Abobo en ébullition, Six morts morts dans des violences

Six personnes ont été tuées hier dans des affrontements en Côte d’Ivoire entre les forces
de sécurité loyales au président sortant Laurent Gbagbo et des habitants d’un quartier d’Abidjan favorables à Alassane Ouattara.
Avec TF1

ABIDJAN (Reuters) – Deux personnes au moins ont été tuées lundi dans des affrontements en Côte d’Ivoire entre les forces de sécurité loyales au président sortant Laurent Gbagbo et des habitants d’un quartier d’Abidjan favorables à Alassane Ouattara.

Selon un haut responsable de la mairie d’Abobo, les incidents ont éclaté à l’extérieur d’un commissariat de police. L’altercation a dégénéré et les forces de sécurité ont ouvert le feu sur des civils.

« Il y a eu au moins deux morts, mais nous ne savons pas qui ils sont », a ajouté ce responsable s’exprimant sous couvert d’anonymat.

Un habitant a confié que l’armée avait bouclé le secteur.

Abobo est un point focal des tensions ivoiriennes, où Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara se disputent la présidence depuis le second tour de l’élection, le 28 novembre dernier. En janvier, au moins six policiers et plusieurs civils y avaient perdu la vie.


La victoire de Ouattara, annoncée par la commission électorale, a été reconnue par les Nations unies; mais les résultats ont été partiellement invalidés par le Conseil constitutionnel, composé de proches de Gbagbo, qui ont proclamé le président sortant vainqueur du scrutin.

D’après les Nations unies, les violences post-électorales ont fait au moins 260 morts en Côte d’Ivoire, pour la plupart victimes de raids menés par des forces loyales à Gbagbo dans des quartiers favorables à Ouattara.

Loucoumane Coulibaly, Henri-Pierre André pour le service français

Côte d’Ivoire – Abobo en ébullition depuis ce matin, simple mouvement de protestation ou soulèvement populaire

Connectionivoirienne.net
Le commissariat du 21ème Arrondissement d’Abobo, derrière rail serait parti en fumée. Deux véhicules de types 4X4 en face de la mairie pris à partie par des manifestants encagoulés a été mis à feu. Pas d’entrée et de sortie à partir du carrefour Anador. C’est le triste décor que présente une fois de plus la commune d’Abobo, quartier situé au nord d’Abidjan capitale économique de la Côte d’Ivoire, cet après-midi du lundi 7 février 2011.
Une simple faribole qui ne repose sur aucune réalité ou de simples fantasmatiques dont des personnes de mauvaise foi ont le secret ? En tout état de cause, il ressort des témoignages recueillis sur place que les populations seraient excédées du prolongement du couvre-feu dans les seules communes d’Abobo et d’Anyama.
En effet, suite aux évènements sanglants des 12 et 13 janvier 2011, le gouvernement Aké N’GBO a instauré un couvre-feu allant de 19h à 6h au début, puis ces dernières semaines de 21h à 6h, dans les communes d’Abobo et d’Anyama.

Amy Kouamé depuis Abidjan
Connectionivoirienne.net

Commentaires facebook

Publié par bleble