Bouygues réalisera un axe routier et un pont en Côte d’Ivoire

Bouygues réalisera un axe routier en Côte d’Ivoire

Bouygues Travaux Publics vient de signer les accords de financement pour la conception, la construction, l’exploitation et la maintenance pendant 30 ans d’un axe routier de 6,4 km en Côte D’ivoire.

Ce projet, dont les travaux représentent un montant total de 232 millions d’euros, est une des toutes premières concessions d’Afrique de l’Ouest. Cet axe comprend notamment le troisième pont d’Abidjan (pont Henri Konan Bedié), d’une longueur de 1,5 km, et l’échangeur Valéry Giscard d’Estaing. Situé à proximité du 1er port de la côte d’Afrique de l’Ouest, il sera un outil indispensable au service de la ville d’Abidjan en offrant une meilleure fluidité du trafic. Le transport des marchandises arrivant au port d’Abidjan sera facilité, permettant ainsi à ce hub international de participer au désenclavement des pays de l’hinterland.

Le fort développement de la zone nord et de la zone sud d’Abidjan contribue en effet à la saturation des deux ponts existants : chaque jour, près de 200 000 véhicules traversent la lagune. Composé de 2×3 voies sur 1,5 km, le pont Henri Konan Bedié reliera Riviera (au nord) à Marcory, deux quartiers majeurs de la ville. A terme, 100 000 véhicules pourront emprunter chaque jour ce nouvel axe routier. Réalisés par Bouygues Travaux Publics, les travaux commenceront en septembre 2012 et dureront deux ans (25 mois). Certains travaux préparatoires ont d’ores et déjà été effectués depuis novembre 2011. En période de pointe, 700 personnes seront mobilisées sur le chantier, dont un grand nombre de collaborateurs recrutés localement, permettant ainsi de faire vivre le tissu économique et social local.

B.P

……….

Economie /
L’accord du financement du 3eme pont d’Abidjan, signé à Paris.

Cérémonie de clôture financière du projet du 3ème pont d’Abidjan (Pont Henry Konan Bédié), premier projet du secteur privé de la BAD en Côte d’Ivoire depuis une décennie
La cérémonie de clôture financière du projet de construction, exploitation et entretien du pont Henri Konan Bédié à Abidjan (‘Le 3ème Pont‘) a eu lieu hier jeudi 28 juin 2012, dans les locaux du cabinet d’avocats White & Case à Paris, en présence du Ministre de l’Économie et des Finances, M.Charles Koffi Diby et du Ministre des Infrastructures Économiques, M. Patrick Achi.
Chef de file des partenaires financiers du projet avec un apport financier de 58 millions d’euros pour un coût total du projet de 272 millions d’euros, la Banque Africaine de Développement (BAD), par cet accord de financement, entend continuer de marquer son ferme engagement à participer activement aux efforts de reconstruction de la Côte d’Ivoire. A ce titre, la BAD aurait joué un rôle de premier plan dans la structuration et la négociation de la transaction selon M. Marc Mandaba, chargé d’investissement supérieur et financement Infrastructure au sein de la banque africaine.
Long de 1.9 km et reliant les communes de Riviera et Marcory au dessus de la lagune Ébrié, le pont Henri Konan Bédié est financé par un groupe d’institutions de financement du développement (AFC, BAD, BIDC, BOAD, FMO), une banque commerciale (BMCE Capital), un fonds de financement des infrastructures (PAIDF), le promoteur du projet (Groupe Bouygues), et le Gouvernement ivoirien. Le projet est développé sous la forme d’un partenariat public-privé (PPP) et sera mis en œuvre à travers une convention de concession d’une durée de 30 ans octroyée à une société de droit ivoirien, la Société Concessionnaire du Pont Riviera Marcory (SOCOPRIM) et représenté à cette cérémonie par son directeur général adjoint, M. Olivier BONNIN. Le promoteur du projet et principal partenaire stratégique est le groupe français Bouygues, leader renommé du secteur des BTP et des concessions d’infrastructures de transport qui était également par les frères Olivier BOUYGUES et Martin BOUYGUES.
L’on se rappellera qu’en 1999, le projet faisait partie d’un programme global de développement de l’infrastructure appelé « Les douze travaux de l’Éléphant d’Afrique ». Le projet avait atteint le stade de la clôture financière avec la participation notamment de la BAD et de la BOAD qui réitèrent leur engagement après une décennie d’incertitude sécuritaire en Côte d’ivoire dû aux crises successives qu’a connu le pays . Partie intégrante du programme « Grand Abidjan », ce projet s’inscrit aujourd’hui dans le cadre du plan directeur d’aménagement de la ville d’Abidjan.
Aussi est-il escompté du projet, une contribution significative au redressement économique du pays par l’amélioration de la qualité des infrastructures de base, le désengorgement de la circulation aux abords du centre-ville, et la compensation de la fermeture temporaire prévue du pont Houphouët-Boigny, l’un des deux ponts existants actuellement sur la lagune, pour raison de travaux de réhabilitation majeure.
Le projet constitue le premier d’une série de PPP dans le secteur des infrastructures que le Gouvernement Ivoirien a planifié de mettre en oeuvre dans le cadre de sa stratégie de remise à niveaux des infrastructures et pour lesquels la BAD compte apporter son concours.
Notons qu’au cours de cette cérémonie plus de 50 contrats de près de 200 pages chacun ont été paraphés par toutes les parties au projet. Du contrat de financement signé entre SOCOPRIM en qualité de société concessionnaire et différents bailleurs de fonds au contrat des Actionnaires en passant par les contrats des Actes de sûreté pour la sécurisation du projet.
Si côté français, le projet qui a commencé fin 2011 a bénéficié d’un emprunt considérable auprès de BNP Paris BAS, côté ivoirien, la BNI, la BHCI et la BICICI y ont apporté une caution particulière.
Rappelons enfin que la société de concession SOCOPRIM d’un capital de 14.530.000.000 Fcfa, sise au 22, rue des Foreurs à Abidjan a pour principaux actionnaires, le groupe BOUYGUES (49%), le Fonds Sud africain PAIDF (22,03%), l’Etat de Côte d’Ivoire (18,65%), la BNI (6,53%) et Total CI (3,78%).

Philippe KOUHON
pkouhon@gmail.com

Commentaires facebook

Author: La Rédaction