Côte-d’Ivoire – AFFI va-t-il cautionner la mascarade électorale de Ouattara en 2015 ?

5392f95f09dc5.png

Par Sylvie Kouamé | Connectionivoirienne.net | 26 juin 2014

La Lettre du Continent a fait cas dans sa dernière édition de ce 25 juin 2014 des divisions qui traversent les cadres du FPI sur l’attitude à adopter face au pouvoir Ouattara. Face à une approche qualifiée de modérée par l’ex premier ministre Affi Nguessan, se dresserait selon le confrère parisien une ligne dure conduite par Sangaré Aboudramane, Assoa Adou, Don Mello, Laurent Akoun et Dano Djedjé. Entre autres points d’achoppement, la présidentielle de 2015 mais surtout les conditions de sa tenue. Laurent Gbagbo serait aux dires du confrère prêt à donner son feu vert à la participation de son parti, mais à condition que les conditions garantissent sa transparence.

Les collabos Affi N’guessan, Henriette Lagou, Kabran Appiah etc.

La transparence des élections de 2015 était au centre d’une réunion tenue ce jeudi après-midi à Abidjan, où plusieurs opposants au régime de Ouattara étaient présents. Selon nos informations, cette réunion qui réunissait les leaders de l’opposition que sont Mamadou Koulibaly, Affi Nguessan, Kabran Appiah, un représentant du CPR de Doumbia Major, Martial Ahipeaud, Mel Théodore et Henriette Lagou, s’est terminée en catimini sans grandes décisions. L’opposition étant incapable de dégager une position commune face à la nouvelle CEI, dominée par la mouvance présidentielle et le parti de Ouattara, le RDR. Pour le groupe conduit par Mamadou Koulibaly il faut contester la légitimité de la CEI en la boycottant, en refusant d’y siéger pour ne pas cautionner la mascarade qu’elle s’apprête à accomplir en 2015. A l’opposé, le groupe dirigé par AFFI N’guessan du FPI soutenu par Appiah ou encore Henriette Lagou, conseille plutôt de faire siéger les 4 membres accordés à l’opposition, tout en réclamant que le président de la CEI soit un membre de l’opposition.

Mamadou Koulibaly contre la mascarade, claque la porte

Un des participants à cette réunion que nous avons pu joindre à Abidjan se demande «Et si Ouattara nommait Moriféré [Bamba], théoriquement un opposant, mais dans la pratique un collabo du régime actuel, dont sa fille [Affoussy] est la porte-parole adjointe. Que répondra Affi dans ce cas de figure ? Pense-t-il avoir ainsi la garantie d’une élection transparente telle que Laurent Gbagbo depuis La Haye le réclame ? Les militants du FPI devraient se demander pourquoi le pragmatisme prôné par Affi N’guessan depuis son retour de la prison de Bouna, ressemble de plus en plus à la collaboration avec le régime actuel. Alors que nous appelons à occuper les rues, à faire descendre les populations dans les rues pour exiger une CEI plus transparente, Affi joue le jeu du pouvoir Ouattara». La réunion s’est terminée en queue de poisson, Mamadou Koulibaly étant le 1er à claquer la porte.

Sylvie Kouamé

[Facebook_Comments_Widget title= » » appId= »331162078124″ href= » » numPosts= »5″ width= »470″ color= »light » code= »html5″]

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires

blank

Publié par La Rédaction