Salon du chocolat des activistes ivoiriens créent l’émoi, Nestlé ferme son stand

Par Connectionivoirienne.net | 05.11.2012

L’édition 2012 du salon du chocolat s’est tenue à Paris du 31 octobre au 4 novembre. Il s’agit de l’une des nombreuses occasions pour les chocolatiers mondiaux de venir présenter leurs meilleurs recettes en chocolat. Le salon de cette année s’est tenu dans une atmosphère « lourde », dans un contexte d’abus des droits de l’homme jamais égalés dans la jeune histoire de la Côte-d’Ivoire [1er producteur mondial de cacao]. Des violations des droits de l’homme généralement occultées par les multinationales présentes à ce salon, qui reste aussi bon an, mal an l’occasion pour les gouvernements successifs ivoiriens de venir vanter les mérites du cacao « made in Côte-d’Ivoire ». L’actuel gouvernement qui n’a pas dérogé à cette règle d’or était représenté par le président du conseil d’administration du Conseil du café-cacao, M. Lambert Kouassi Konan accompagné de M. Ismaël Bamba, le directeur technique dudit Conseil. Ces deux officiels ivoiriens en ont profité pour animer une conférence publique le samedi dernier. Mais la particularité, l’innovation de ce salon 2012 fut incontestablement la présence d’une seconde délégation ivoirienne, non officielle. En effet, un groupe d’activistes ivoiriens a eu cette année le nez-creux en profitant de ce salon pour aller dénoncer les nombreuses violations des droits de l’homme [tortures, enlèvements, exécutions sommaires] devenues monnaie courante en Côte-d’Ivoire depuis l’accession d’Alassane Ouattara au pouvoir, sans oublier de crier leur ras-le-bol face au « tort fait à Laurent Gbagbo et à ses camarades socialistes ivoiriens massivement emprisonnés ». Ces activistes ivoiriens racontent leur aventure: « Sous un impressionnant encadrement policier, 10 patriotes ont réussi à créer l’émoi au grand salon du chocolat hier [dimanche] à Paris versailles. Le stand de Nestlé s’est vu obligé de fermer avant l’heure. Les visiteurs impressionnés par les vérités dites par nos camarades, se sont bousculés pour se procurer les brochures et prospectus montrant les atrocités de Ouattara en Côte-d’Ivoire. Nos camarades ont même reçu des félicitations de la part de certains policiers, avant d’être embarqués pour le commissariat pour les formalités de contrôle d’identité. C’est le scoop de la semaine ! »

Par Connectionivoirienne.net

Author: La Rédaction