Côte d’Ivoire Éducation – Kandia est un danger !

Dans sa parution du samedi 14 décembre, le quotidien soir info révélait ceci :

« Excédée par les grèves intempestives, jugées inopportunes, Kandia menace de fermer l’école pour un an. »

C’est ainsi que l’on pourrait résumer la rencontre qu’a eue hier la ministre de l’éducation nationale et de l’enseignement technique avec les associations et mouvements des parents d’élèves, le forum des confessions religieuses, les chefs coutumiers. Il était question pour le premier responsable de l’école ivoirienne de mettre en mission ces partenaires sociaux pour faire entendre raison aux syndicats. «Cela y va de la responsabilité de chaque acteur, parents d’élèves. Echanger avec vous, nos partenaires sociaux, et vous informer de la réalité de la situation qui prévaut dans nos écoles et vous amener à prendre la pleine mesure de la situation concernant l’éducation de vos enfants. Nous souhaitons que les parents d’élèves, les responsables religieux, les chefs coutumiers que vous êtes…s’engagent dans la gestion de l’école et le règlement de cette crise». Mais avant, elle est revenue sur l’ensemble des efforts faits par l’Etat aux enseignants dans le souci de sauver l’école et mettre fin aux arrêts de travail à l’école qui, selon elle, «sont à la base du niveau bas de nos résultats scolaires.» Ce qu’il faut savoir, c’est ce que l’Etat a proposé de payer 42.600.000.000(42 milliards 600 millions) pour l’ensemble des fonctionnaires d’ici 2013. Chose que réfutent les syndicats. Au dire du ministre de l’éducation nationale, «Ils exigent qu’on paye les indemnités mais aussi qu’on paye les arriérés de 2007 à aujourd’hui qui s’élèvent à 207 milliards ici et maintenant plutôt que les 42 milliards 600 millions que nous leur proposons pour faire face à ces engagements. Ils lancent une grève illimitée à partir du 14 janvier. Si la situation continue ainsi, nous serons obligés de demander au président de la République de fermer l’école sur un an. Ainsi, ils seront sans salaire et cet argent va servir à la réhabilitation de l’école sérieusement marquée par la crise. Nous leur demandons d’être patients parce que nous venons de loin». l’Etat étant une continuité, a-telle précisé, « nous avons décidé d’honorer les engagements pris par l’ancien régime. »

Ces propos de la Ministre Kandia Camara ne surprennent pas. Pourtant, ils appellent une réaction de chacun des ivoiriens en ce que l’école est un élément transversale qui touche directement ou forcément indirectement chacun de nous. Qui n’a en effet pas un enfant, un neveu, qui soit un élève ou encore enseignant ou assimilé ?

En effet, un adage malinké dit ceci: « manifester la volonté d’habiller un éléphant est une volonté louable, le réussir est une action encore plus méritoire ». Que la ministre qui a en charge deux ministères mobilisant plus de la moitié des fonctionnaires ne comprenne pas l’importance de sa charge et veuille se mettre à dos 80.000 personnes en suspendant leurs salaires sur un an et en fermant leur lieu de travail sur la même période, est une hérésie. Kandia Camara semble oublier qu’une bonne partie des enseignants dont de nombreuses années de service ont été marquées par le raccrochage et qui continuent d’en payer les conséquences, en veulent terriblement au Président Ouattara. Si une partie de ceux-là ont accepté d’oublier, un grand nombre ne peuvent passer cet état de fait en pertes et profits et attendent des gestes forts de Ouattara. Certains attendent des réparations pour le préjudice subi depuis. Et il est clair qu’une suspension de solde et une fermeture des établissements est loin d’être ce geste attendu. Et pourtant, les revendications exprimées par les enseignants à travers l’ISEF (intersyndicale du secteur éducation formation ) . Ceux-là demandent l’application d’accords dûment signés par l’Etat de Côte d’Ivoire. Kandia ne sait pas la valeur de l’école. En affirmant ce qu’elle a dit, Ouattara sait désormais qui est son ennemi dans ce gouvernement. D’ailleurs cette sortie malheureuse de Kandia ne surprend personne. Chacun savait que kandia aurait une réaction inopportune dès la première crise à l’école. Qu’attendre de quelqu’un qui n’est entouré que de has been qui ont encouragé les ministres Amani Michel et bleu Lainé à prendre des décisions iniques qui n’ont eu de résultats que de contribuer à assombrir davantage l’environnement de l’école ?

On le voit, Kandia n’a pas de repère, elle n’a pas de solution pour l’école. Tout ce qui lui importe, c’est de paraitre et le seul titre de ministre lui semble suffisant pour exposer sa morgue et son arrogance, elle qui être du milieu de l’enseignement.
OUATTARA DOIT S’EN MEFIER

Sous le Président Gbagbo, les syndicats en œuvre actuellement sont ceux qui ont fait des grèves parfois rudes.et pourtant certains leaders de ces organisations n’ont jamais caché leur proximité avec le FPI. Que kandia qui a vainement essayé la manipulation et la diabolisation en utilisant le RER (rassemblement des enseignants Républicains) pour faire passer les grévistes pour des putschistes apprenne que rien ne peut estomper la marche vers un mieux être des citoyens. Il est vrai que le Président Ouattara est au travail. Mais la lutte contre la pauvreté qu’il prône et qui a justement été récemment rappelée par Kandia lors du lancement du fonds d’aide aux femmes ne saurait se faire sur la dépouille d’une partie des citoyens. Si Alassane Ouattara suit Kandia dans ces errements, il ne pourra réaliser son projet pour les ivoiriens. Qu’il se débarrasse de cette ministre qui pense qu’il faut discuter avec tout le monde sauf avec les acteurs de la grève qui sont pourtant bien connus.

D.F.S.

[Facebook_Comments_Widget title= »Commentaire Facebook » appId= »144902495576630″ href= » » numPosts= »5″ width= »570″ color= »light » code= »html5″]

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires