Blé Guirao « L’Ouest a trop souffert des divisions politiques de ses fils et filles… »

Entretien avec Jean Blé Guirao

Secrétaire Général Adjoint chargé de l’Organisation et de la Mobilisation de l’UDPCI et Président du Comité de Réconciliation, de Rassemblement et de Reconstruction du Cavally (3R-CAVALLY)

Votre quotidien ABIDJAN24 a rencontré le bouillant Secrétaire Général Adjoint de l’UDPCI qui vient d’être porté à la tête de 3R-Cavally, le tout nouveau Comité de Réconciliation, de Rassemblement et de Reconstruction du Cavally. Sans détours, avec le franc- parlé qu’on lui connait l’Ex Président National de la Jeunesse de l’UDPCI et Ex leader de la FESCI, « le DOUGLOUDOU National » assène ses vérités.

« Notre région a trop souffert de la division de ses fils et filles pour des problèmes politiques….»,

« la vraie réconciliation au niveau national partira du Cavally comme l’a dit le Président OUATTARA… »

« Je ne comprends pas pourquoi certains fils du Cavally sont obligés de tronquer les réalités de notre région à leur leader dès que celui-ci accède à la magistrature suprême du Pays….hier c’était le cas du PDCI et du FPI, à ce jour certains cadres du RDR veulent emprunter ce chemin rocailleux»,

« Pour aider véritablement le Président de la République à réussir son vaste programme de reconstruction et de redressement du pays, nous devons lui dire la vérité, rien que la vérité….. »

«….. Pour nous, le meilleur choix possible autour duquel la réconciliation, le rassemblement et la reconstruction de la région sont possible c’est le Ministre DAGOBERT BANZIO. »

Monsieur le Secrétaire Général Adjoint de l’UDPCI, vous venez d’être porté à la tête de 3R-Cavally. Pouvez-vous nous présenter cette nouvelle structure et ses objectifs

JEAN BLE GUIRAO : je voudrais vous remercier pour l’opportunité que vous nous donnez de parler de 3R-Cavally qui comme son nom l’indique est le Comité de Réconciliation, de Rassemblement et de Reconstruction du Cavally, notre Région. Nous sommes partis d’un constat simple et d’une analyse objective. La crise qui a secouée notre pays en 2002 est partie du nord, a atteint le centre mais a connu son paroxysme de dégâts, de destruction et de morts dans notre région. De même, après les élections de 2010, la crise post électorale qui a secoué le pays à encore atteint son apogée dans notre région. Pourquoi c’est toujours chez nous qu’il y a les pires atrocités, les destructions massives de biens et de personnes. On a conclu que ce sont les problèmes politiques envenimés et mal interprétés par les fils et les filles de la région qui sont à la base de tout cela. Alors que le pays entier se remet doucement depuis la prise de pouvoir du Président OUATTARA, force est de constater que notre région est encore à la traine. Que ce soit au Ghana, au Liberia ou même ailleurs, nos frères et sœurs sont encore des milliers en exil interne ou externe, vivant des conditions difficiles. Chez nous les humanitaires s’activent toujours à assister nos parents avec le minimum en riz, savons, natte et autres. Nos villages, nos campements et nos villes sont encore loin d’atteindre leur vitesse de croisière en peuplement et fonctionnement. Notre région a trop souffert de la division de ses fils et filles pour des problèmes politiques. Quand vous voyez tout cela, que vous êtes lucides, quand vous aimez votre région et vos parents, quand voulez aider le Président de la République à faire passer son programme pour lequel de milliers d’ivoiriens l’ont élu, vous ne pouvez rester indifférents aux souffrances de la région. C’est à partir de là qu’est née le Comité de Réconciliation, de Rassemblement et de Reconstruction du Cavally pour que pour une fois, en faisant fi de nos contradictions politiques, de nos clivages, de ce qui a pu nous opposer hier, de ce qui pu nous diviser hier, nous parlons d’une même voix pour le bien être de la région et de tout ceux qui y habitent. Réconcilier, Rassembler pour Reconstruire le Cavally est notre credo.

Est-ce dans cette mouvance que doit se comprendre votre réconciliation-rapprochement d’avec le Ministre BANZIO DAGOBERT votre farouche adversaire aux dernières législatives dans le Cavally ?

