Minsk aurait violé l’embargo sur les armes pour la Côte d’Ivoire

Les Nations unies accusent la Biélorussie d’avoir livré des hélicoptères de combat à la Côte d’Ivoire en violation de l’embargo sur les ventes d’armes.

« Le secrétaire général a appris avec une profonde inquiétude que trois hélicoptères de combat et du matériel afférent seraient en cours de livraison à Yamoussoukro au profit des forces de M. Gbagbo », dit dans un communiqué diffusé dimanche le porte-parole de Ban Ki-moon, évoquant le président ivoirien sortant.

Laurent Gbagbo refuse de céder le pouvoir à Alassane Ouattara, reconnu vainqueur du second tour de l’élection présidentielle, le 28 novembre, par la quasi-totalité de la communauté internationale. Leur rivalité menace de replonger le pays dans la guerre civile.

« La première livraison serait arrivée à bord d’un vol qui s’est posé ce soir et d’autres vols sont prévus pour demain. Il s’agit d’une violation grave de l’embargo contre la Côte d’Ivoire en vigueur depuis 2004 », ajoute le porte-parole du secrétaire général de l’Onu.

Ce communiqué n’a donné lieu à aucune réaction des partisans de Laurent Gbagbo. Les autorités biélorusses ont, quant à elles, nié toute violation de l’embargo.


« La République de Biélorussie s’est toujours strictement conformée à toutes les exigences et résolutions du Conseil de sécurité de l’Onu. La Biélorussie possède un système efficace de contrôle des exportations d’armes », a fait valoir l’attaché de presse du ministère des Affaires étrangères, cité par Interfax.

Des tirs ont par ailleurs à nouveau retenti lundi à Abidjan, où les deux camps s’affrontent depuis une semaine.

La fusillade a éclaté vers 07h30 GMT à Adjamé, quartier voisin de celui des affaires, mais n’a pas duré, ont dit des riverains. De source militaire, on assure qu’il s’agissait de tirs de sommation pour disperser des manifestants.

Dimanche, un émetteur de la télévision publique fidèle à Laurent Gbagbo a été endommagé dans le quartier d’Abobo, considéré comme un fief d’Alassane Ouattara.

La commission électorale indépendante l’a proclamé vainqueur de l’élection présidentielle mais le résultat, validé par les Nations unies, a été annulé par le Conseil constitutionnel, dirigé par un proche de Laurent Gbagbo.

Les Etats membres de l’Union européenne ont interdit à leurs flottes de commerce d’accoster dans les ports ivoiriens et les exportateurs de cacao, dont la côte d’Ivoire est le premier producteur mondial, ont largement suivi l’appel à l’embargo lancé par Alassane Ouattara. Les contrats cacao à terme ont atteint lundi leur plus haut niveau depuis 32 ans.
Par Reuters

Commentaires facebook

Publié par bleble