Remboursement de la dette – Duncan réitère l’engagement à consommer le budget 2013 du C2D

duncan75

Abidjan, 24 juin (AIP) – Le premier ministre Daniel Kablan Duncan réitère l’engagement du gouvernement à consommer la totalité du budget alloué au titre de l’année 2013 dans le cadre de la mise en œuvre du contrat de désendettement et de développement (C2D) signé le 1er décembre dernier.

« Le président de la République a pris l’engagement pour que les montants des échéances de remboursement de la dette d’avril et d’octobre 2013 soient maintenus et que le budget de C2D au titre de l’année 2013 soit entièrement consommé », a déclaré Kablan Duncan, lundi, à l’ouverture d’un séminaire de réflexion sur les pistes d’accélération de la consommation du budget C2D au titre l’exercice 2013.

Le chef du gouvernement ivoirien a rassuré la partie française de la tenue de cette instruction du président de la République, insistant que son gouvernement a l’obligation de se donner les moyens de la tenir.

Selon une réévaluation à mi-parcours de la capacité d’absorption des budgets alloués aux ministères techniques, « seulement 60% du budget de cette année pourront être consommés en suivant le rythme actuel d’exécution des projets, soit 57,75 milliards de FCFA sur les 98,4 milliards prévus », a déclaré le premier ministre Kablan Duncan.


Pour un montant de 413,25 milliards de FCFA réparti sur une période de trois ans, le premier C2D entre la Côte d’Ivoire et la France est un mécanisme d’annulation des créances d’aide publique au développement (APD), à travers un refinancement par dons, des échéances de la dette remboursée par la Côte d’Ivoire, explique-t-on.

« Au vu de l’état d’avancement des projets, à ce jour, 16,4 milliards (sur 98,4 milliards de FCFA) ont été utilisés au titre de l’appui budgétaire au paiement des arriérés intérieurs », a déploré le premier ministre, ministre de l’Economie et des Finances, estimant, dès lors, qu’il est « primordial » de faire un état des lieux, afin de prendre toutes les mesures nécessaires pour atteindre les objectifs de décaissement « beaucoup plus importants, beaucoup plus ambitieux », a-t-il ajouté.

« Il faudrait sortir de ce séminaire avec un rapport et des propositions qui répondent à nos principales attentes qui résident dans la consommation intégrale des prévisions annuelles du budget alloué au C2D au titre de l’année 2013″, a-t-il enjoint aux participants aux travaux.

Durant trois jours, des personnalités politiques ivoiriennes et françaises, des personnes ressources issues de plusieurs institutions et départements ministériels, des délégués du patronat et de la société civile ainsi que des délégués de l’ambassade de France en Côte d’Ivoire vont réfléchir sur un plan de décaissement à proposer au gouvernement ivoirien.
(Aip)

kkf/kp

[Facebook_Comments_Widget title= » » appId= »144902495576630″ href= » » numPosts= »5″ width= »470″ color= »light » code= »html5″]

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction