Appel du PIT à voter Gbagbo « Je suis surpris par la position de Mme Angèle GNONSOA »

Présidentielle du 28 novembre : Appel du PIT à voter Gbagbo
Joël N’Guessan (porte-parole d’Ado) : ‘’Je suis surpris par la position de Mme Angèle GNONSOA’’

Joël N’Guessan est porte-parole du candidat à la présidentielle du 28 novembre prochain de Ouattara Alassane du Rhdp. Dans cet entretien, il parle des derniers développements de l’actualité politique électorale.

Monsieur le Ministre et Porte Parole ! En tant que cadre du Centre l’on constate que les deux candidats arrivés au second tour font la cour aux Baoulés ? Quel est votre sentiment sur cette nouvelle donne dans la sphère politique ?

Joël N’GUESSAN : Vous savez c’est le Président Félix Houphouët BOIGNY qui nous a enseigné que la politique c’est la saine appréciation des réalités du moment. La réalité entre les deux tours de la présidentielle c’est que le V Baoulé et les populations Baoulés installées dans les zones forestières vont faire la différence par leur vote. En d’autres termes, les baoulés seront les faiseurs de roi. C’est par leur vote qu’on aura le futur Président de la République de Côte d’Ivoire. Cela oblige chacun des candidats non seulement à consolider et même améliorer leurs acquis du premier tour mais à faire des démarches appropriées pour récupérer les voix des Baoulés. C’est de bonne guerre.

Affi N’GUESSAN vient de rencontrer les cadres du grand centre. Il a dit que ce qui va leur arriver sera trop grave si Gbagbo est battu. Quel commentaire faite vous par rapport à cette déclaration ?

JN : Vous savez le clan présidentiel est tellement paniqué que la plupart des gens qui y sont perdent la raison. Affi N’GUESSAN fait partie de ceux-là. Il a perdu tout repère moral et intellectuel ; sinon il n’aurait pas proféré de telles menaces. Alors qu’on les attend sur le terrain des propositions pour convaincre les électeurs à voter pour leur candidat, c’est plutôt à des insultes et à des appels à la haine que nous assistons. Les Ivoiriens savent maintenant faire la différence entre ceux qui prône la division et ceux qui veulent construire une nation. Ils savent que Alassane OUATTARA est celui là même qui va reconstruire l’unité du pays.

Des SMS circulent appelant à la haine tribale et à la xénophobie. Qu’en pensez-vous ?

JN : Ceux qui distribuent ces SMS sont tout simplement des imbéciles. Comme je n’aime pas relayer les messages des imbéciles, je ne fais pas attention. Vous constaterez partout dans le monde et ceci de manière générale, l’appel à la haine et au tribalisme sont le fait de gens simples d’esprit qui pour la plupart du temps n’apportent rien de positif à leur société. Ces gens sont dangereux pour la cohésion sociale. N’oublions pas que c’est la même méthode (avec les moyens technologiques différents) qu’a utilisé Hitler pour arriver au pouvoir en Allemagne et s’y maintenir dans les 30. La suite on la connait : 2ème guerre mondiale avec comme conséquence des dizaines de millions de morts.

Que dites-vous quand le clan présidentiel affirme que le second tour de l’élection va opposer un fils du terroir au candidat de l’étranger ?

JN : Je n’ai pas de commentaires particuliers sur ce seul et unique argument de campagne de Laurent Gbagbo. Vous constatez que chaque fois qu’on lui demande de présenter son programme, il se réfugie derrière un nationalisme étriqué et puérile. Lui et ses suiveurs n’ont pas réussi à renouveler leurs intelligences sur les thèmes de campagne. La large victoire du RHDP au premier tour devrait les faire réfléchir. Vous avez aussi constaté qu’au lieu de développer des arguments de campagne crédibles, ils se cachent derrière des slogans comme « il n y a rien en face ». Ce sont des clichés populistes et démagogiques qui ont fini par lasser ceux des ivoiriens qui pensent à leur avenir.

Comment expliquez-vous que les populations Baoulés aient refusé de voter pour Gbagbo ?

JN : C’est une question de dignité et de morale. Laurent Gbagbo avait dit que s’il savait que l’argent pouvait acheter les hommes, il n’aurait pas dépensé des fortes sommes d’argent pour acheter des armes. Je crois qu’il a compris que certains peuples ne sont pas faciles à acheter. Les populations ivoiriennes dans leur grande majorité ont compris que l’argent facile ne résout pas les problèmes. C’est le travail qui assure le bonheur. C’est pourquoi il a été sanctionné.


Pourtant on nous dit que de l’argent est distribué actuellement dans les campements baoulé pour les inciter à voter pour Gbagbo au second tour ?

JN : Oui le clan Gbagbo ne fait que çà en ce moment. Nous avons dit à nos parents de prendre cet argent car c’est leur épargne qui leur a été volé. C’est un retour normal. Ils ont conscience qu’en aucun cas de figure ils ne voteront Laurent Gbagbo. D’ailleurs, je vous apprends que certains jeunes gens se sont organisés pour aller délibérément récupérer leurs parts de cet argent. A la fin, Laurent Gbagbo n’aura que ses yeux pour pleurer.

C’est donc une manière de le tromper ?

JN : Vous savez, depuis le début je savais que certaines personnes autour de Laurent GBAGBO le trompaient. C’est lui seul qui ne voyait rien. Il n’a qu’à regarder son score dans certaines régions pour comprendre qu’il a eu tort de distribuer l’argent à certains de ses suiveurs et laudateurs. Ils ont profité de lui pendant plusieurs années. Et ils vont encore le plumer pendant cette étape du deuxième tour. Il n’aura qu’à sen prendre à lui-même quand au soir du 28 novembre, il constatera qu’il aura lamentablement perdu. Il perdra même dans les zones où il a triché au premier tour ; car cette fois-ci, il n’aura aucune occasion de mettre sa machine de fraude en marche. Nous sommes déterminés au niveau du RHDP à faire barrage à la triche.

Votre candidat vient d’être investi par la RHDP. Comment voyez-vous sa campagne pour le second tour ?

JN : Alassane OUATTARA n’appartient plus au RDR. Il est devenu le candidat du RHDP et de tous ces millions d’Ivoiriens qui aspirent au changement. Il est le candidat de tous ceux qui n’arrivent plus à manger à leur faim parce que n’ayant pas un emploi. Il est le candidat de ceux qui souhaitent bénéficier de soins de santé adéquat. Il est le candidat de ceux qui refusent que la médiocrité et les médiocres soient des références sociales. Le candidat Alassane OUATTARA incarne l’espoir de toute une nation pour le renouveau de la Côte d’Ivoire. Vous comprenez donc que sa campagne dépasse les frontières du RDR et même du RHDP. Comme vous le savez, le Président Henri KONAN BEDIE, préside la campagne et les Ministres Jeannot AHOUASSOU du PDCI et Amadou GON assurent la Direction Nationale de Campagne. Ils ont mis en place un dispositif qui implique tous les cadres du RHDP. En dehors de ce dispositif formel, de nombreux ivoiriens, soucieux de voir le candidat du RHDP gagné cette élection, se sont mis au travail sur le terrain, sans attendre. C’est la mise en synergie de ces deux groupes et des ces initiatives qui vont faire mordre la poussière à Laurent GBAGBO le 28 novembre.

Comment sentez-vous la dynamique du RHDP ?

JN : La cérémonie d’investiture du candidat du RHDP, Alassane OUATTARA était lourde de sens. On a senti que les enfants de Félix Houphouët BOIGNY étaient en parfaite symbiose. L’hommage rendu au Président Henri Konan BEDIE pour sa sagesse est la preuve que plus jamais les militants du RHDP sont déterminés à mettre en synergie leurs expériences et leurs compétences pour reconstruire la Côte d’Ivoire défigurée par 10 ans de pouvoir de Laurent GBAGBO. Aucun des militants du RHDP ne se laissera abuser par Laurent GBAGBO. Ils vont tous se mettre en ordre de bataille pour chasser ce dernier du palais. Le TROP c’est TROP de Bédié a été entendu. Le mot d’ordre est donné et chacun sera à la tache pour mettre fin au règne des refondateurs.

Le RHDP vient de bénéficier du soutien de Francis Wodié qui a appelé ses militants à voter pour Alassane OUATTARA. Angèle GONSOA a lu une déclaration demandant aux militants de PIT de voter pour Gbagbo. Que vous inspire cette situation ?

JN : Je suis personnellement surpris par la position de Mme Angèle GNONSOA. J’ai en mémoire que lors d’une conférence tenue dans les locaux de l’Ambassade des USA à Cocody, elle m’a tenue les propos suivants : « Jeune Frère, j’ai honte d’être encore en vie quand je vois ce que nos amis de la gauche ont fait de notre lutte depuis qu’ils sont au pouvoir. Ceux des nôtres qui sont morts depuis 1958 ont la chance de ne pas assister au spectacle désolant que présente notre gestion » Alors quand je compare ces propos à la position qu’elle vient de prendre de soutenir Gbagbo, je me demande si quelques millions de francs cfa ne sont pas passés par chez elle en provenance du Palais.

Le Journal de Connectionivoirienne.net

Commentaires facebook

Publié par bleble