12e congrès du PDCI Banny et Mady vice-présidents de Bédié à 80 ans ?

Bedie_257526691

C’est désormais un secret de polichinelle. Le président Henri Konan Bédié sera candidat à sa propre succession à la tête du PDCI-RDA au 12ème congrès du prévu en octobre prochain. Mais au-delà de cette seule candidature officiellement déclarée, d’autres ambitions cachées qui veulent briguer la présidence du parti sexagénaire bouillonnent dans l’ombre. A l’intérieur du parti. Plusieurs noms circulent à cet effet sur les lèvres. Même si les concernés semblent pour l’instant se garder de tout commentaire ou toute déclaration sur cette question brûlante (stratégie politique oblige), il n’en demeure pas moins vrai que certains de leurs proches soutiennent cette volonté du reste noble d’aller à l’assaut de la présidence de leur parti. Toute chose qui fait dire à plusieurs observateurs de la scène politique que les débats à cette rencontre décisive du PDCI seront très ouverts. Vu l’intérêt que suscite ce conclave. Le leader actuel du parti fondé par le président du Félix Houphouët-Boigny, Henri Konan Bédié, qui sollicite un autre mandat à la tête du parti pourrait être opposé à des challengers. Du moins si on en croit aux grandes oreilles du marigot politique ivoirien. Mais qui sont ces concurrents du sphinx de Daoukro qui tissent prudemment comme s’ils marchaient sur des œufs. Dans tous les cas, ce ne sont pas des inconnus de la maison verte de Cocody. Alors là pas du tout. Ce sont des militants qui ont fait leur armes auprès du président Félix Houphouët-Boigny. Ceux que l’on appelle communément les barons. Ils sont pour la plupart des membres influents de hautes instances du Pdci. Sur cette short-liste qui circule pour l’instant sous cape dans les couloirs du siège du PDCI figurent entre autre Charles Konan Banny (CKB), membre du bureau politique, président de la Commission Dialogue-Vérité-Réconciliation. La mission du président de la CDVR prend fin le 28 septembre. CKB ne souhaite plus prolonger sa mission à la tête de la CDVR. Autre prétendant, Alphonse Djédjé Mady, Secrétaire général du PDCI-RDA. « Le général » comme l’appellent ses intimes a l’intention de briguer le poste de président du PDCI. Depuis 11 ans, Alphonse Djédjé Mady a contribué à redonner vie au PDCI et à le (re)implanter le cœur des Ivoiriens. Quant à Kouassi Yao, membre du bureau politique, inspecteur du parti, ex-secrétaire général de la présidence de la République (1993-1999), il est présenté comme une imminence grise très consultée au PDCI-RDA. Il a révélé ses intentions lors d’une conférence de presse, le 10 janvier dernier. « Je vous annonce que je serai candidat à la présidence du PDCI-RDA au prochain congrès, si par extraordinaire ce congrès était convoqué avant que je ne boucle mes 75 ans! » A ironiquement déclaré professeur Kouassi Yao, lors d’une conférence de presse à l’Hôtel ivoire de Cocody ; exprimant sa « peine » pour n’avoir pas été parrainé par son parti dans le cadre élections régionales pour la région du N’Zi. Avant d’atteindre l’étape du congrès, le précongrès prévu dans quelques mois plutôt pour permettre aux uns et aux autres d’avoir une lisibilité dans la tenue de ses assisse. La volonté d’insuffler du sang neuf au Pdci-Rda et surtout la culture démocratique qui caractérise le parti doyen donne droit de laisser fleurir les jeunes fleurs. Selon nos sources, le comité préparatoire du congrès du PDCI a proposé des modifications des textes du parti. A en croire ces sources, deux postes de vice-présidents seront créés. Deux têtes fortes du parti sont pressenties pour les diriger. Il s’agit de Charles Konan Banny (1er vice-président) et Alphonse Djédjé Mady (2ème vice-président). Ces deux adjoints du président Bédié auront des tâches précises au sortir du congrès. Ils auront les pleins pouvoirs. Toutefois, le secrétariat général sera supprimé au profit d’un secrétariat Exécutif ou d’une direction Exécutive. Cet organe sera « le gouvernement du PDCI ». Il serait composé seulement de 20 membres. Les membres de cette instance du parti seront choisis sur la base de leur compétence et de leur militantisme avéré. Plusieurs noms circulent pour occuper ce poste stratégique. Profil recherché : être jeune et rassembleur.

Patrick N’GUESSAN

Le Mandat

[Facebook_Comments_Widget title= » » appId= »144902495576630″ href= » » numPosts= »5″ width= »470″ color= »light » code= »html5″]

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires