Lettre ouverte à M. Laurent Dona Fologo (?), président du Conseil Économique et Social

Monsieur le président, je suis un nordiste comme vous mais c’est en simple citoyen ivoirien (fier de l’être) que je vous écris ces lignes. Je vous demande sincèrement pardon pour mon insolence mais j’aurai tellement aimé que vous agissiez autrement avec plus de dignité et de respect pour vous-même.

Monsieur le président, c’est un fils, respectueux, épris de paix mais meurtri par la perdition de son père, qui vous écrit. Quand, j’étais un tout petit gosse dans les années 80, votre nom voulait dire quelque chose, vous représentez quelque chose dans ce pays et bien évidemment au nord. Mais depuis la mort du « Vieux », vous avez perdu vos repères et vous cherchez depuis lors sans jamais vous retrouver. Oui, monsieur Fologo, vous êtes un père pour moi mais un père qui n’excelle que dans les impairs.
Monsieur Fologo, j’ai vu le lundi 24 janvier 2011 une vidéo (de la RTI que je ne regarde plus depuis le 03 décembre 2010) dans laquelle vous avez réuni des ressortissants du nord pour expliquer à ceux qui n’ont pas encore compris, ce qui se trame en Côte d’Ivoire. Une façon pour vous de rappeler à tous que le peuple du nord respecte les institutions et par conséquent se trouve aux côtés de monsieur Gbagbo. Vous profitez aussi de l’occasion pour donner votre vision de la crise actuelle.

Monsieur le président, vous dites qu’avant l’élection, les grandes puissances avaient déjà choisi qui serait président de la république de Côte d’Ivoire. Question : pourquoi êtes vous allé jusque dans votre village (Sinématiali) pour voter ? Pourquoi avoir dépensé autant d’énergie pour aller jusqu’à Ferké si votre vote ne devait servir à rien finalement ?
Vous avez dit aussi que le nord n’est la propriété de personne, moi je suis entièrement d’accord avec vous sur ce sujet. Et n’oubliez pas que de la même manière la Côte d’Ivoire notre patrie n’est la propriété de personne. Monsieur Fologo, savez-vous que la majorité des nordistes comme la majorité de tout le peuple ivoirien a voté librement et a choisi Alassane Ouattara comme président de la république ?
Vous avez dit que le peuple du nord a souffert de la crise et continue de souffrir et vous avez raison. Et c’est d’ailleurs pour ne plus souffrir que tout le peuple ivoirien est allé voter massivement afin de finir une fois pour toutes avec la crise. Et voilà que votre candidat perdant refuse de lever les voiles. Et vous ne trouvez rien à dire si ce n’est d’accuser l’occident qui veut faire main basse sur notre pays.
Monsieur Fologo, c’est affligeant et quand je regarde en arrière je me rends compte que vous n’avez jamais mené de combat pour le peuple ivoirien, encore moins pour le peuple du nord. Vous avez toujours été du côté de ceux qui ont les manettes du pouvoir sans raison valable si ce n’est de remplir votre propre compte en banque.

Monsieur Fologo, quand le peuple réclamait le multipartisme dans les années 90, vous étiez opposé car cela réduisait votre champ d’action. Aujourd’hui, il crie sa soif de démocratie et vous êtes encore du mauvais côté de l’histoire. Eh papa Fologo, vous n’allez pas me dire que depuis le temps que vous êtes homme politique, vous n’avez pas encore assez d’argent pour vous poser et prendre des décisions courageuses et justes comme les gens de votre âge savent si bien le faire ? Monsieur Fologo, savez vous que vous venez de rater le dernier virage qui devait vous conduire vers une sortie honorable ?
Même Mamadou Koulibaly qui est du FPI n’est pas allé aussi loin que vous. Lui sait la vérité et même s’il ne la défend pas, sa proposition de laisser ADO et Gbagbo être tous deux présidents montre bien qu’il sait qui a gagné. Mais là aussi, il a manqué un peu de courage pour dire à son ami : « nous avons tous lutter pour la démocratie et ben c’est ça la démocratie. Tu as perdu et tu dois laisser la place au vainqueur ».
Monsieur Fologo, pouvez vous dire au peuple ivoirien combien d’électeurs ont voté pour monsieur Gbagbo à Sinématiali pendant le premier tour? Y’avait-il des rebelles partout et qui donnaient des consignes de vote ? Si malgré toutes ces années passées auprès de Gbagbo, même votre propre village ne l’a pas voté massivement vous devriez comprendre que vous n’êtes plus habilité à parler en leur nom puisqu’ils ne se reconnaissent plus en vous. Et vous le savez au fond de vous, il y’a longtemps que le nord vous a oublié complètement jusque dans votre propre village.


Quand on est un homme politique, on doit écouter ce que dit le peuple, ce que disent les électeurs. Et vous, vos électeurs ont exprimé un choix inverse au votre. Quand on n’a pas le courage de dénoncer l’injustice, on peut encore se taire. Dois-je comprendre que pour vous c’est normal qu’on supprime les votes de Bouaké où il n’ya rien eu du tout ? Etes vous en train de dire vous vous en foutez de vos propres parents ? Que vous préférez voir Gbagbo rester au pouvoir plutôt que de voir votre vote pris en compte ? Après tout le tapage que vous avez fait avec l’argent de monsieur Gbagbo, vous devriez normalement avoir honte et assumez votre échec et vous faire petit, tout petit, très très petit. Mais comme tous les autres, vous êtes né avant la honte. Dois-je comprendre plutôt que vous ne souhaitez pas qu’un nordiste devienne président puisque vous avez échoué dans votre tentative de prendre le PDCI qui devait vous ouvrir les portes de la présidence ? Et pourtant il parait qu’on aime toujours que nos petits frères, nos petites sœurs ou nos enfants fassent mieux que nous.

Vous savez au fond de vous que ce n’est pas par soucis démocratique que monsieur Gbagbo s’accroche au pouvoir mais uniquement par orgueil et par haine avérée contre le président Ouattara. Vous qui avez été auprès du Vieux pendant des décennies, qu’avez-vous appris ? Et surtout que voulez-vous nous transmettre ou laisser comme héritage ? Le détournement de veste en tout lieu et à tout moment ? La fuite en avant et ne jamais prendre de décisions, faire que du suivisme ? C’est cela qu’on doit retenir de vous ? Vous méritez une sortie plus digne que celle-là.
Monsieur Fologo, vous êtes allé voter, le 28 novembre 2010, dans votre village près de Ferké en toute tranquillité (comme au premier tour). Trois jours après, monsieur Gbagbo et son bras séculier Ndré décidaient d’annuler le scrutin à Ferké. Vous n’avez rien trouvé à dire. Et pire encore, le lendemain, Samedi 04 décembre 2010, vous étiez au palais pour assister à la mascarade d’investiture.
Eh papa Fologo, c’est vraiment ce que vous voulez qu’on retienne de vous ? Une personne qui se renie en permanence même lorsqu’on tape sur sa propre mère ? Je lis par-ci, par-là que vous êtes un homme sans dignité. Mes amis disent que vous êtes comme « Cube Maggi » ; c’est-à-dire dans toutes les sauces. Que dois-je leur répondre, moi qui suis votre fils ? J’avais envi de leur envoyer un bon coup poing mais vu la réalité du terrain j’ai capitulé. Car oui, les derniers événements m’ont convaincu que mes amis avaient raison. Car voyez-vous ! Si Dignité vous aviez, Vérité vous diriez !

Oui papa Fologo, défendez un jour le peuple ivoirien au lieu de chercher toujours à sauver votre seule tête. Cela garde peut-être votre corps en vie mais que vaut le corps (ou la vie) d’un homme sans âme ? Je suis contre l’attitude belliqueuse de monsieur Gbagbo qui consiste à rester au pouvoir alors qu’il a lamentablement perdu l’élection. Mais si je devais demander conseil à quelqu’un et qu’il restait au monde vous et monsieur Gbagbo, j’irai voir monsieur Gbagbo car lui au moins il a une seule idée depuis dix ans même si c’est une très très mauvaise idée pour son propre bien et pour le rayonnement de la Côte d’Ivoire. Mais au moins, il reste contant dans sa logique. Cela pour juste vous montrer le dégout que j’ai de vos prises de position qui dépassent l’entendement.

Vive la Côte d’Ivoire notre Patrie
Vive le peuple ivoirien, souverain et désormais libre
Vive le président de la république, SEM Alassane Dramane Ouattara

Waga AGOU, Ivoirien Patriote, Ecrivain

Author: bleble