Invitez M. Laurent Gbagbo à une relecture savante et exhaustive du « Prince de Machiavel »

INVITE A L’ENDROIT DE M. LAURENT GBAGBO A UNE RELECTURE SAVANTE ET EXHAUSTIVE DU ‘’PRINCE’’ DE MACHIAVEL

On ne saurait lui dénier cela, car la rigueur et l’objectivité qui président à l’érection de toute vérité qui se veut forte et persuadante nous l’objecteraient. Notre cher ex-Président, Monsieur Laurent GBAGBO a lu Machiavel, il l’a même beaucoup lu et s’est inspiré de façon presque obsessionnelle, mieux démentielle de ses préceptes et recommandations dans ses actions et intrigues politiques qui puent à mille lieues une boulimie du mal pratiqué au quotidien comme un sport avec une scélératesse et un cynisme inégalés, consacrant ainsi cette formule servant de devise aux tyrans : ‘’Oderint, dum metuant’’ (Qu’ils me haïssent, pourvu qu’ils me craignent). Une approche diachronique de son règne depuis sa prise calamiteuse du pouvoir (l’expression vient de lui-même) jusqu’à ce jour autorise une saisie synoptique d’une régence prétorienne fondée de façon quintessentielle sur le sang, la félonie, la papelardise, les complots, la forfanterie gratuite, la haine tribale et ethnique et la catégorisation des ivoiriens. Le passé récent regorge d’exemples tristement édifiants qu’on pourrait égrener à satiété : la politique diaboliquement peaufinée d’exécution d’ethnies ciblées tels que les dioula, les yacouba et les baoulé ; les exécutions sommaires répétées de personnalités politiques, de militants de partis de l’opposition et de journalistes ; les reniements et les volte-face spectaculaires et éhontés ; le peu d’égard accordé aux promesses engagées ; l’infidélité et la fourberie dans les rapports avec les compagnons ; la célébration de la médiocrité ; les détournements impunis de deniers publics ; etc. Tous ces maux qui ont pendant presqu’une décennie, astreint ce noble et valeureux peuple ivoirien, acclimaté par le père fondateur de la Nation, son Excellence le Président Félix Houphouët-Boigny aux sacro-saintes valeurs de l’amour, du pardon, de la fraternité, de la non-violence, à une misère inhumaine et au désespoir générateurs d’incivilités, d’inconduites et d’actes de barbarie poussés quelquefois à des paliers paroxystiques, le faisant ainsi dévaler de plusieurs marches l’escalier de la civilisation. Ce peuple, naguère, si doux, si débonnaire, si chaleureux et si hospitalier s’est, de façon alchimique, sous le régime de la refondation, mué en épouvantail, en un monstre affichant une soif et une faim inextinguibles pour la fange, la compromission, le déshonneur, les atrocités, l’inhospitalité, la vendetta…Quel gâchis !

Nous voulons simplement rappeler au Christ de Mama, l’omnipotent, l’omniscient, l’omniprésent et spécialiste des déclarations incontrôlées et intempestives que sa lecture de Machiavel est estampillée de subjectivité, pis erronée et mérite, pour ce faire, d’être reconsidérée pour l’émergence des valeurs essentielles au bien-être du peuple d’Eburnie. Car, loin d’être un infâme apologiste de la tyrannie et de ses succédanés, Machiavel dont semblent s’inspirer ces quelques ramassis de dictateurs qui peuplent encore ce monde, est un théoricien de la liberté et de la république. En feignant de prodiguer des conseils à son prince et, à travers celui-ci, aux dirigeants assoiffés de pouvoir, MACHIAVEL s’adresse en réalité au peuple en tentant de façon prémonitoire de le forger quant aux dérives pouvant émaner du règne de tout éventuel chef qu’il peut se choisir. Machiavel, ce serviteur inlassable de la république florentine, cet inconditionnel de la république romaine ne serait jamais sincère en rédigeant un manuel à l’usage du tyran. Voilà justement pourquoi d’émérites penseurs tels que Rousseau et Diderot se sont insurgés contre toute attaque visant à taxer Machiavel de scélératesse, d’immoralité. Il y a même selon eux de la mauvaise foi à faire du Prince, l’apanage exclusif du dictateur car il est de façon inestimable édifiant, formateur pour le lecteur, le peuple quant aux infamies du souverain. Ecoutons à ce sujet, Rousseau nous livrer l’intimité de sa pensée : « En feignant de donner des leçons aux rois, il en donné de grandes aux peuples. Le prince de Machiavel est le livre des républicains. » (Cf. Du contrat social, Flammarion, P.101)


Dans la même perspective, Diderot peut affirmer : « Comment expliquer qu’un des plus ardents défenseurs de la monarchie soit devenu tout à coup un infâme apologiste de la tyrannie ? Le voici. Au reste, je n’expose ici mon sentiment que comme une idée qui n’est pas tout à fait destituée de vraisemblance. Lorsque Machiavel écrivit son traité du Prince, c’est comme s’il eût dit à ses concitoyens, lisez bien cet ouvrage. Si vous acceptez jamais un maître, il sera tel que je vous le peins : voilà la bête féroce à laquelle vous vous abandonnerez. Ainsi ce fut la faute de ses contemporains, s’ils méconnurent son but : ils prirent une satire pour un éloge… » (Cf. Encyclopédie, art. « Machiavélisme ».
Ce sens caché de cet ouvrage n’a manifestement pas été perçu par le chef des refondateurs puisqu’il a continué durant tout son règne d’en faire l’épine dorsale de ses monstruosités et de son vœu d’éternité à la magistrature suprême. C’est pourquoi, nous l’invitons à faire instamment son aggiornamento, le convions à une relecture profonde et positive du prince qui le mettra pour sûr devant cette réalité historiquement irréfragable : l’homme, au-delà de tous nos calculs hypocrites, reste la valeur suprême et c’est pour le conduire à la liberté, à l’épanouissement, au bonheur que la politique a été conçue : « La fin de l’Etat est en réalité la liberté. » (Cf. Spinoza, Traité théologico-politique) Il apparaît donc évident que la politique, la bonne, celle qui est soucieuse de l’intérêt du peuple ne puisse aller sans un pilier éthique car, élaguée de cette tâche à laquelle elle est commise, celle d’œuvrer à l’épanouissement des hommes, la politique se trouve vidée de toute substance. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la vision politique de Rousseau ne peut être isolée de sa réflexion morale : « Tous ceux qui voudront traiter différemment la politique de la morale n’entendront jamais rien à aucune des deux. » (Cf. L’Emile ou de l’Education) Ainsi, la politique réalise la morale et inversement la morale doit soutenir et animer la volonté politique. On n’est nullement constructif et utile à une Nation en érigeant la démagogie, la concussion, l’aversion pour le travail, la bacchanale etc. en normes de gouvernance, en pervertissant sa jeunesse, en aliénant et clochardisant son peuple. Ayant pris la pleine mesure de votre impéritie à conduire de façon efficiente sa destinée et de lui permettre de goûter avec une réelle volupté aux délices consubstantiels au progrès, le peuple ivoirien vous a voué aux gémonies, vous a jeté dans la poubelle de l’histoire de la même manière qu’un médecin dentiste arrache une dent avariée d’une bouche, à la faveur des derniers scrutins présidentiels. C’est manifestement l’effet boomerang de votre régence, le terme peut-il convenir ? ‘’machiavélique’’. Cédez donc le pouvoir, Monsieur ‘’le démocrate’’ car tout ce qui est humain est engagé dans un processus historique et, par ricochet, condamné à périr. Rien n’est sempiternel : même la mort que nous craignons tous, connaîtra un jour un arrêt définitif dans la mesure où elle n’a de sens que relativement à des vivants. Le jour où il n’y aura plus de vivants, elle perdra pour sûr son pouvoir dissolvant, néantisant. Or, nous tendons inlassablement, inexorablement vers cette fin générale comme le prévoient les livres saints. Méditez cette leçon et rendez humblement le pouvoir qui n’est légalement, religieusement, moralement plus à vous.

Notre pays, au stade où il est, a plus besoin de redressement, de développement que d’un carnage, d’une boucherie. Derechef, assurez une transmission pacifique du pouvoir à Monsieur Alassane Dramane OUATTARA, Président légalement élu, oint par les urnes, qui continue à vous considérer comme son frère malgré tous les supplices, le martyre, les calomnies que vous et vos sbires lui avez fait subir. Ne craignez, par contrecoup, aucunes représailles. Insécablement arrimé aux valeurs qui fondent la philosophie houphouetiste que sont l’amour du prochain, la tolérance, la vérité, la probité, le partage, le respect de la parole donnée…, nous sommes persuadé que Monsieur Alassane Dramane OUATTARA n’est pas homme à se dédire, à ignorer ses engagements, à s’adonner à des revirements spectaculaires comme certains qui en ont fait une norme de vie. Vous n’êtes donc pas fondé à mettre en doute ce qu’il vous dit. Car comme Mohandas Karamchand GANDHI, adepte de la philosophie de la non-violence, Monsieur Alassane Dramane OUATTARA, en homme de paix et d’ouverture, héritage de son père spirituel, père de la nation ivoirienne, SEM Félix HOUPHOUËT-BOIGNY, face à toute attaque physique ou morale, à toute adversité, a fait le serment de célébrer, de faire triompher les armes morales et spirituelles, les vertus du dialogue sur les moyens physiques et matériels. C’est d’ailleurs pour cette raison que le Professeur ZADI Zahourou l’a comparé, de façon idoine, à un baobab. Alors, cher ex-Président Laurent GBAGBO, saisissez la perche qui vous est tendue. Ne vendangez pas ce qui vous reste de crédibilité, d’audience dans ce monde suite à vos innombrables forfaitures, agissements illégaux et immoraux. Vous n’avez quasiment plus de soutien. Regardez derrière vous, il n’y a plus personne, fors quelques écervelés, excités et zélés n’ayant en réalité d’yeux que pour leurs intérêts personnels, les prébendes que vous leur avez accordées. Que le Seigneur vous inspire ! La messe est dite. Rideau !

DIARRA CHEICKH OUMAR
PROFESSEUR CERTIFIE DE PHILOSOPHIE
LYCEE MODERNE 1 BONDOUKOU
ETUDIANT EN INSTANCE DE THESE
SCIENCES POLITIQUES
E-mail : sekdiasek@gmail.com

Commentaires facebook

Publié par bleble