Présidentielle du dimanche – Les gros soucis de la CEI – Ce qui reste à faire avant le 31 octobre

A trois jours de l`élection présidentielle ivoirienne prévue pour le 31 octobre 2010, la pression est forte sur la Commission électorale indépendante (CEI). L`institution en charge de l`organisation pratique de ce scrutin aurait, en ce moment, de gros soucis pour tenir le coup. Les problèmes de l`heure, après bien d`autres qui ont été réglés tant bien que mal, sont ceux relatifs aux matériels électoraux devant servir à organiser le vote, ce dimanche 31 octobre sur l`étendue du territoire national. Il est prévu 20073 Bureaux de vote (BV) sur l`ensemble du pays. Des bureaux de vote qui doivent être dotés d`urnes transparentes, d`isoloirs et d`encre indélébile. Selon nos informations, la plupart de ces matériels ont déjà été envoyés sur le terrain avec l`appui de l`Organisation des Nations Unies en Côte d`Ivoire (ONUCI). Reste maintenant l`envoi, dans les 20073 BV, autant de documents électoraux (Procès verbaux et bulletins de vote). Ces documents, à en croire nos sources, sont en train d`être acheminés sur tous les lieux de vote. Outre les 20073 bureaux de vote qui restent à fournir en matériels et en documents pour le vote du 31 octobre, la Commission électorale indépendante doit équiper, avant dimanche, les Commissions Électorales Locales (CEL), au nombre de 415. C`est dans les CEL, faut-il le préciser, que tous les résultats émanant des 20073 bureaux de vote doivent être centralisés. Après la centralisation des résultats dans les 415 Commissions électorales locales, il reviendra à 70 centres de coordination de faire le point au niveau des départements. Ce après quoi, ce sera autour des 19 régies créées par la CEI et établies dans les 19 régions du pays, de travailler sur les résultats du vote. Ce sont donc autant de tâches importantes à des étapes différentes qui attendent la CEI pour l`organisation des élections, tâches pour lesquelles l`institution doit, dès maintenant, prendre des dispositions. Bien d`observateurs craignent des retards dans l`acheminement des documents et matériels électoraux dans certains bureaux de vote, notamment les plus reculés dans le pays profond. L`autre problème crucial auquel la CEI est confronté et qu`elle devra régler avant dimanche, c`est celui de la programmation du vote dans certains pays étrangers, pour une question de décalage horaire. Si en Côte d`Ivoire, le vote commencera à 7h du matin pour prendre fin à 17h, le vote des électeurs ivoiriens aux Etats-Unis par exemple, où le décalage horaire est assez important, n`aurait pas encore été arrêté par la CEI. Par ailleurs, l`institution aurait écarté l`affichage, dans chaque bureaux de vote, des résultats du vote qui sortiront des urnes au soir du 31 octobre. Une décision qui risque d`être diversement interprétée par les états-majors, ce d`autant que la loi électorale prévoit que les résultats des votes soient affichés dans tous les bureaux de vote. La Commission électorale indépendante a, d`ici à dimanche prochain, trois jours pour former 60.000 agents dans le cadre de l`organisation des élections. Des agents qui doivent être déployés sur le terrain avant le samedi 30 octobre 2010, notamment avant le premier vote, celui des Forces de défense et de sécurité de Côte d`Ivoire (FDSCI). De quoi mettre la pression sur la structure en charge d`organiser le premier tour de l`élection présidentielle, un scrutin crucial car très attendu par la Côte d`Ivoire et ses partenaires étrangers. L`institution dirigée par l`Ambassadeur Youssouf Bakayoko a vraisemblablement beaucoup à faire d`ici au 31 octobre 2010.

L’Inter
TRA BI Charles

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires