Affaire Koné Katinan: le jugement sur le fond ce jeudi

La rédaction web du Nouveau Courrier 05/09/12 à 11:04

La première audience dans le cadre de ce qu’il est convenu d’appeler la «High Court» d’Accra, dans sa chambre spécialisée «Droits de l’Homme», a bel et bien eu lieu ce matin. Pour rappel, les avocats de Katinan Koné, retenu par le Bureau of National Investigation (BNI, la DST ghanéenne) depuis une dizaine de jours, suite à une demande d’extradition formulée par le régime Ouattara, avaient engagé une procédure d’habeas corpus. Elle visait à demander à l’Etat ghanéen les raisons de la détention prolongée de leur client. Devant la Cour, les avocats de l’Etat ont affirmé que Katinan est détenu suite à la demande d’extradition lancée par Abidjan. Qui a obligé les autorités à saisir la Cour compétente pour statuer sur cette demande. Et cette Cour, affirment les défenseurs de Katinan, se réunira demain pour trancher sur le fond. Le juge de la High Court a donc renvoyé les différentes parties au jugement sur le fond qui aura lieu dans les vingt-quatre heures qui viennent. Et qui pourrait bien être l’audience de tous les dangers. Le moment de vérité. Pour l’instant, Koné Katinan reste donc sous contrôle du BNI ghanéen. Le Nouveau Courrier continue d’enquêter sur la question.

Procès Katinan : Idriss Ouattara, témoin direct, raconte l’audience d’aujourd’hui

par La rédaction Nouveau Courrier


Idriss Ouattara, leader de la «galaxie patriotique» en exil à Accra, était l’une des cinq personnes autorisées à assister au procès Katinan Koné, porte-parole du président Laurent Gbagbo, qui se tenait ce matin à la High Court d’Accra. Il était donc à l’intérieur de la salle d’audience, contrairement aux journalistes qui n’avaient pas le droit d’assister aux débats. Il raconte, et appelle la base militante de son camp à la sérénité. «Sur le dossier, le juge devait se prononcer sur deux points : la légalité de l’arrestation et l’extradition. Sur le premier point, l’avocat de Katinan a d’entrée de jeu dénoncé l’illégalité de la procédure et demandé la libération provisoire de son client. Mais le procureur ghanéen a estimé que cette arrestation était plutôt légale. Au vu des pièes fournies par le procureur, le juge a suivi la partie plaignante. Katinan Koné sera maintenu en détention jusqu’à la fin du procès à moins qu’une demande de libération sous caution ne soit introduite. Sur le deuxième point, le juge s’est déclaré incompétent et a renvoyé l’affaire devant un juge spécialisé en matière d’extradition dans une autre juridiction dans le District d’Osu. Le procès sur l’extradition tant attendu aura finalement lieu demain. Aux patriotes, nous demandons de rester sereins car le cœur du procès c’est l’extradition, et non la légalité de la détention. Apres la position sans ambages du président ghanéen hier qui a définitivement tranché cette affaire nous sommes tous convaincus de l’issue heureuse de ce procès».

[Facebook_Comments_Widget title= » » appId= »144902495576630″ href= » » numPosts= »20″ width= »570″ color= »light » code= »html5″]

Author: La Rédaction