Après 8 mois de gestion quels sont les grandes réalisations de Ouattara ?

Par Anassé ANASSÉ

Le président de la République est à la tâche. Après sa prestation de serment le 06 mai 2011, suivie de son investiture officielle le 21 mai 2011 au cours d`une cérémonie solennelle grandiose à Yamoussoukro, Alassane Ouattara s`est aussitôt mis au travail. Le principal chantier du chef de l’État était de rétablir la stabilité et restaurer la confiance au double plan national et international. Notamment auprès de ses concitoyens, des populations étrangères vivant sur le sol ivoirien, des bailleurs de fonds et de la communauté internationale après la grave crise postélectorale qui a secoué la Côte d`Ivoire. Et ce, afin de favoriser très rapidement la reprise des activités socio-économiques et la relance de l`économie nationale. Huit mois après son accession effective au pouvoir et son installation dans le fauteuil présidentiel, un premier bilan des actions d`Alassane Ouattara à la tête du pays fait ressortir de nombreuses avancées notables dans les domaines économique, social, environnemental, diplomatique et au niveau des infrastructures. Les premiers signes palpables de l`embellie générale, ce sont les routes. Qu`on soit pro ou anti-Ouattara, la majorité des Ivoiriens est unanime à reconnaître que le trafic routier s`est amélioré dans tout le pays. A Abidjan, la plupart des grandes artères principales et des voies secondaires ont subi ou subissent une cure de jouvence. Les automobilistes sont les premiers à adresser un satisfecit au gouvernement dirigé par le Premier ministre Soro Guillaume. Car, plus aucun usager de la route ne craint de casser son moteur dans des crevasses béantes ou de larges nids de poule. Que ce soit à Yamoussoukro ou dans les autres villes de l`intérieur du pays, tout le réseau routier national est en réhabilitation. Dans la capitale économique notamment, de nouvelles voies sont bitumées pour fluidifier la circulation routière. Et d`ici trois ans, les embouteillages sur les ponts De Gaule et Houphouët-Boigny ne seront plus qu`un souvenir. Les travaux de construction du 3ème pont, baptisé «Pont Henri Konan Bédié», longtemps annoncés sous les précédents régimes (Bédié et Gbagbo), ont finalement été lancés le mercredi 07 septembre 2011 par le président Ouattara. En outre, la levée des barrages routiers anarchiques constitue une véritable bouffée d`oxygène pour les opérateurs économiques, précédemment soumis aux rackets tous azimuts sur les routes ivoiriennes. A Abidjan par exemple, les barrages nocturnes n`existent quasiment plus, et seulement 33 postes de contrôle ou check-points sont autorisés sur tous les axes routiers du territoire national. Le «Carrefour de l`Indénié», véritable cauchemar de tous les automobilistes abidjanais en période de pluie, est en réfection. De grands travaux d`assainissement sont en cours, et durant les pluies diluviennes passées, la circulation n`a pas été paralysée comme c`était le cas les années antérieures.

Reprise de l`activité économique, retour des investisseurs privés et des bailleurs de fonds…

Or, ne dit-on pas que la route précède le développement ? On note en effet, une embellie dans le monde des affaires. Les progrès enregistrés durant les premiers mois de la gouvernance Ouattara ont encouragé le retour de nombreux investisseurs privés ou l`accroissement des investissements au niveau des firmes et multinationales restées sur le sol ivoirien pendant la crise. Pour sa part, l’État a consenti un abandon de 34 milliards FCFA de taxes fiscales aux entreprises nationales au titre de l`année 2011 (voir Annexe fiscale 2011). La dette intérieure due aux entreprises privées est progressivement apurée, et environ 300 milliards FCFA ont été inscrits à ce chapitre dans le budget annuel de 2011 adopté en Conseil des ministres. Toutes ces mesures d`allègements fiscaux et de soutien financier aux opérateurs économiques ont été prises pour aider les secteurs d`activités sinistrés pendant la crise et stimuler l`économie nationale. Ces bonnes perspectives économiques ont d`ailleurs été saluées par les partenaires nationaux de l’État, notamment la Chambre de Commerce et d`Industrie (CCI) dirigée par Jean-Louis Billon, et la Confédération Générale des Entreprises de Côte d`Ivoire (CGECI) présidée par Jean Kacou Diagou. Les populations quant à elles, attendent les retombées de l`action gouvernementale au plan économique à travers la création massive d`emplois pour résorber le chômage ambiant de la jeunesse, devenu l`un des plus graves problèmes de société en Côte d`Ivoire. Nul doute que le président Ouattara fera de la question de l`emploi des jeunes, son principal cheval de bataille durant l`année 2012. Pour ce faire, le gouvernement ivoirien attend beaucoup des bailleurs de fonds. Certes, l’État de Côte d`Ivoire a déjà bénéficié de plusieurs dons et prêts des partenaires au développement (près de 600 milliards FCFA décaissés), ainsi que de la réduction conséquente de sa dette par ses créanciers, notamment le Club de Paris et le Club de Londres. Mais le gouvernement espère surtout que l`atteinte du point d`achèvement de l`initiative PPTE (Pays pauvres très endettés), projetée pour la mi-2012, favorisera la création d`un grand nombre d`emplois et la réalisation de grands projets au profit des communautés. La carrure d’Économiste mondialement reconnue d`Alassane Ouattara est un atout indéniable qui pèsera sans nul doute dans la balance.

Amélioration du cadre de vie, retour de la Côte d’Ivoire dans le concert des Nations

L`une des réalisations les plus remarquables sous Ouattara, c`est l`amélioration du cadre de vie des populations. En effet, sous l`impulsion de la ministre de l`Environnement et de la Salubrité Urbaine, un point d`honneur a été mis à la lutte contre toutes les sortes de nuisances constatées par le passé : odeurs pestilentielles des ordures ménagères déversées à tous les coins de rue à Abidjan et à l`intérieur du pays, occupations anarchiques des trottoirs et voies publiques, marchés d`automobiles à ciel ouvert tout le long du boulevard Valérie Giscard D’Estaing (VGE), les nuisances sonores de la célèbre «Rue Princesse», etc. Ainsi, dès les premiers jours de la prise de fonction du président Ouattara, l`espace baptisé «La Sorbonne», au Plateau, a été rasé. Ce lieu était comme une «gangrène» en plein cœur de la Cité des Affaires. Anne Oulotto a ensuite fait nettoyer toutes les rues et ruelles d`Abidjan de leurs immondices, et aujourd`hui on respire mieux dans la capitale économique ivoirienne. Les trottoirs ont été dégagés de leurs occupants encombrants, les domaines publics ont été libérés de leurs installations anarchiques construites parfois sur la voie publique, les caniveaux et égouts ont été débouchés et sont régulièrement curés, le VGE a été délivré de ses marchés de véhicules d`occasion à ciel ouvert qui bouchaient la vue, la célèbre «Rue Princesse» réputée pour ses nuisances sonores et sa perversion des mœurs sans pareil a été anéantie, etc. Ces actions vigoureuses de celle qui est affectueusement surnommée «Maman Bulldozer», encouragées par le gouvernement et le chef de l’État, on changé le visage de l`ancienne «Perle des Lagunes». Transformée en «Perles des Lumières» pour la période des fêtes de fin d`année par ses luminaires géants et scintillants qui donnent à Abidjan, la beauté et l`allure d`une capitale européenne comme Paris, vu de nuit. Le seul bémol à cette mission de salut public, est l`enlaidissement croissant du plan d`eau lagunaire, menacé de disparition dans quelques années par un ensablement progressif et le spectacle répugnant des végétaux aquatiques. Le gouvernement devra adopter un plan d`urgence pour préserver cet écosystème citadin. Au plan diplomatique, la Côte d`Ivoire a retrouvé sa place dans le concert des Nations. Voué aux gémonies lors de la crise postélectorale et mis au ban des Nations, le pays a remonté rapidement la pente après les voyages successifs du président de la République dans le monde. Invité à toutes les grandes tribunes (sommets du G8 et du G20, Nations Unies, Union Européenne, etc), et reçu par les plus grands chefs d`Etat du monde (Barack Obama, Nicolas Sarkozy, Angela Merkel, David Cameron…), Alassane Ouattara a mis à profit toutes ces occasions et rencontres pour redorer le blason quasiment terni de la Côte d`Ivoire à l`étranger. Par ailleurs, ses visites à ses voisins de la sous-région (Blaise Compaoré du Burkina Faso, Goodluck Jonathan du Nigeria, John Atta-Mills du Ghana, Faure Gnassingbé du Togo, Yayi Boni du Bénin…), ont permis d`assainir les relations avec tous ces pays. Tous ces acquis après huit mois à peine de gestion du pouvoir d’État, augurent de bonnes perspectives. Et pourraient favoriser le redécollage économique et le développement de la Côte d`Ivoire, plombée par une décennie de crise stérile.

L’Inter

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires