La presse, pilier plié avec Gbagbo

Du temps où il exerçait dans l’opposition, il avait solution à tout et promettait au bon peuple de Côte d’Ivoire, le meilleur des mondes, le futur combattant de la dignité africaine, disait de la presse qu’elle était un des piliers de la démocratie. Il avait même poussé la démonstration en allant jusqu’à dire que le degré de démocratie d’un pays se mesurait à l’aune de la qualité des programmes de sa télévision nationale. En tout cas, à l’époque, le chef de file des socialistes à l’ivoirienne parlait bien et disait vrai. Les masses populaires l’applaudissaient donc à tout rompre. Et puis, est arrivée l’heure de la mise en pratique des thèses défendues. Au pied du mur, le bon peuple de Côte d’Ivoire allait voir le bon maçon. C’était un pari. Notre carré ne savait pas qu’il prenait ainsi de gros risques. Regardez un peu ce que servent les médias d’Etat et surtout la télévision aux étrangers de passage au pays et qu’ils font subir aux populations ! On ne dirait pas qu’ils évoluent sous la coupe de celui qui se présentait comme le plus grand démocrate de tous les temps. Sur le plateau de la télévision ivoirienne, sur les ondes de la radio dite nationale, dans les colonnes du quotidien dit progouvernemental, il n’y a qu’un seul son et qu’un seul sens. La diversité des opinions qui est la base élémentaire d’une démocratie n’existe guère. Il y a longtemps que l’ancien opposant historique a oublié ses professions de foi. Ce qu’il disait hier, était bon pour les autres et pas pour lui. Dans cette misère de la communication, ceux qu’il faut plaindre le plus, ce sont les professionnels (si l’on peut les appeler ainsi) qui s’y sentent à l’aise.


Avec leur concours, la presse qui était présentée comme un des piliers de la démocratie, s’est pliée en deux, sous les coups de boutoir des antidémocrates. Ces médias d’Etat sont tout sauf, des vecteurs d’information. Même au temps du parti unique, sur les plateaux de ces télévisions et dans les colonnes de ce journal, il transparaissait de temps à autre quelques propos qui ressemblaient à des opinions contraires au discours dominant. Il faut vraiment s’armer de courage pour suivre les émissions de la Télé LMP. L’on n’y tient qu’un langage unique et les démonstrations vont toujours dans le même sens. Les animateurs des semblants de débats oublient qu’à parler pour dire la même chose, on n’arrive à convaincre personne. De toute façon, dans le camp du président usurpateur, on ne parle pas pour vaincre les convictions des autres, mais pour renforcer la foi des partisans. Et dire que pendant de très longues années le bon peuple de Côte d’Ivoire a vécu sous cet empire malfaisant ! L’élection du candidat du RHDP, l’adversaire du président sortant, s’explique donc aisément

Raoul Mapiéchon

Le Patriote

Commentaires facebook

Publié par bleble