Côte d’Ivoire Les dessous de la promotion de Konan Boniface [Colonel]

Konan Boniface

C’est le Conseil des ministres du 27 juin qui a livré l’information de la promotion du capitaine de vaisseau-major. «Au titre du ministère auprès de la présidence de la République, chargé de la Défense, sur présentation du régime ministre, le président de la République a signé les décrets de nomination suivants: de directeurs centraux, d’un contrôleur général, de contrôleurs et d’inspecteurs», libellait le communiqué du Conseil des ministres. Parmi ces nominations évoquées par le conseil, celle qui a le plus été commentée est la promotion de l’ancien commandant des fusilleurs marins commando (Fumaco). L’ex-commandant du théâtre des opérations des ex-Fds, actif sur le front militaire pendant la crise postélectorale a été promu inspecteur de la marine. «Ah bon! Un ancien chef militaire pro-Gbagbo nommé par Ouattara? Alors là!», s’est exclamé jeudi matin un homme rencontré à un des nombreux points de vente de journaux à Abidjan. Cette réaction traduit l’étonnement et la surprise avec lesquels l’information a été accueillie. Konan Boniface a été, avec les commandants Abéhi et Dogbo Blé, un des redoutables chefs militaires du camp Gbagbo au cours de la crise postélectorale. Des informations faisaient de ce colonel major, celui qui menait les opérations sur la commune martyre d’Abobo, pendant cette période de tension. Ce qui n’a pas empêché les nouvelles autorités de nommer ce vaillant militaire au poste d’inspecteur de la marine. Mais la promotion du commando fusilleur ne relève pas du hasard. Entre autres raisons, ce haut cadre des ex-forces proches de Laurent Gbagbo n’a pas hésité à regagner son pays le 29 juillet 2011, après l’appel lancé par le chef de l’Etat dans le cadre de la réconciliation nationale. Konan Boniface a donc saisi la perche tendue par le président Ouattara. Sans crainte, sans hésitation ni rancune. Rentré de son exil, après un peu plus de trois mois passés hors du pays, le colonel major avait dit sa joie de revenir en terre ivoirienne. «Cela fait exactement 109 jours que j’ai quitté le sol de Côte d’Ivoire; c’est donc un bonheur de retourner chez soi et de participer à la réconciliation nationale(…). Mon retour est une garantie, une assurance pour que toute personne qui serait cachée pour raison de sécurité, pour la perception du danger qu’il y aurait sur place, puisse prendre exemple et revenir ici», s’était réjoui le capitaine de vaisseau-major. Cette seule sincérité du chef militaire a permis d’installer la confiance entre le pouvoir et le chef militaire. Si bien que dès son arrivée, joignant l’acte à la parole, l’homme s’est sérieusement mis au travail. Dans l’ombre, loin des médias. C’est cette attitude républicaine de Konan Boniface qui lui vaut aujourd’hui cette nomination, disons cette promotion. Même s’il lui est également reconnu son talent au sein de l’armée ivoirienne. On le constate, la réconciliation est une réalité sous le pouvoir Ouattara, pourvu que chacun accepte la main-tendue du chef de l’Etat. Les généraux Philippe Mangou et Edouard Tiapé Kassaraté ne diront pas le contraire. Eux qui ont aussi abondé dans le sens du pardon et de la réconciliation nationale.


Source: L’Expression
Par Ouattara Abdoul Karim

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction