CÔTE D’IVOIRE: s’engager pour un renouveau économique et social avec le PDCI-RDA

Document proposé par N’DJA Boka

Les populations ivoiriennes iront finalement aux urnes pour choisir démocratiquement leurs nouveaux responsables, après une triste et malheureuse décennie de refus de consultations électorales crédibles. Ce complot, orchestré savamment depuis 1999 pour mettre fin à la démocratie et jouir en réalité impunément des ressources nationales en les réservant à une minorité, a malheureusement détruit un pays et une nation. Désormais, l’ex-troisième économie de l’Afrique subsaharienne fait partie des pays les plus pauvres du continent, avec des infrastructures économiques et sociales quasi-détruites.

Le PDCI-RDA, qui a vu naître la Côte d’Ivoire et l’a construite, veut nécessairement mettre fin à la destruction de ce qu’ils n’ont jamais créé, ce pays. La Côte d’Ivoire doit renaître avec le PDCI-RDA, le parti politique de tous les Ivoiriens. Les arguments ci-dessous esquissés justifient le soutien sans réserves à donner à ce parti politique aux prochaines élections générales.

1 – L’EFFONDREMENT D’UN PAYS PROMIS A UN BEL AVENIR :

Avant l’année 2000 et lorsque le PDCI-RDA était au pouvoir, la Côte d’Ivoire présentait le visage d’un pays sérieux aux plans politique, économique et social. Au plan politique, le régime houphouëtiste, fondé sur la démocratie libérale, a réussi à faire de la Côte d’Ivoire une référence régionale en matière de paix et de stabilité politique, dans un environnement sujet à la guerre et aux crises multiformes.

Cette politique sera poursuivie dans ses grandes orientations par son successeur, M. Henri Konan Bédié, qui a consolidé l’orientation libérale de la Côte d’Ivoire et le développement harmonieux et sans discrimination de toutes les régions du pays.

Au plan économique et social, la Côte d’Ivoire a été véritablement construite comme un pays agricole moderne, avec une économie relativement diversifiée, des infrastructures économiques et sociales de bon niveau, des entreprises performantes ouvertes sur le monde, une Administration efficace avec des agents recrutés selon des standards de transparence et de mérite, etc. Ce miracle est le fruit de la bonne gouvernance et ne repose pas sur l’exploitation de ressources naturelles importantes.

Malheureusement, ce sont tous ces efforts qui ont été anéantis. La Côte d’Ivoire s’est dangereusement appauvrie par une politique de destruction des fondements de son économie et a stoppé son développement économique et social. Les principales infrastructures construites se sont dégradées, faute d’entretiens sérieux. Les investisseurs ont fui le pays. Toutes les ressources nationales se vaporisent dans l’immensité des dépenses et des prédations.

La Côte d’Ivoire est victime d’une mauvaise gouvernance : une sortie de crise interminable et onéreuse, des problèmes déplacés et non solutionnés, des populations meurtries, un pays sous embargo, déconsidéré et sans institutions légitimes, un quasi-arrêt du développement économique et social d’origine interne et externe, un soutien politique, économique et financier extérieur conditionné au retour à la démocratie, etc.
Les élections à venir sont également attendues de pieds fermes par les populations ivoiriennes, qui espèrent ainsi mettre fin à la destruction de leur pays par un changement des dirigeants.

2 – NE PLUS FAIRE CONFIANCE A CEUX QUI ONT DETRUIT LA CÔTE D’IVOIRE :

En dehors du PDCI-RDA (et de ses alliés houphouëtistes), les Ivoiriens ne doivent plus faire confiance à des marchands d’illusions. Il est donc souhaitable qu’ils votent clairement contre tous ces partis et mouvements politiques qui ont ruiné la Côte d’Ivoire.

Les manquements à sanctionner par les électeurs aux prochains scrutins sont :

_ les tentatives biaisées et opportunistes de récupération des actions et idéaux d’Houphouët-Boigny dans l’espoir de s’approprier un électorat convoité ;
_ l’introduction en Côte d’Ivoire des violences politiques, de la guerre et de la situation de ni paix ni guerre, pour diriger le pays sans rendre compte et jouir de ses ressources ;
_ le déploiement des violences particulières issues de la jeunesse dans les écoles et dans les universités, avec pour conséquence la destruction de l’avenir d’une nation, en remplaçant la culture de paix forgée sur le mérite par une culture exotique de barbaries ;
_ la destruction de l’économie nationale, en chassant du pays des entrepreneurs sérieux et en occasionnant la fermeture de diverses entreprises par la mauvaise gouvernance politique, avec pour conséquence l’appauvrissement de la Côte d’Ivoire et une élévation du nombre des chômeurs ;
_ l’application insatisfaisante des accords signés, avec pour résultats, des difficultés politiques interminables, un prolongement sans fin de la crise politique, des grèves à répétition, des échecs scolaires et des morts dans les hôpitaux et centres médicaux publics ;
_ l’utilisation des médias d’Etat à des fins de propagande politique ;
_ l’ignorance des souffrances des populations rurales et urbaines ivoiriennes, dont certaines ont tout perdu en une décennie de mauvaise gouvernance, etc.


