Ce que Ouattara cherche entre deux avions

Par Traoré M. Ahmed, président de l’UNJCI
Source: L’Expression

Alassane Ouattara, depuis sa prise de fonction, est entre deux avions. Hier, il s’est envolé pour Addis-Abeba pour participer au sommet de l’Union africaine. Il mettra ensuite le cap sur la Chine et la France où il est attendu. Rarement, le président de la République a passé trois semaines, assis tranquillement au Palais, à se tourner les pouces et à inaugurer les chrysanthèmes. Ils sont nombreux à se demander pourquoi le PR est toujours parti? Pour ses détracteurs, il voyage trop. Que gagne un homme comme Alassane Ouattara à faire le tour du monde à 70 ans? Que cherche-t-il dans les pays qu’il parcourt? Le président de la République cherche le bonheur de ses concitoyens. Même ceux qui comprennent le bien-fondé de ces voyages ne cachent pas leurs inquiétudes quant à la santé du chef de l’Etat. Car, selon eux, il reste un humain. La plupart craint qu’il prenne un coup. Mais le président sait combien il est important pour son pays. Conscient des actes qu’il pose, Alassane Ouattara est décidé à rattraper le temps perdu. La Côte d’Ivoire a passé une dizaine d’années à tourner en rond. Il y a les routes à réhabiliter, les entreprises à implanter, les investisseurs à convaincre. La santé, l’école et l’emploi ne sont pas en reste. Diplomatiquement parlant, le président s’est investi pour donner force à ce slogan si cher aux hommes de paix comme Félix Houphouët-Boigny: «La Côte d’Ivoire, amie de tous, ennemie de personne». Dans le cadre de la réconciliation nationale, le N°1 ivoirien a fait le tourdes pays de la sous-région ouest-africaine pour appeler ses compatriotes exilés à regagner leur pays. Depuis qu’il a les pleins pouvoirs, le premier magistrat ivoirien démontre qu’il est capable de faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent à l’horizon 2020. Et les multiples voyages effectués à tra- vers le monde ont commencé à porter leurs fruits. Sa récente visite en Israël, par exemple, a suscité un engouement particulier chez les hommes d’affaires hébreux qui n’ont pas attendu un mois pour effectuer un voyage de prospection dans notre pays. En visite d’Etat en France, il avait également appelé les investisseurs à faire confiance à la Côte d’Ivoire. En Belgique, où il avait échangé avec les responsables de l’Union européenne, le chef de l’Etat avait réussi à rassure les Européens sur les capacités de son pays à redevenir le havre de paix qu’il était sous le père fondateur de la nation ivoirienne. Aux Etats-Unis, où il faisait partie des rares chefs d’Etat ouest-africains invités au sommet du G8, Alassane Ouattara en avait profité pour rencontrer des opérateurs économiques à qui il avait vanté les mérites de son pays. Les appelant à y investir. En Chine dans les jours à venir, le PR se rend dans un pays qui a des relations privilégiées avec l’Afrique. Dans un pays en reconstruction comme la Côte d’Ivoire, la Chine sera la bienvenue. Alassane Ouattara le sait. Hu Jintao également. On l’imagine, les retombées de ce tête-à-tête pour notre pays sont incommensurables. Le président ivoirien avait annoncé aux Ivoiriens qu’il ne viendrait pas au pouvoir pour s’amuser. Un peu plus d’un an après sa prise de fonction, le chef de l’Etat ne s’est donné aucun répit. Il est plutôt en train de joindre l’acte à la parole. Pour le bonheur des Ivoiriens. Mais au regard des avancées, même ses détracteurs finissent par comprendre qu’il ne fait pas partie de ces gouvernants qui ne tiennent pas leurs promesses. Le président Ouattara a décidé d’offrir le meilleur à ses compatriotes. Et il compte le faire, quoi que cela lui coûte.

Titre J-ci.net

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires