Côte d’Ivoire – Les sueurs froides d’Alassane Ouattara

César DJEDJE MEL source: Linfodrome

l’opposition crée des soucis au président Alassane Ouattara

Bon retour sur linfodrome.com pour suivre votre revue de presse quotidienne. Comme information, on peut retenir que les choses ne sont pas roses pour le président Alassane Ouattara, par contre Soro Guillaume s’en sort bien. Il y a aussi que des militaires passent des moments difficiles. Idem pour Ocampo qui a été la cible d’un juge de la CPI.

Ouattara-Opposition

Rapports avec l’opposition, réconciliation nationale, le président Ouattara semble en difficulté. « Traitement de l’opposition : Ouattara coincé », déclare Soir Info. Il révèle que le chef de l’Etat ivoirien est tiraillé entre deux groupes au sein de son parti le RDR, relativement à ses rapports avec le FPI. Le premier groupe dit « qu’il faut tout faire pour ramener le FPI dans le dialogue politique et l’associer à la vie de la nation » tandis que l’autre groupe souhaite que le pouvoir fasse un « black-out » sur la formation de Laurent Gbagbo. Pour eux, étant au pouvoir en coalition RHDP, ils peuvent diriger le pays sans le FPI. Par ailleurs, Le Temps explique que le président négocie en cachette avec un pro-Gbagbo, Aboudramane Sangaré, pour sa libération de prison à condition qu’il ne parle plus du FPI et de Gbagbo. Ce dernier lui aurait rétorqué : « Je ne sortirai pas de prison pour faire plaisir à Ouattara alors que ce dernier continue de traquer les pro-Gbagbo ». Sur la question et de l’ensemble de la situation sociopolitique en Côte d’Ivoire, L’Intelligent d’Abidjan annonce une rencontre entre François Hollande et Alassane Ouattara à Paris, au cours de laquelle le président français donnera à son homologue ivoirien des consignes pour décrisper l’atmosphère en Côte d’Ivoire.

Difficile moment pour des militaires


L’Inter apprend que « 10 militaires sont pris à Daloa ». Selon ses investigations, il indique que ces éléments des ex-Forces de Défense et de Sécurité de Côte d’Ivoire sont accusés d’insubordination puis d’atteinte à la sûreté de l’Etat. Cette affaire qui, dit le journal, est gérée dans la plus grande discrétion remonte au 16 juin. Date à laquelle ils ont été arrêtés puis conduits à Abidjan, trois jours après, dans les geôles du ministère de la Défense où ils sont gardés. Ce qui inquiète leurs parents. L’ONUCI se serait saisi du dossier. Le Temps ajoute que ces militaires sont torturés devant l’impuissante de l’ONUCI, qui cependant est indigné du fait que ces soldats sont gardés en cachette si tant est qu’on leur reproche une indiscipline. Selon Le Temps, cette situation provoque une suspicion au sein de l’armée. Quant à Le Nouveau Courrier, il révèle que des militaires meurent en silence sous la torture dans les prisons.

Ocampo critiqué par son ancien collègue

« A un mois du procès de Gbagbo, Hans Peter Kaul, juge à la CPI, se déchaîne : Bensouda doit arrêter les faux témoins d’Ocampo », écrit à la Une Aujourd’hui. Le juge de la CPI a déclaré : « Nous les juges, avons souvent dû établir qu’il nous présentait des témoins problématiques qui ne pouvaient contribuer à rien et qui ne savaient rien ». Quant à Notre Voie, il titre : « Un juge de la CPI tire à boulets rouges sur Ocampo » et rapporte que, selon Hans, « même les arguments juridiques du procureur Ocampo ont été souvent insuffisants (légers) ». Par ailleurs, ce journal livre une déclaration de Fatou Bensouda dans Paris Match à l’endroit du procès de Laurent Gbagbo. « Laurent Gbagbo, l’ex-président ivoirien, sera jugé rapidement », a-t-elle affirmé en réponse à une critique sur la lenteur des procès à la CPI. Suite à son titre « Un juge de la CPI allume Ocampo », Le Nouveau Courrier affirme que Hans Peter Kaul a dit d’Ocampo que pendant ses neuf d’exercice à la CPI, il a géré son bureau « comme un grand propriétaire foncier argentin ».

Soro reçu par son homologue français

Le président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Guillaume Soro, sera reçu par son homologue Claude Bartolone de la France, aujourd’hui à 15H à l’Hôtel de Lassay, informe Nord-Sud Quotidien qui précise, en outre, qu’il est la première personnalité ivoirienne à être officiellement reçue par le nouveau pouvoir socialiste français. A l’occasion du 5ième anniversaire de l’attentat contre son avion, le chef du législatif ivoirien a indiqué sur son blog « que rien n’a été fait pour trouver les coupables. Même les Nations Unies que nous avions saisies nous ont déclaré qu’elles ne disposaient pas de moyens pour faire la lumière sur cet attentat ». Néanmoins, Il a affirmé connaître, d’après une enquête officieuse qu’il a menée, les responsables de cette attaque. Une information qu’il dit garder pour lui seul arenseigné L’Intelligent d’Abidjan

Commentaires facebook

Author: La Rédaction