Les bailleurs promettent 4337 milliards CFA de crédits à la Côte-d’Ivoire

Communiqué final de la Première journée du Groupe consultatif de la Côte d’Ivoire

Le président ivoirien, M. Alassane Ouattara1. Le 4 Décembre 2012 s’est tenue à Paris la première journée du Groupe Consultatif pour la mobilisation des ressources nécessaires au financement du Plan National de Développement (PND 2012-2015). 2. Ce Groupe Consultatif a été organisé par le Gouvernement de la République de Côte d’Ivoire en partenariat avec la Banque Mondiale et le Système des Nations Unies avec l’appui des Partenaires Techniques et Financiers bilatéraux et multilatéraux.
3. La cérémonie d’ouverture a été placée sous la Haute Présidence de S.E.M Alassane OUATTARA, Président de la République de Côte d’Ivoire en présence de Madame Hélène Conway, Ministre déléguée auprès du Ministre des Affaires Etrangères de la République Française, chargée des Français de l’Etranger, et des hauts représentants des Institutions multilatérales et bilatérales, la société civile nationale et internationale.

4. Dans son allocution d’ouverture, le Président de la République a remercié Mr. Jim Yong Kim, Président de la Banque Mondiale pour avoir accepté d’appuyer l’organisation de ce Groupe Consultatif. Il a en outre remercié les autorités françaises pour l’accueil chaleureux qui lui a été réservé ainsi qu’à sa délégation. Il a par ailleurs exprimé sa profonde gratitude à tous les partenaires bilatéraux et multilatéraux ainsi que le secteur privé qui ont tenu à répondre à l’invitation pour participer au Groupe Consultatif.

5. Son Excellence Monsieur le Président de la République a souligné que le Plan National de Développement 2012-2015 définit une nouvelle stratégie autour de puissants moteurs de croissance. Sa mise en place permettra d’atteindre une croissance forte, soutenue, solidaire, équitable, respectueuse de l’environnement et créatrice d’emplois surtout pour les jeunes. Un agenda cohérent de mesures structurelles de grande ampleur est entrain d’être mis en oeuvre avec les partenaires multilatéraux et bilatéraux pour continuer à renforcer la compétitivité de l’économie.

6. L’objectif est de rejoindre le groupe de tête des pays africains les mieux placés en matière d’indice du Développement Humain du PNUD, de bonne gouvernance et de lutte contre la corruption tout en créant un des meilleurs climats des affaires en Afrique.

7. Les financements privés et les Partenariats Public-Privés (PPP) contribueront à la réalisation des investissements privés prévus dans le Plan National de Développement. Le secteur privé est au centre de la stratégie de développement de la Côte d’Ivoire.

8. Les travaux du Groupe Consultatif se sont poursuivis par une présentation de Son Excellence Monsieur Daniel Kablan DUNCAN, Premier Ministre, Ministre de l’Economie et des Finances, sur le Processus de Paix, la Gouvernance, la Sécurité et les perspectives économiques et financières du pays et une présentation du PND 2012-2015 par Docteur Albert Toikeusse MABRI, Ministre d’Etat, Ministre du Plan et du Développement, notamment le contexte et objectifs du PND 2012-2015 en particulier la stratégie de financement et les projets structurants.

9. Le montant total des investissements à réaliser sur la période 2012-2015 s’élève à 11076 milliards de FCFA (soit 22 milliards de dollars) dont 1566,1 milliards de FCFA (soit 3,1 milliards de dollars) pour l’année 2012. Pour la période 2013-2015, les investissements à réaliser s’élèvent à 9509,9 milliards de F CFA (soit environ 19 milliards de dollars) dont 4 185,6 milliards de F CFA (environ 8,4 milliards de dollars) du secteur public et 5324,3 milliards de FCFA (soit 10,6 milliards de dollars attendu du secteur privé.

10. Le montant annoncé des contributions s’élève à 4319 milliards de FCFA (soit environ 8,6 milliards de dollars US, 4337,4 milliards FCfa).

11. Dans leurs interventions préliminaires, les représentants des partenaires extérieurs ont salué l’initiative du Gouvernement de la Côte d’Ivoire pour l’organisation de ce Groupe Consultatif et apprécié les efforts déployés dans la définition d’une vision claire de développement à moyen terme. Ils ont mis en exergue les réformes structurelles de grande ampleur entreprises par le Gouvernement pour ramener le pays sur le sentier d’une croissance forte, soutenue, solidaire, créatrice d’emplois et respectueuse du genre et de l’environnement. Ils ont également invité la Communauté internationale et le secteur privé à accompagner la Côte d’Ivoire sur le sentier de l’émergence et de la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). Ils ont réitéré leur disponibilité pour soutenir la mise en oeuvre du PND 2012-2015.

12. Les intervenants ont apprécié la qualité des documents présentés et se sont félicités des perspectives de développement économique et social qui s’ouvrent à la Côte d’Ivoire. Ils ont souligné, par ailleurs, les défis majeurs auxquels le Gouvernement devrait trouver des réponses appropriées, notamment la consolidation de la paix et de réconciliation nationale, la bonne gouvernance, le renforcement des capacités de l’administration publique, le climat des affaires, l’Etat de droit et le choix judicieux de projets structurants y compris dans l’agriculture pour la réduction de la pauvreté. Ils ont réaffirmé leur engagement à soutenir la mise en oeuvre et le financement du PND 2012-2015 grâce a une participation active dans le renforcement de la coordination et l’harmonisation de leurs interventions. En outre, un mécanisme de suivi de la mise en oeuvre des engagements et des flux financiers sera créé dans le cadre du dispositif de suivi de la mise en oeuvre du PND dans l’esprit des déclarations de Paris, Accra et Busan sur l’efficacité de l’aide au développement.

13. Le Gouvernement de Côte d’Ivoire tient à remercier chaleureusement tous les participants pour l’intérêt accorde à cette importante rencontre et pour les engagements pris pour le financement du PND 2012-2015.

Fait à Paris, le 4 Décembre 2012

Liste des participants


Les délégations des pays, institutions, Agences de financement et organisations suivantes ont pris part au Groupe Consultatif: Afrique du Sud, Allemagne, Belgique, Brésil Canada, Chine, Danemark, Egypte, Espagne, Etats Unis d’Amérique, France, Italie, Japon, Luxembourg, Suisse, Turquie, Organisation de la Coopération Islamique (OCI), Banque Africaine de Développement (BAD), Commission de la CEDEAO, Commission de l’UEMOA, Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), Banque Européenne d’Investissements (BEI), Banque Islamique de Développement (BID), Banque Mondiale, Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD), Banque d’Investissement et de Développement de la CEDEAO (BIDC), la Société Financière Internationale (SFI), l’Agence Multilatérale de Garantie des Investissements (MIGA), de Banques Privés et de nombreux fonds d’investissements.
Bureau de Coordination des Affaires Humanitaires (OCHA), Banque Arabe pour le Développement Economique en Afrique (BADEA), Afreximbank, Fonds International pour le Développement Agricole (FIDA), Fonds Monétaire International (FMI), l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI), Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel (ONUDI), Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF), Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), Fonds Koweitien pour le Développement Economique Arabe (FKDE), Fonds Qatari pour le Développement, Fonds Saoudien de Développement (FSD), l’Organisation des Pays Producteurs de Pétrole (OPEP), le Fonds de l’OPEP pour le Développement Internationale (OFID), l’Union Européenne (UE), l’Agence Canadienne pour le Développement International (ACDI), Agence Espagnole de Coopération Internationale (AECI), Agence Française de Développement (AFD), Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA), la Coopération Technique Allemande (GIZ) et Save the Children, Fonds de Solidarité Africain (FSA), Fonds Saoudien de Développement (FSD), le Réseau Aga Khan pour le Développement et Plan International.

Présidence de Côte d’Ivoire

Côte d’Ivoire : Ouattara emporte 8,6 milliards de dollars

Jeune-Afrique

À Paris, à l’occasion de la première journée du Groupe consultatif pour la Côte d’Ivoire, le chef de l’État ivoirien a convaincu les bailleurs institutionnels de participer à la reconstruction de la Côte d’Ivoire. Au total, les différents partenaires ont annoncé un total de 8,6 milliards de dollars de financements sur la période 2013-2015.

Mardi 4 décembre, 9h00, siège parisien de la banque mondiale, plus de deux cents personnes sont venues assister à la session d’ouverture du Groupe consultatif de la Côte d’Ivoire. La salle de conférence a fait le plein. Au fond de l’assemblée, sagement alignés, de part et d’autres de la table principale présidée par le chef de l’État, Alassane Ouattara, une douzaine de ministres fraîchement nommés (Santé, Commerce, Industrie, Infrastructure, Education, Affaire étrangères, Agriculture) ont spécialement fait le déplacement depuis Abidjan. L’événement est d’importance. Fin mars, la Côte d’Ivoire a adopté un plan national de développement (PND) dont l’objectif est de lui permettre de devenir un pays émergent d’ici à 2020. Reste maintenant à le financer. À lui seul l’État devra trouver environ 8 milliards de dollars.

Paris premier bailleur

Avant d’accueillir le secteur privé, mercredi, les travaux ont débuté par les interventions des principaux bailleurs de la Côte d’Ivoire. Représentant Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères français, retenu par une réunion de l’OTAN, Hélène Conway, ministre déléguée aux Français de l’étranger, a renouvelé le soutien de la France à la Côte d’Ivoire, rappelant que Paris avait été le premier bailleur à apporter son soutien à la Côte d’Ivoire à l’issue de la crise électorale. Un engagement symbolisé par le premier contrat de désendettement et de développement (C2D) de 630 millions d’euros sur la période 2012-2015 signé le 1er décembre par Pascal Canfin, ministre du Développement, à Abidjan.

Progrès rapide et résilience

Ce fut ensuite au Vice-Président de la Banque mondiale, Makhtar Diop de prendre la parole pour saluer les progrès rapides obtenus par le Président Ouattara notamment en matière de rétablissement des prérogatives régaliennes de l’Etat et de croissance économique. « Pour réussir, la Côte d’Ivoire ne sera pas seul », a-t-il martelé en saluant la capacité de résilience du pays, notamment grâce à un secteur privé fort. Un point de vue partagé par Albert Gerard Koenders, Représentant spécial des Nations unies pour la Côte d’Ivoire, qui a cependant rappelé que l’Etat devait donner des garanties à tous les Ivoiriens, engager de profondes réformes pour réduire les disparités et consolider la paix. Comme Makhtar Diop avant lui, il a aussi rappelé le rôle majeur joué par Abidjan dans la région ouest africaine.

Après les interventions de Bréhima Boubacar Sidibe, vice-président de la Banque islamique de développement (BID) et Zondo Thomas Sakala, vice-président de la Banque africaine de développement (BAD), le président Ouattara a conclu cette première session, affirmant devant l’assemblée : « La Côte d’Ivoire est train de réussir son décollage. Rien ne pourra arrêter la réconciliation. Ce grand mouvement ne sera pas affecté par quelques épisodes de violence localisés… » en référence aux attaques attribuées ces derniers mois aux soutiens de l’ancien président Laurent Gbagbo. Un projet qui passe par une croissance partagée avec pour objectif de réduire de moitié la pauvreté (50 % de la population) d’ici à 2015.

Des nouveaux financements

« Je suis conscient des contraintes budgétaires qui pèsent sur les pays amis mais je vous enjoins de continuer à nous aider », a conclu le président Ouattara. Sur la période 2013-2015, le PND requerra un investissement public d’environ trois milliards d’euros. Une somme largement dépassée puisque le président a recueilli 8,6 milliards de dollars de financements. En plus de réunir les bailleurs habituels, cette réunion a également permis de mobiliser largement en dehors des financiers habituels : la Banque mondiale, la Banque africaine de développement, la Banque islamique de développement, les Nations unies, la France, le FMI, la BOAD, l’Allemagne, la BIDC, la Banque européenne d’investissement, mais aussi la Badea (Banque arabe pour le développement en Afrique) ou le Japon participent à l’effort consenti.

Enfin, cette réunion permet à Alassane Ouattara de mettre son nouveau gouvernement en ordre de bataille : il leur faut se mettre au travail pour prouver que la Côte d’Ivoire est à la hauteur de la confiance qui lui est accordée par les bailleurs.

Lire l’article sur Jeuneafrique.com : Côte d’Ivoire : Ouattara emporte 8,6 milliards de dollars

Titre: J-ci.net

[Facebook_Comments_Widget title= »Commentaire Facebook » appId= »144902495576630″ href= » » numPosts= »5″ width= »570″ color= »light » code= »html5″]

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires