DÉPART DE GBAGBO – Les schémas au centre des discussions

Mission CEDEAO Gbagbo-Koroma

La Côte d’Ivoire on le sait, vit une crise sans précédent depuis la fin du second tour de l’élection présidentielle. Quelqu’un a dit : ‘’les ivoiriens ont tellement prié pour la paix si bien que pour exaucer leurs vœux, Dieu leur a donné deux présidents’’. Deux présidents, une situation inédite en Côte d’Ivoire et partout ailleurs. Il faut pourtant trouver une solution à cette situation inconfortable. Dans les coulisses, outre les scenarii du chaos, des schémas sont à l’étude pour juguler cette énième crise qui risque d’emporter le navire ivoire dans les décombres si rien n’est fait. Gbagbo, acculé par la pression internationale, et dans ‘’l’intérêt supérieur’’ de la nation, accepte de passer la main à son adversaire Alassane Ouattara. Dans ce cas, le nouveau locataire ne devrait pas tout de suite crier victoire parce qu’il devra s’attendre au revers de la médaille avec la pression des partisans de Laurent Gbagbo civils comme militaires. Il faut donc une sortie honorable à Laurent Gbagbo. Les sanctions internationales doivent être levées. La garantie d’une vie paisible pour lui et ses proches devrait être envisagée. Il faudrait également à l’image des présidents retraités lui trouver un rôle à jouer dans la sous-région ou dans le monde à condition l’intéressé lui-même ne veuille pas s’en accommoder, préférant aller écrire ses mémoires à Mama son village natal. C’est l’inverse des schémas zimbabwéen et kenyan. Avec Ouattara Président et Gbagbo ou quelqu’un de son camp, Premier ministre


Sylvain Débailly

L’intelligent d’Abidjan

Author: bleble