous rendra votre santé. Il faut être naïf pour croire de telles balivernes. Vous aurez noté qu`avec une légèreté incroyable, le chef des refondateurs a distribué ici et là, des communes, des sous-préfectures et des départements, sans se soucier des moyens de mettre en service ces structures. Visiblement, ces gens se moquent des Ivoiriens.


Il y a donc aujourd`hui, un seul mot d`ordre.

Les Ivoiriens, s`ils aiment véritablement leur pays, doivent, comme un seul homme, se rendre dans les bureaux de vote le 31 octobre 10, avec un seul objectif, celui de chasser ces irresponsables responsables des malheurs des Ivoiriens.

Ils doivent être remplacés par de vrais gestionnaires, des gens compétents crédibles et dévoués à la cause du pays.

Il se trouve que le PDCI-RDA, notre parti, dispose en quantité et en qualité, de personnes sages, remplissant ces critères, c`est-à-dire l`expérience et la compétence. C`est la raison pour laquelle votre décision sera simple, claire et nette déjà dès le 31 octobre et plus tard au cours des autres consultations électorales. Je suis venu vous dire que le PDCI-RDA a porté son choix sur ma personne pour défendre ses couleurs. Vous choisirez donc, pour gérer la Côte d`Ivoire, le président Henri Konan Bédié, président du PDCI-RDA. Par votre vote, vous lui remettrez le pouvoir car il a l`expérience nécessaire et son bilan parle pour lui.

Militantes et Militants du PDCI-RDA, Populations de Blolequin,

Vous connaissez les grandes ambitions que j`ai toujours nourries pour notre pays .Ma vision de la Côte d`Ivoire, mon projet de société et mon programme ont été largement diffusés depuis 1995 .Par ailleurs, depuis le 22 septembre 2007, je parcours le pays où j`expose à la nation entière cette vision qui se résume dans la formule toujours d`actualité,  » Le progrès pour tous et le bonheur pour chacun « .

Pour me permettre de mettre en chantier ce vaste projet, vous devez voter pour moi, le 31 octobre 2010 ; mais vous devez surtout savoir voter et c`est à cette tâche que je vous convie à présent. Votre imposante mobilisation de ce jour doit se traduire dans les urnes, par le bulletin de vote, bien rempli dans la case réservée à cet effet, que vous déposerez dans l`urne.

Or l`expérience montre que remplir ce bulletin n`est pas toujours chose facile surtout pour nos militants qui ne savent pas lire et écrire. C`est la raison pour laquelle, pendant les quelques jours qui nous séparent de la date du premier tour, la tâche essentielle des responsables politiques et des militants devra consister à apprendre à voter. Nous ne devons pas perdre cette élection parce que nos militants ne savent pas voter. Tout doit être mis en œuvre pour que chaque militant, chacun d`entre vous, sache poser les actes qu`il faut, c`est-à-dire cocher la case prévue au titre du candidat du PDCI-RDA et bien entendu, mettre ce bulletin dans l`urne.

Je veux, avant de terminer cette brève allocution, adresser mes vives félicitations aux responsables politiques de Blolequin, et surtout au délégué départemental, le ministre Banzio Dagobert, pour la grande mobilisation de ce jour ainsi que la qualité de l`accueil qu`eux-mêmes et les populations qu`ils encadrent ont bien voulu réserver à mon épouse, à moi-même ainsi qu`à la forte délégation de la Direction du Parti qui nous accompagne.

Je suis ce matin, à Blolequin, pour solliciter vos suffrages. J`espère vous avoir tous convaincus.

Il vous appartient désormais, par votre encadrement et votre action politique, de convaincre les autres, quelle que soit leur orientation politique, que le bon choix pour cette élection présidentielle, c`est le candidat du PDCI-RDA.

Si chacun de vous réussit à convaincre au moins cinq personnes en dehors de lui-même, alors la partie est gagnée .Je sais que votre décision a d`ores et déjà été prise. Vous voterez vous et vos amis, pour le candidat Henri Konan Bédié à l`élection prochaine.

Vive Blolequin! Vive le PDCI-RDA !

Vive la Côte d`Ivoire!

Je vous remercie.

Henri Konan Bédié

Président du PDCI-RDA

Commentaires facebook

Publié par bleble