3 – ADOPTER MASSIVEMENT LE PDCI-RDA ET FAIRE RENAÎTRE LA PROSPERITE DE LA CÔTE D’IVOIRE :

Le régime politique ivoirien est de type présidentiel, avec un rôle accru dévolu au Président de la République. Des constitutionnalistes ont même parlé de régime présidentialiste, pour critiquer le rôle central et omnipotent du Président de la République dans la vie politique et socioéconomique ivoirienne et dans le fonctionnement des institutions nationales.

La conséquence logique de cette situation politique est que si le Président de la République est un dirigeant sérieux, intègre et bienveillant, le pays aura une gouvernance bonne, efficace et apaisée.

A contrario, si le Chef de l’Exécutif n’est pas bon, le pays ne sera pas bien gouverné. Tout ce qui compte dans un Etat moderne sera oublié, voire combattu, à savoir la prise en compte des aspirations des citoyens, la paix et le développement, l’entretien et la consolidation des infrastructures économiques et sociales, la protection des entreprises et de l’économie nationale, l’efficacité de l’Administration et sa neutralité, la neutralité de l’Armée et son caractère national et non ethnique, la justice pour tous, etc.

A terme, le pays sera perverti par l’insouciance et la méchanceté de son leader et de ses suiveurs.

La Côte d’Ivoire, telle que vous l’avez connue et aimée, mérite-t-elle franchement cet avenir assombri ?

C’est pour cette raison que les populations ivoiriennes de toutes les régions du pays doivent voter massivement pour le candidat du PDCI-RDA, le seul à même d’assurer le développement et la cohésion sociale. Ce candidat aux élections présidentielles prochaines se nomme Aimé Henri Konan Bédié

Les arguments qui militent pour le choix de M. Bédié comme prochain Président de la République de Côte d’Ivoire sont les suivants :

_ le candidat Aimé Henri Konan Bédié n’est pas sanguinaire et il a démontré à plusieurs reprises, son aversion pour les tueries aveugles et irresponsables de ses compatriotes. La Côte d’Ivoire est un pays de paix et de non violence. Cette image sacrosainte a été sauvegardée par M. Bédié et le PDCI-RDA. Aujourd’hui, les réalités sont différentes ;

_ le candidat du PDCI-RDA est un artisan de paix. Il sait toutefois que la paix ne se décrète pas et qu’elle suppose avant tout une gouvernance sérieuse et respectueuse des vœux légitimes des populations. M. Bédié inspire donc confiance ;

_ le candidat du PDCI-RDA connaît bien la Côte d’Ivoire et les problèmes spécifiques vécus au quotidien par ses diverses régions. Dans le cadre des visites fraternelles aux populations locales et avant toutes formes de doléances, M. Bédié égrène les difficultés spécifiques de cette région et rappelle les projets précis envisagés pour son développement et suspendus ;

_ le candidat du PDCI-RDA est d’avis que le développement de notre pays passe par une croissance économique soutenue et par la construction d’infrastructures économiques et sociales importantes et diversifiées. Son programme accorde une place de choix à ces priorités et mérite le soutien de toutes les populations ivoiriennes ;

_ Enfin le candidat du PDCI-RDA est ouvert sur tout ce qui peut œuvrer à l’épanouissement de son peuple, à savoir : la culture, le sport, les nouvelles technologies, l’écodéveloppement, etc. Son programme et les réalisations mises en œuvre ressortent ce caractère moderne, durable, culturel et complet de sa vision du développement.

CONCLUSION :

Tout sera fait par les institutions ivoiriennes et par la communauté internationale pour garantir en Côte d’Ivoire dans les jours à venir des élections générales transparentes, libres et ouvertes, avec tous les électeurs ivoiriens régulièrement inscrits sur les listings électoraux.

Par votre bulletin de vote, vous pouvez réellement choisir le meilleur des candidats aux fonctions de Président de la République, de Député ou même de Maire. Ivoiriens et Ivoiriennes, ne gâchez pas cette chance en optant pour celui qui va plus tard détruire votre pays, votre cité ou votre région.

Le choix le plus pertinent reste le PDCI-RDA parce que ce parti politique a déjà dirigé ce pays avec sagesse et efficacité, avec des dirigeants éclairés et justes. Tout sera mis en œuvre au PDCI-RDA pour vous présenter de bons candidats aux prochaines élections. Entérinez sans crainte ces choix mûris car vous connaissez votre parti politique, celui qui a construit la Côte d’Ivoire moderne.

Document proposé par N’DJA Boka /ndjaboka@yahoo.fr/Cel 01 96 20 48/

Commentaires facebook

Publié par bleble