Côte d’Ivoire Et si Gbagbo perdait le scrutin du 31 octobre

Gbagbo comme Mahomet

La comparaison est du patron du FPI, le parti présidentiel, Pascal Affi N’Guessan, himself, qui invitait les habitants de Madinari à accepter le candidat Laurent Gbagbo à l’instar de la foi qu’ils portent au Coran et au Prophète. Excusez du peu.

En réalité, le barreur du navire FPI n’est pas seul à le penser ainsi et, au moment où la présidentielle ivoirienne du 31 octobre approche à grands pas, ce sont tous les pachydermes de La Majorité Présidentielle qui donnent l’impression que Laurent Gbagbo va à un scrutin qu’il remportera sans coup férir. Le principal intéressé ne le pense pas moins :

à la cérémonie d’investiture organisée et menée avec tout le faste qui sied à pareille occasion, au Palais des Congrès de l’Hôtel Ivoire, le président sortant, maniant le bagout qu’on lui connaît à une ironie frisant par moments la perfidie, ne manqua pas l’occasion de persuader ses partisans qu’il ne peut qu’être le prochain élu, au soir du scrutin du 31 octobre.

Dont acte. De nombreux paramètres militent certainement en faveur d’une telle hypothèse. C’est sur ce continent africain qu’un éléphant politique disait qu’on n’organise pas des élections pour les perdre. Et puis, Laurent Gbagbo est tout de même sur le fauteuil présidentiel depuis une bonne dizaine d’années.

Le temps passé au pouvoir est un atout certain pour remporter les échéances à venir, c’est bien connu. Et les sondages (commandités ou non par le parti présidentiel) qui donnent le candidat du FPI gagnant, ça compte tout de même. On comprend alors que le FPI arbore un large sourire, à quelques jours de ce scrutin que l’on attend depuis belle lurette, et dont on avait fini par penser qu’il jouerait indéfiniment à l’Arlésienne.


Mais si, malgré tout, Laurent Gbabgo et son FPI devaient perdre la présidentielle ? Pour optimistes que soient les uns et les autres, il faut, en toute objectivité, oser poser l’éventualité comme mathématiquement possible, puisque pouvant réellement survenir.

Que se passerait-il pour Gbagbo, qu’arriverait-il à une Côte d’Ivoire déchirée, de longues années durant et dont on espère que justement cette élection lui permettrait de renaître de ses cendres ?

L’homme peut-il faire montre du fair-play nécessaire pour céder les rênes du pouvoir à l’un des autres candidats qu’il raille à longueur de meetings et dont il pense qu’ils « roulent » tous les deux pour des forces « extérieures » ?

L’interrogation n’est pas vraiment saugrenue. Bien au contraire, elle mérite qu’on se la pose, dès maintenant, et ce, d’autant que Gbagbo, de tous les candidats à la présidentielle, n’aura pas été celui qui manifestait le plus d’empressement à aller à la consultation populaire.

Par peur de perdre, précisent ses détracteurs, il aura créé et fait créer tout ce qui pouvait retarder la tenue de cette présidentielle dont tout le monde aura fini par remarquer que maintes fois elle aura été annoncée et autant de fois reportée.

A présent qu’elle semble pouvoir avoir lieu, il faut croire que Gbagbo, pour la remporter, doit avoir assuré ses arrières. Et si malgré tout, il devait la perdre, connaissant l’homme retors et fin calculateur, on peut aisément imaginer qu’il ne descendra pas les marches du palais, arborant le sourire béat de l’homme épanoui.

Sans compter que ses supporters les plus ultras (sous la férule sans doute du désormais célèbre Blé Goudé) ne voudront pas s’en laisser conter. En 2000, c’est la déferlante des partisans de l’actuel président qui avait envahi la capitale ivoirienne et permis à l’actuel président de s’emparer des rênes du pouvoir.

Sauront-ils entendre raison, en cas de défaite de leur candidat ? Rien de moins sûr. Et ce n’est pas jouer les Cassandre que de le supposer dès à présent.

La raison commande que lorsqu’on se rend à un scrutin, on envisage le meilleur et le pire pour soi. Gbagbo et les siens pensent au meilleur, la chose est de bonne guerre. Il leur reste à présent à envisager le pire, ne serait-ce que pour faire preuve de fair-play. Cela peut aider à envisager des mesures conservatoires. Au cas où.

Ashley

L’Observateur Paalga

Commentaires facebook

Publié par bleble