Nécessité d’une thérapie de choc contre la logique de chaos programmée du FPI…

De la nécessité d’une thérapie de choc contre la logique de chaos programmée du FPI…

L’heure n’est plus aux tergiversations. Embarqué dans le vertige d’une haine viscérale longtemps nourrie à l’endroit du chef de l’Etat et tous ceux qui lui sont fidèles, aversion qui enfle visiblement au fil des jours, la volonté du FPI de faire de ce pays débilité par dix années de crise un far West, un état de guerre de chacun contre chacun comme le dirait Hobbes, est clairement affichée. Ces attaques ciblées de ces jours-ci, particulièrement meurtrières et propres à semer la psychose au sein du corps social, en sont la parfaite illustration. Laisser prendre de l’épaisseur à un tel climat d’insécurité généralisée serait un très mauvais signal de la part du pouvoir en direction des populations ivoiriennes quelque peu désemparées par la situation et les populations étrangères tentées par l’aventure ivoirienne. Il s’impose donc au chef de l’Etat et à son gouvernement cet impératif de rompre radicalement avec cette logique constatée jusque-là des réformettes manquant manifestement de courage, de palliatifs qui sont loin d’être des solutions pérennes. Il faut une thérapie de choc qui se conjugue avec des bouleversements profonds au sein de la grande muette et à la tête de certaines instances de décision concernées par la problématique sécuritaire. Il est temps, grand temps de sortir de cette rationalité calculatrice de gratitude qui voudrait qu’on bombarde à des postes en guise de remerciements des ouailles ou des séides affichant de réelles impérities pour la direction des départements pour lesquels ils auront été coptés. L’urgence du moment le commande vivement. Les questions sécuritaires sont, en mon sens, trop sérieuses pour être confiées à des amateurs qui plus est à la loyauté sujette à caution.

Je partage parfaitement cette idée du chef de l’Etat de donner à chaque ivoirien d’être ses collaborateurs, abstraction faite des considérations claniques, ethniques, religieuses ou raciales. Toutefois, j’aimerais aussi relever qu’il serait judicieux et même sage d’être regardant sur l’ayant-été et surtout la dimension éthique de l’individu qu’on investit d’un certain nombre de charges décisives dans la conduite de la destinée du pays. C’est dire qu’au critère de compétence, il faut associer celui afférent au volet éthico-moral de l’individu, son sens républicain, sa vision du patriotisme c’est-à-dire la dose d’amour qu’il déverse, de par ses actes et pensées, sur sa nation. Je crois que ces réquisits dont l’essentialité est ici indiscutable ont manqué ou du moins n’ont pas été privilégiés dans le choix des acteurs devant animer la hiérarchie militaire et certains portefeuilles ministériels. Ces attaques terroristes qui se multiplient allant jusqu’à l’égorgement aussi facile d’officiers de police dénotent de l’incompétence criante de nombre de ceux qui sont chargés d’assurer notre sécurité. Les failles que laissent entrevoir le système sécuritaire leur sont en grande partie imputables quand bien même on peut concéder qu’un travail de sabotage est quotidiennement exécuté par des éléments infiltrés ou d’éléments confirmés qui ont opté pour la bretelle de la déloyauté. C’est pourquoi, pour moi, cette réunion du conseil national de sécurité annoncée à grand renfort de réclame ne doit pas accoucher d’une souris. Pour une fois, je m’attends personnellement à un véritable séisme devant consister impérieusement au dégommage systématique de tous les maillons faibles de la chaîne et leur remplacement par des officiers et civils répondant aux critères ci-dessus définis et qui pourraient même être améliorés pour des résultats plus probants.

Ceci dit, je salue les arrestations d’un certain nombre de responsables du FPI dont Alphonse Douati et Laurent Akoun qui vraisemblablement, sont en accointance avec les assaillants dont les intentions malveillantes, célébrant le mal, sont connues de tous. Ces menées subversives doivent être réprimées avec la dernière énergie par de lourdes peines d’emprisonnement infligées à tous ceux qui y sont impliqués, de quelque bord politique ou obédience religieuse qu’ils soient. Dans le même élan, qu’il soit procédé à la fouille générale de tous les domiciles. Cela permettrait de mettre la main sur une grande quantité d’armes blotties dans des habitations, attendant certainement leurs utilisateurs en faction dans les périmètres. Les patrouilles doivent également être démultipliées puisque la détermination de nuire, d’installer la chienlit, est réelle et donc est à prendre au sérieux. Si se réconcilier est une priorité, la survie demeure la priorité des priorités, la mort faisant de nous de parfaits néants. Être, précède, par ricochet, la réconciliation qui doit être une volonté consensuelle des parties en conflit. Or, au compte de ce chapitre, nous n’assistons qu’à une détermination qui est réelle mais, malheureusement unilatérale, celle du chef de l’Etat qui ne ménage aucun effort dans ce sens. Alors qu’il brandit inlassablement la bible en guise de rituel pacificateur, la partie adverse qui rêve passionnément de voir son guide éclairé, en pension au bagne de Scheveningen, tenir encore le sceptre pour reprendre leurs habitudes immondes, là où ils les ont laissées, continuent à dresser l’épée, indice de poursuite de la belligérance. Que faire dans un tel contexte de refus têtu d’abandonner l’axe de la violence ? Faut-il dormir sur ses lauriers en attendant les coups de dards acérés et meurtriers de l’adversaire ou alors rester en veille, sur ses gardes, dans une posture défensive, mais aussi offensive, prêt à parer à toute éventualité ? La sagesse commande ici qu’on opte pour la seconde perspective, si tant est que notre sécurité et notre survie préoccupent véritablement le chef de l’Etat et son gouvernement. Il faut donc sortir de ce sommeil cataleptique et opposer un traitement de choc à cette logique de chaos programmée du FPI. Que Dieu nous garde !

DIARRA CHEICKH OUMAR
E-mail : diarra.skououmar262@gmail.com

[Facebook_Comments_Widget title= » » appId= »144902495576630″ href= » » numPosts= »20″ width= »570″ color= »light » code= »html5″ ]

Commentaires facebook

Author: La Rédaction