Sakassou – Gbagbo aussi, sollicite les suffrages du « peuple baoulé »

(Côte d’Ivoire) – Le chef de l’Etat ivoirien Laurent Gbagbo a sollicité jeudi, pour le second tour de la présidentielle du 28 novembre, les suffrages du « peuple baoulé », ethnie qui a voté massivement au premier tour pour l’ex-président Henri Konan Bédié, désormais hors course.

« Tout le peuple baoulé rassemblé, je suis venu vous demander de voter pour moi », a-t-il déclaré au cours d’un rassemblement à Sakassou (centre), « capitale » historique de cette ethnie, l’une des plus importantes du pays et au poids décisif au second tour. « En bons chefs de tribus et de cantons, vous devez regarder pour voter pour celui qui va vous amener loin, et je pense que c’est moi », a insisté M. Gbagbo devant les chefs traditionnels baoulé qui entouraient la reine-mère Abla Pokou II dans la cour royale.


« Je vous confie ma réélection », a-t-il lancé sous les applaudissements d’environ un millier de chefs vêtus de leurs pagnes traditionnels et coiffés de couronnes. Le porte-parole de la royauté, Nanan Abla Kpô, a simplement répondu: « nous vous avons bien compris. Mais la reine-mère n’a pas de position. Tous les chefs sont neutres. Cependant ils savent apprécier et ce n’est pas sur la place publique qu’on apprécie ».

Selon la coutume, la reine-mère, parée de ses plus beaux bijoux, a assisté à la cérémonie sans prendre la parole. Située dans la moitié septentrionale contrôlée depuis le putsch raté de 2002 par l’ex-rébellion des Forces nouvelles (FN), Sakassou est la « capitale » de cette ethnie principalement installée dans le centre, chrétien et animiste. Son égérie est la reine Abla Pokou (XVIIIe siècle), figure importante dans l’imaginaire ivoirien.

Le président sortant (38% au premier tour le 31 octobre), issu de l’ethnie bété (minoritaire), sudiste et chrétien, affrontera l’ex-Premier ministre Alassane Ouattara (32%), nordiste et musulman. Tous deux ont lancé d’impressionnantes opérations de séduction en direction de l’électorat baoulé, qui a voté massivement au premier tour pour M. Bédié, l’un des siens, arrivé 3e avec 25%.

M. Ouattara, qui a reçu le soutien de M. Bédié malgré des années de conflit jusqu’à leur alliance en 2005, s’est rendu lundi dans la capitale politique Yamoussoukro pour invoquer Félix Houphouët-Boigny, premier président (1960-1993) et lui-même chef baoulé, et solliciter les voix de cette communauté.

Avec www.portalangop.co.ao

Angola

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires