Côte d’Ivoire Attécoubé 10e arrondissement: un officier de police agressé par des « microbes »

10438657_665493193531922_2142256923_n

Selon des témoins interrogés le samedi 12 juillet, cette agression est l’œuvre de gamins appelés « microbes » qui sévissent depuis peu dans le district d’Abidjan. « Ils sont rentrés dans le marché autour de 21 heures, se sont saisis des machettes des bouchers et d’autres objets contondants.

Un officier de police du commissariat du 10e arrondissement d’Attécoubé a été agressé dans la nuit du vendredi à samedi 12 juillet, a constaté fratmat.info.

Selon des témoins interrogés le samedi 12 juillet, cette agression est l’œuvre de gamins appelés « microbes » qui sévissent depuis peu dans le district d’Abidjan. « Ils sont rentrés dans le marché autour de 21 heures, se sont saisis des machettes des bouchers et d’autres objets contondants. Ils se sont, par la suite, divisés en plusieurs groupes. Le premier s’est rendu directement au commissariat contigu au marché », nous a raconté Olivier, un jeune de la commune. Toujours selon lui, ce groupe a profité de la rue mal éclairée pour pénétrer dans le commissariat et agresser l’un des policiers en service cette nuit-là, lui ouvrant une arcade sourcilière.

D’autres témoins révèlent qu’après ce forfait, plusieurs autres agressions ont été signalées dans la commune. Alertée, une faction de la brigade anti-émeute (Bae) est arrivée sur les lieux et a procédé à des tirs de sommation. « Quand la Bae est arrivée, ils ont tiré en l’air pour dissuader ces adolescents. Cette situation a fait régner une atmosphère de couvre-feu », a renchéri Seiba.

Arrivé au commissariat pour avoir la version des policiers, nous n’avons pu avoir d’informations sur l’identité du blessé qui, dit-on, a été évacué à l’hôpital pour des soins. « Notre hiérarchie est absente et nous ne pouvons pas donner d’information actuellement », nous a lancé l’officier en service au comptoir le samedi vers 12 heures.

Pourtant, indique-t-on, avant le mois de ramadan, ces « microbes » auraient fait des sacrifices de bœufs dans différentes mosquées afin que les guides religieux prient pour qu’ils puissent mettre fin à ces agressions. Cette situation qui rappelle des cas similaires durant le mois de ramadan dernier, a plongé les populations dans la peur. Surtout que les musulmans s’approchent de la période des prières nocturnes qui débutent le jeudi prochain.

Ouattara Ouakaltio

Fraternité Matin

[Facebook_Comments_Widget title= » » appId= »331162078124″ href= » » numPosts= »5″ width= »470″ color= »light » code= »html5″]

Commentaires Facebook
Share:

Publié par La Rédaction