Burkina: Plus de 5 milliards de FCFA d’amendes infligés aux 3 opérateurs de téléphonie mobile

ANP-Blaise-Compaore-Burkina

Ouagadougou – L’autorité de régulation des communications électronique et des postes du Burkina (ARCEP) a prononcé mercredi à Ouagadougou, pour la deuxième fois, une sanction pécuniaire de 5 862 189 624 FCFA à l’encontre des trois opérateurs de téléphonie mobile pour manquement aux cahiers de charges.

« Les sanctions prononcées par le Conseil de régulation lors de sa dernière session du 28 mars 2014 sont de 2 070 162 936 FCFA contre l’office national de télécommunication (ONATEL-TELMOB), 2 490 935 167 FCFA contre Airtel et 1 301 091 521 FCFA contre Telecel pour manquement aux cahiers de charges », a relevé le président de l’ARCEP Mathurin Bako, au cours d’un point de presse, ajoutant que les opérateurs ont un délai de 15 jours pour « s’exécuter ».

Selon M. Bako, malgré les efforts consentis par les opérateurs au terme de la dernière campagne de mesures de qualité de service (novembre 2013), ceux-ci restent en deçà de leurs cahiers de charges.

« Nous avons été à maintes reprises interpelés sur cette question de qualité de service par les organes de presse et par les associations de consommateurs » a dit M. Bako.

A l’issue de cette sanction pécuniaire, a poursuivi M. Bako, un délai de 3 mois est accordé aux opérateurs pour apporter les améliorations à la qualité de service faute de quoi d’autres mesures prévues par loi seront appliquées.


Il s’agit entre autres des sanctions graduelles telles que la suspension des licences pour une durée d’un mois maximum, la réduction de la durée des licences pour un an maximum, le non renouvellement des licences et le retrait des licences purement et simplement.

« Nous sommes toujours dans une procédure de sanction qui ne prendra fin que si les réseaux fonctionnent assez correctement, avec un minimum de défauts nonobstant le nombre d’abonnés qui se multiplie » a indiqué M. Bako ajoutant que les opérateurs doivent faire des efforts afin d’honorer au moins à 95% de leurs cahiers de charges.

En outre le président de l’ARCEP a précisé que les principaux indicateurs de qualité qui ont conduit à cette sanction sont le taux de disponibilité du réseau (ONATEL ; mauvais), le taux de couverture des localités (Airtel et telecel ; mauvais), le taux de couverture des axes routiers (les trois réseaux mauvais), les coupures d’appel (les trois réseaux) et la couverture internet (les trois réseaux mauvais, mais Airtel le plus).

Cependant M. Bako a indiqué que les causes de la mauvaise qualité ne sont pas dues uniquement aux opérateurs mais aussi à des facteurs exogènes comme les coupures intempestives d’électricité, les coupures de câbles à fibre optique par des délinquants et les téléphones inadaptés ou de mauvaise qualité.

A ces trois phénomène a-t-il ajouté, il existe des difficultés vécues par les opérateurs lorsqu’ils implantent leurs pylônes pour renforcer la couverture des réseaux.

« Nous rassurons les populations que l’ARCEP mesure régulièrement le niveau des signaux émis par les antennes des réseaux. Jusqu’à présent les signaux émis sont très en dessous des normes définies par l’Organisation mondiale de la santé », a-t-il rassuré.

Le 7 février 2012 l’ARCEP avait infligé des sanctions pécuniaires aux opérateurs pour environ trois milliards de FCFA. Le Burkina compte environ 12 millions d’abonnés sur l’ensemble des trois réseaux que compte le pays.

AIB/AIP

[Facebook_Comments_Widget title= » » appId= »331162078124″ href= » » numPosts= »5″ width= »470″ color= »light » code= »html5″]

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction