Guerre des clans – Ouattara met fin aux fonctions de Bictogo (le décret)

Le chef de l’État Alassane Ouattara vient de signer ce mardi 22 mai 2012, un décret mettant fin aux fonctions du ministre de l’Intégration Africaine Adama Bictogo. Apprend-on de bonnes sources à Abidjan (lire le communiqué). Pour comprendre les dessous de ce limogeage subit, consultez les articles sous les deux liens ici-bas. Reste maintenant à savoir, ce qu’il adviendra des différentes procédures de levées d’immunités de député/ministre du concerné Adama Bictogo, afin qu’il reponde des accusations, devant les juridictions compétentes.

-Déchets toxiques – Adama Bictogo cité dans le nouveau scandale (Jeune-Afrique)

-Côte d’Ivoire – Guerre des clans pour l’après Ouattara

PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
————– ————–
Union – Discipline – Travail
————–

COMMUNIQUE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE

Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République a signé, ce jour, le décret dont la teneur suit :

Décret n° 2012-452 du 22 mai 2012
mettant fin aux fonctions du Ministre de l’Intégration Africaine

LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE,

Sur proposition du Premier Ministre ;
Vu la Constitution ;
Vu le décret n° 2011-118 du 22 juin 2011 portant attributions des Membres du Gouvernement ;
Vu le décret n° 2012- 241 du 13 mars 2012 portant nomination du Premier Ministre ;
Vu décret n° 2012-242 du 13 mars 2012 portant nomination des Membres du Gouvernement,

D E C R E T E

Article 1 : Il est mis fin aux fonctions de Ministre de l’Intégration Africaine, de Monsieur Adama BICTOGO.

Article 2 : Le Ministre d’Etat, Ministre des Affaires Etrangères exerce, à titre intérimaire, les attributions du Ministre de l’Intégration Africaine.

Article 3 : Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, est chargé de l’exécution du présent décret qui sera publié au Journal Officiel de la République de Côte d’Ivoire.
Fait à Abidjan, le 22 mai 2012
Le Secrétaire Général du Gouvernement

Sansan KAMBILE

Côte d’Ivoire – Guerre des clans pour l’après Ouattara

Hervé Coulibaly | Connectionivoirienne.net

Le microscope politique ivoirien en finira-t-il un jour avec les guerres de positionnement, même entre militants du même supposé clan politique ? L’opinion a dû constater ces dernières semaines, des attaques virulentes entre les quotidiens pro-Ouattara Nord-Sud et le Patriote. Défense en ligne du numéro 2 actuel du gouvernement de Côte-d’Ivoire Hamed Bakayoko et attaques ciblées contre ce dernier, s’étalent sur la place publique à longueur de semaines. Tous les moyens y passent, la Lettre du Continent, Jeune-Afrique etc. Le dernier acte de cette « guerre de positionnement » ou « guerre des clans » semble, selon plusieurs langues, être le récent « scoop » de jeune-Afrique sur un détournement de 7 millions d’Euros, dans l’affaire Probo Koala/Trafigura. En effet, selon l’hebdomadaire panafricain dans son édition n°2680 du 20 au 26 mai 2012 (Lire ici), « Claude Gohourou, leader estudiantin pro-Gbagbo en exil, Cheick Oumar Kone, le patron de l’Africa Sports d’Abidjan et du groupe Koneco, et Adama Bictogo, ministre de l’Intégration africaine » sont susceptibles de poursuites pour « faux, usage de faux, détournements de fonds, recel et complicité ». JA révèle, suite à une enquête, la police ivoirienne (ministère dirigé par Hamed Bakayoko) arrive à la conclusion que 4,65 milliards de FCFA, sur les 22 milliards de dédommagement versés par Trafigura ne seraient  » jamais parvenus aux victimes ». Dans les milieux pro-Soro (les néo-RDR comme on les appelle), on accuse le clan Hamed Bakayoko d’être à la base des fuites vers Jeune-Afrique. on accuse le clan Hamed Bakayoko d’être à la base des fuites d’informations vers Jeune-Afrique. Dans le camp opposé, selon des sources proches du quotidien le Patriote, les services de Soro Guillaume et Adama Bictogo sont à la base des fuites massives d’informations concernant la Présidence ivoirienne et Hamed Bakayoko, vers la Lettre du Continent et d’autres organes de presse dont… Connectionivoirienne.net (Faux !). Rappelons que le numéro de JA en question, était introuvable hier 21 mai dans les kiosques en Côte-d’Ivoire. Des sources proches du groupe Jeune-Afrique indiquent que ce numéro est en vente ce mardi 22 mai, le retard de 24H serait dû à des « problèmes de fret ».

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires