Côte d’Ivoire: Si ce n’est pas la guerre civile ça y ressemble

Ca tourne mal

Si ce n’est pas la guerre civile ça y ressemble de plus en plus. Les deux camps sont passés aux violences armées frontales.
La sécurité n’est plus assurée à Abidjan et dans l’Ouest de la Côte d’Ivoire en proie à des affrontements permanents entre partisans d’Ouattara et de Gbagbo le président déchu. Gbagbo ne cède pas, les rétorsions à son encontre ne portent pas et ses partisans entrent dans une nouvelle phase de terreur et de violence envers le clan Ouattara et l’ONU accusé de prendre fait et cause pour Ouattara.

Aujourd’hui, l’attention internationale focalise sur les évènements du monde arabe reléguant le problème ivoirien à un grand fait divers africain in-dénouable dont l’issue, de plus en plus incertaine pour Ouattara, risque de voir entériner la situation bâtarde de deux pouvoirs que les dissensions africaines ne parviendront pas à régler autrement que par une acceptation de fait.

L’homme fort, en Côte d’Ivoire, le temps passant, ne semble pas être celui que la communauté internationale a reconnu et on ne peut pas nier que la situation échappe totalement aux résolutions du lendemain des élections, Ouattara ne parvenant pas à endosser son habit de président élu de la Côte d’Ivoire.

A.C.
Armées.com

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires