Appel de Bédié à soutenir ADO: Un couteau à double tranchant

Le 7 novembre 2010, à son domicile de Cocody, Aimé Henri Konan Bédié, président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci) a appelé les Ivoiriens à voter massivement Alassane Ouattara, son allié du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (Rhdp). Une décision qui peut apparaître comme un couteau à double tranchant.

L’appel lancé dimanche 7 novembre par Konan Bédié, président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci) ne souffre d’aucune ambiguïté. Il soutient sans équivoque Alassane Ouattara. Comme lui, Albert Mabri Toikeusse de l’Union pour la démocratie et pour la paix (Udpci) et Innocent Anaky Kobenan, président du Mouvement des forces d’avenir (Mfa), membres du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (Rhdp). « Ils appellent instamment leurs militants, sympathisants et tous les électeurs à se rassembler autour de cette candidature. La conférence des présidents du Rhdp exhortent fermement à voter massivement le candidat Alassane Ouattara », a déclaré Konan Bédié au cours de la brève intervention devant la presse. Sans minimiser les derniers cités, la réalité des urnes montre bien que le soutien le plus important dont bénéficie le Rassemblement des républicains (Rdr), est sans contexte celui de Konan
Bédié qui a obtenu 25,24% des suffrages exprimés. Pour des observateurs, par cette décision, Bédié joue gros. En soutenant le Rdr, ce candidat malheureux au 1er tour de la présidentielle, il met en jeu son avenir politique comme celui de son parti, le Pdci. Une victoire d’Alassane Ouattara au soir du 21 novembre permettra à ses alliés du Rhdp de refleurir. Le Pdci, notamment, aura là une occasion de revenir aux affaires, au nom du pacte de gouvernance commune, actualisé à Yamoussoukro le 18 octobre 2010. Un pacte qui est le fruit de l’accord constitutif du Rhdp. Et c’est d’ailleurs ce qui justifie ce soutien. Il s’agit de « sauvegarder l’héritage du père fondateur de la nation ivoirienne, Félix Houphouët Boigny ». Mais au delà du parti, cet appui de Konan Bédié recouvre un enjeu personnel. Le président du Pdci veut prouver qu’il jouit encore d’un grand crédit aux yeux de ses compatriotes, les militants et sympathisants
du Pdci notamment.

De gros risques

De même que cette décision peut lui rapporter des avantages, en cas de victoire, Bédié pourrait sortir fragilisé s’il se produit le scénario contraire. En effet, en cas d’échec du candidat du Rhdp au second tour de cette élection, cela pourrait s’interpréter comme une défaite personnelle pour Konan Bédié. Qu’il n’est plus écouté au sein de son propre parti. L’on pense qu’un tel scénario pourrait « enterrer » politiquement celui qui a essuyé un revers le 31 octobre dernier. Bédié a perdu au 1er tour, un second échec (par le truchement du candidat du Rhdp) pourrait lui sonner le glas. D’un géant de la politique ivoirienne, il apparaîtra tout petit. C’est en cela que cette élection revêt un grand intérêt.


Pis, à l’heure du «mercato électoral», il serait illusoire de penser que l’appel de Bédié sera suivi à 100% au sens arithmétique du terme. Puisque les militants de ce parti sont l’objet d’une cour assidue du camp présidentiel. Aussi, au gré des intérêts, des militants du parti cinquantenaire se détermineront-ils. En tout état de cause, il s’agit d’une décision politique dont il faudra en assumer les conséquences.

Jonas BAIKEH

Côte d’Ivoire des Cadres et Militants du PDCI lâchent Bédié

PANA –

Des militants – jeunes et cadres – du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) se sont désolidarisés de leur président, Henri Konan Bédié, qui a appelé à soutenir Alassane Dramane Ouattara, candidat du Rassemblement des républicains (RDR) et du Rassemblement des houphouétistes pour la paix et la démocratie (RHDP), qui doit affronter, le 21 novembre prochain, le président sortant, Laurent Gbagbo, au deuxième tour de la présidentielle en Côte d’Ivoire.

Au cours d’un point de presse, lundi à Abidjan, ces cadres du PDCI se sont offusqués du fait que le Conseil constitutionnel n’ait donné pas donné suite à la requête de leur parti, qui s’estimant victime de vols de voix lors du premier tour, a exigé le recomptage des voix.

« S’il n’y a pas de recomptage de voix, pas de deuxième tour, pas de RHDP », a averti Marc Besset, porte-parole de ces dissidents du PDCI, qui, avant ce point de presse, avaient initié le même jour une marche dans la commune de Cocody.

« Tant que le Conseil constitutionnel n’aura pas réglé notre problème, nous allons continuer les marches jusqu’à paralyser tout le pays », a-t-il menacé.

Les dissidents estiment que le président Henri Konan Bédié, en appelant les militants du PDCI à voter Alassane au second tour, a seulement tenu à « respecter sa signature ».

« Le président Henri Konan Bédié a signé une convention avec le RHDP et il ne peut que respecter cette signature. Aussi, a-t-il été forcé pour faire cette déclaration qui n’engage que lui. On ne se sent pas concernés par le RHDP. Nous les militants de base, nous disons non à tout cela et nous exigeons que notre requête auprès du Conseil Constitutionnel soit réglée », ont-ils souligné, estimant que « Bédié est pris en otage par le RHDP ».

Commentaires facebook

Publié par bleble