Coalition française pour la CPI: « On va vers une inculpation de Gbagbo et Ouattara »

CRIME CONTRE L’HUMANITE Simon Foreman (Président de la coalition française pour la CPI): «On va vers une inculpation de Gbagbo et Ouattara »

L’Inter

Simon Foreman, président de la coalition française pour la Cour pénale internationale (CPI) a indiqué, dans un entretien à RFI, qu’on allait vers une inculpation par la CPI, à la fois de l’ancien président Laurent Gbagbo et de son successeur Alassane Ouattara, dans l’enquête sur les crimes commis après le 28 novembre 2010. «On va vers une inculpation de Laurent Gbagbo et éventuellement d’Alassane Ouattara. Les deux camps sont visés par l’enquête », a déclaré M. Simon, hier mardi 28 novembre. «Je ne suis pas dans le secret du Procureur ( de la Cour Pénale internationale, Luis Moréno-Ocampo). Mais j’imagine que chaque camp argumente des informations aussi de l’autre camp. Le procureur est saisi, il enquête et de cette enquête sortiront éventuellement la détermination des responsabilités », a-t-il poursuivi. Si, a priori, l’enquête de la CPI va porter notamment sur les crimes perpétrés après le refus de Laurent Gbagbo de céder le pouvoir à Ouattara après les élections de novembre dernier, il y a que la CPI pourrait remonter aux crimes commis depuis 2002 après l’éclatement de la rébellion en Côte d’Ivoire. «La coalition française pour la Cour pénale internationale demande à la CPI de remonter dans le temps. Les conditions juridiques sont réunies pour qu’elle élargisse son enquête à l’ensemble des crimes supposés être commis depuis près d’une décennie », a précisé le président de la coalition française pour la CPI. Simon Foreman a fait savoir que l’intention affichée du procureur Luis Moréno-Ocampo «est d’enquêter sur les crimes commis par les deux camps, donc sans prendre partie et sans donner l’impression d’être une justice des vainqueurs contre les vaincus.» M. Simon a insisté sur la nécessité d’une justice impartiale dans l’enquête de la CPI en cours en Côte d’Ivoire. «Et ça, c’est quelque chose à quoi nous tenons beaucoup en tant que ONG. C’est que cette Cour Pénale internationale soit une justice impartiale et qui montre son impartialité en ne se concentrant pas uniquement sur les vaincus », a-t-il dit.


Rappelons qu’une mission de la CPI, conduite par son procureur adjoint, Mme Fatou Bensouda, est arrivée, lundi 27 juin 2011 en Côte d’Ivoire. Il s’agit pour elle d’évaluer la situation sur le terrain et de préparer l’enquête internationale sur les crimes post-électoraux en Côte d’Ivoire. «Je veux rappeler aux victimes qu’elles ont jusqu’à mi-juillet pour faire connaître aux juges de la CPI leur vue sur les demandes du Procureur», a indiqué, à son arrivée à Abidjan, le procureur adjoint près de la CPI.

TRA BI Charles Lambert

Source: L’Inter

Commentaires facebook

Author: La Rédaction