JBG : on peut le dire ainsi. Il y a trop de problèmes entre nous, alliés du RHDP aux dernières législatives et qui ont laissé des séquelles indélébiles. Nous à l’UDPCI, nous nous disons que dans le cadre des accords entre alliés, un poste de député devait nous revenir à BLOLEQUIN. Comment peut on expliquer et comprendre qu’au moment où le Président de l’Assemblée Nationale s’appelle GUILLAUME SORO, que KKB, KARAMOKO YAYORO et BOHE SARR, mes amis au niveau du RJDP entre dans ce parlement, et que moi je n’y sois pas. Ce sont des choses douloureuses mais justement, c’est quand la blessure est douloureuse et profonde que le pardon y trouve tout son sens et son éclat. Devant nous, en Cote d’Ivoire, les Présidents BEDIE et OUATTARA sont des exemples vivants de cet état de fait. Malgré les brouilles antérieures, ils sont réconciliés et Dieu seul sait le rôle majeur joué par le Président BEDIE à la tête du RHDP pour la victoire du Président OUATTARA au second tour. Ils ont visés l’intérêt général qui est la Côte d’Ivoire au détriment de leurs égos ou intérêts personnels. Pour mieux appréhender le sens profond de la réconciliation il faut avoir été profondément blessé et être capable de se mettre au dessus. Quand vous avez vu votre résidence incendiée, quand vous avez vu quatre de vos parents assassinés en un seul jour, quand vous perdez les élections dans les conditions qui étaient les nôtres et que Dieu vous a maintenu en vie, se réconcilier avec son frère devient donc une nécessité inspirée par Dieu tout puissant. Ainsi, après plusieurs mois de brouilles, de tensions et de malentendus dans BLOLEQUIN, après plusieurs réunions nocturnes et diurnes, j’ai accepté de saisir la main tendu de mon aîné, le Ministre DAGOBERT BANZIO en pensant à notre région, à nos parents qui ont souffert de nos divisions. On a compris que unis et solidaires nous serons forts pour aborder les problèmes cruciaux de notre région. Personne d’autre ne viendra faire la réconciliation à notre place pour alléger les souffrances de nos parents. Voici pourquoi nous avons décidé de tourner la page et de parler d’une même voix désormais dans le Cavally pour la réconciliation et le développement. A l’approche des prochaines élections il ne faut plus que notre région soit pointée du doigt en termes de foyer de violence ou de tension, de destruction massive ou de morts inutiles.


Quels sont les objectifs réels de 3R-Cavally ?

JBG : nous nous sommes donné pour objectifs premiers de réconcilier, de rassembler tous les enfants du CAVALLY en vue de reconstruire notre région longtemps déchirée, défigurée par les nombreuses dissensions internes de ses fils et filles et cela, pour ne pas rater le train de développement du programme du Président OUATTARA. Notre rôle sera donc de donner et d’exposer aux décideurs en temps réels, les réalités socio économiques de notre région afin que des mesures idoines et vigoureuses soient prises en vue d’aider cette région, totalement sinistrée et encore fragile au niveau de l’équilibre sécuritaire, à sortir de cette léthargie pour amorcer le développement réel.
. Je ne comprends pas pourquoi certains fils du Cavally sont obligés de tronquer les réalités de notre région à leur leader dès que celui-ci accède à la magistrature suprême du Pays….hier c’était le cas de nos frères et sœurs du PDCI et du FPI, à ce jour certains cadres du RDR veulent emprunter ce chemin rocailleux qui ne peut plus prospérer. La seule manière d’aider le Président à nous aider, c’est de lui dire la vérité du terrain ou lui donner la réalité des faits sans embelli politique. Pour aider véritablement le Président de la République à réussir son vaste programme de reconstruction et de redressement du pays, nous devons lui dire la vérité, rien que la vérité.

Vous avez décidé de travailler à la réconciliation et à l’unité des fils et des filles du Cavally, mais les élections prochaines arrivent à grands pas et des voix discordantes commencent à se faire sentir. Êtes-vous sûr que votre message sera entendu ? A commencer par les militants de votre propre parti ?

JBG: Nous sommes conscients du fait que notre tache ne sera pas facile car qui dit réconciliation parle forcement de blessures à cicatriser ou de tensions à lever. Nous sommes conscients et c’est pour cela que notre action va au-delà des partis politiques de notre bord pour englober tout le monde dans le Cavally, notre action va au-delà des WES uniquement pour englober nos frères Akans, Malinké et Dan qui vivent avec nuit, en parfaite symbiose depuis belle lurette et qui sont aussi concernés par la réconciliation, le rassemblement et la reconstruction de la région. Nous avons souhaité, pour une fois, prendre tout le monde à contre pieds et parler d’une seule voix. Les peuples frères qui sont autour de nous nous donnent chaque jour l’exemple de discipline et de solidarité vraie. Entre les deux tours des Présidentielles, vous avez vu la très grande discipline observée par nos frères Akans par rapport au mot d’ordre et consignes de vote donnés par le Président BEDIE. Pourquoi chez nous on n’en ferait pas autant afin que les prochaines élections, au lieu d’être des foyers de tension soient le lieu de retrouvaille et de fête entre des frères et des sœurs qui se seraient réconciliés et auraient accueilli les autres frères et sœurs en exil actuellement et qui tardent à rentrer. On est allé au-delà des barrières ou clivages politiques. Pour nous, le meilleur choix possible autour duquel la réconciliation, le rassemblement et la reconstruction de la région sont possible actuellement, c’est le Ministre DAGOBERT BANZIO. C’est un choix que nous assumons mais je pense qu’avec tout ce que nous enregistrons comme réactions de partout, nous ne nous sommes pas trompés sur la volonté de nos parents de parler d’une même voix pour aborder les problèmes cruciaux de notre région. Notre message est entrain de passer et d’être entendu partout. Ceux qui ne l’avaient pas compris sont entrain de le percevoir et de le comprendre. Pour mon Parti, je suis trop serein et à l’aise pour en parler. Notre Parti est né en février 2001 donc sous le règne de GBAGBO. Vous avez suivi tout ce qui s’est passé dans cette région. Achat de conscience, intimidation ou assassinat. Notre Parti et ses militants ont tenu car pour les autres c’était un crime de lèche majesté que de militer à l’UDPCI dans une région fortement acquise au FPI. Nos militants, pas tous, n’ont tenu qu’au prix de milliers de sacrifices et de privations. Sur les quatre postes brigués aux dernières législatives, nous n’avons eu aucun député. Au sortir du 24 février 2013 prochain, les ambitions locales du Parti seraient d’avoir des postes au Conseil régional, des postes dans les différents Conseils Municipaux. Nos Camarades qui sont sous la pluie et le soleil avec nous depuis des années et avec qui de jour ou de nuit, on a franchi GUESSABO ou le pont du N’ZO, dans des conditions de sécurité parfois terribles, sont en phase avec nous et savent que la voie de la réconciliation et du rassemblement empruntée est salutaire pour notre Parti. Pour le reste, les négociations globales entamées sur une base et des critères objectifs nous ont donné des éléments que nous versons cette semaine devant le comité électoral de notre Parti. Nos militants savent ce qui a été fait par nous de la naissance du Parti à ce jour. Nous ne dormons pas dans des hôtels à GUIGLO lorsque nous sommes dans le Cavally comme certains et nous savons que dans cette région, l’UDPCI ce sont trois coordinations à GUIGLO, TAI et ZAGNE, ce sont sept coordinations à BLOLEQUIN et cinq à TOULEPLEU. Voici la réalité du Parti sur le terrain que nous avons contribué à maintenir dans notre région au prix de milles efforts, dans des conditions parfois difficiles et je voudrais rendre un vibrant un hommage à tous nos militants, nos responsables de TAI, ZAGNE, GUIGLO, BLOLEQUIN, DOKE, DIBOKE, ZEAGLO, TINHOU, BOUGALOU, PEHE, TOULEPLEU, NEZOBLY, BAKOUBLY qui ont refusé de faire clochardiser et qui ont fait preuve de fidélité et de loyauté envers le Parti.

Votre dernier mot ?

JBG: Le 3R-CAVALLY est né et a commencé à travailler à la réconciliation, au rassemblement des fils et des filles de notre région. Pour une fois, nous voulons montrer un autre visage de notre peuple qui reste et demeure un peuple fidele, un peuple digne, un peuple qui ne sait pas tricher. Notre devoir est de faire en sorte que les prochaines élections soient véritablement apaisées. Je demande à ceux qui trainent les pieds de nous rejoindre pour reconstruire cette vaste et riche région autour de l’un de ses dignes fils, le Ministre DAGOBERT BANZIO. La paix, la vraie paix et la réconciliation passe par cet état de fait pour une cohésion totale de notre région.

Entretien réalisé par SERIBA KONE

ABIDJAN24

[Facebook_Comments_Widget title= »Commentaire Facebook » appId= »144902495576630″ href= » » numPosts= »5″ width= »570″ color= »light » code= »html5″]

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires