Côte d’Ivoire – Pourquoi l’électorat de Laurent Gbagbo est indéboulonnable ?

Gbagbo7

 

Les électeurs traditionnels et les militants du FPI sont prêts à faire des sacrifices tant que leur mentor restera injustement en prison. La chance du président Gbagbo c’est qu’il a réussi à former ses militants et sympathisants au respect des institutions républicaines et au respect des règles statutaires du FPI. Car un militant qui n’est pas formé est une bombe à retardement ou un kamikaze capable de sauter avec tout le monde si son candidat perdait les élections. C’est pourquoi il sera difficile de détourner ou de corrompre l’électorat du FPI à des fins personnelles. Le président Gbagbo a passé une partie de son combat politique à enseigner la culture de la responsabilité, de la solidarité, d’honnêteté, d’intégrité et surtout de la persévérance. Mais malheureusement ces valeurs manquent à certains de nos dirigeants actuels et dont leur seul objectif est d’effacer ou de tourner rapidement la page Gbagbo, alors que le combat pour la démocratie et la souveraineté de la Côte d’Ivoire ne fait que commencer. La Côte d’Ivoire a perdu la maîtrise de son destin au bénéfice des gens peu soucieux de leurs libertés, de leurs possibilités, de leurs besoins essentiels, de leurs vies et même de leur survie. Ceux qui veulent tourner la page Gbagbo détiennent des informations pertinentes sur l’avenir politique de Gbagbo que les autres n’ont pas, par exemple leur proximité avec les chancelleries occidentales constitue un atout pour eux. Sinon comment
AFFI N’guessan pourrait-il affirmer avec certitude devant Hollande « que je suis prêt à tourner la page Gbagbo et je suis prêt à aller aux élections de 2015 »? Le ministre de la justice Ivoirienne, monsieur Koulibaly Gnénéma, disait sur le plateau de la télévision « AFrica 24 « que si Affi continue de défier la République, je le remettrai là -dedans ». Si je comprends bien, monsieur Affi n’est pas sorti de la prison politique de Bouna pour reprendre le combat de Gbagbo mais pour accompagner Ouattara dans sa dictature.

D’ailleurs je me suis déjà posé la question de savoir comment un homme politique qui est en liberté provisoire peut-il faire de la politique politicienne sur la place publique? Affi N’guessan ne représente pas un danger pour Ouattara mais une bombe à retardement contre le FPI et Gbagbo. Il vient de créer un conflit inutile au FPI pour faire diversion pendant que Ouattara est entrain de naturaliser massivement des populations venues de la sous région ouestAfricaine. Pourquoi Affi veut-il aller aux élections de 2015 alors que le pays est toujours occupé par les bandes armées proches du pouvoir et le président de la CEI, monsieur Bakayoko est toujours en place? C’est pourquoi les militants du FPI ne doivent pas commettre l’erreur de suivre tous ceux qui veulent tourner la page Gbagbo. Réagissez toujours comme vous l’aviez fait contre Mamadou Koulibaly, car l’électorat de Gbagbo n’est pas un héritage à partager entre les politiciens faussaires ou ‘ingrats. Restons fidèles à un combattant pour la démocratie et la souveraineté.

Une contribution de Liade Gnazégbo
Par Correspondance particulière

Avec Aujourd’hui

[Facebook_Comments_Widget title= » » appId= »331162078124″ href= » » numPosts= »5″ width= »470″ color= »light » code= »html5″]

Commentaires facebook

Author: La Rédaction