Côte d’Ivoire le Maître est mort, Souleymane Koly est parti à jamais

cede0ba71aecffc4bf12705409fd9c4c_L

Le Maître est mort. Souleymane Koly; le réalisateur, le chorégraphe, le musicien et le scénariste et patron de l’ensemble Koteba en Cote-d’Ivoire est décédé en Guinée ce matin [1er aout 2014]. RIP ! Du courage à ma sœur Elvire Tanh, qui préparait les 40 ans du Koteba à Abidjan…RIP ! Je suis triste.

Joel Touré est journaliste à l’Intelligent d’Abidjan

Urgent : Souleymane Koly de Kotéba est décédé ce vendredi à Conakry

Le grand réalisateur, chorégraphe, musicien et scénariste guinéen Souleymane Koly est décédé ce vendredi 1er août 2014 des suites d’une crise cardiaque à son domicile à Lambadji( banlieue de Conakry), a-t-on appris de sources proches du ministère de la culture. Koly a eu une soudaine attaque cardiaque après avoir fini de prendre son petit déjeuner, nous précise-t-on.
Sa dépouille mortelle a été conduite à l’hôpital sino-guinéen de Kipé où le gouvernement est attendu pour les dispositions à prendre.

Né à N’Zérékoré en 1944, Souleymane Koly partit en France dix plus tard pour faire ses études. En 1971 il rejoint la Côte d’Ivoire, devenue désormais sa seconde patrie africaine, où il fonda en 1974 l’Ensemble le Koteba d’Abidjan.

Scénariste, réalisateur, chorégraphe et musicien , Souleymane Koly a eu une carrière administrative bien remplieen Côte d’Ivoire. Il fut directeur du Département des Arts et Traditions populaires à l’Institut National des Arts, puis, expert chargé d’études à la Direction du Plan de 1973 à 1984.

Depuis 2010, Il était le conseiller principal chargé du develloppement culturel international au ministère de la Culture de Guinée. Parallèhttp://guineenews.org/wp-admin/post-new.phplement, il préparait activement la célébration des quarante ans du Koteba.

Paix à l’âme du Grand artiste!

Accueil

Danse/chorégraphie: L’étape abidjanaise des 40 ans du Kotéba, retour aux sources

Publié le 9 juillet 2014 dans Fraternité Matin

S’inspirant de la tradition malienne du Kotéba (geste populaire traditionnelle malinké), un spectacle traditionnel peignant des tableaux satiriques ou critiques de la société, l’ensemble Kotéba d’Abidjan se définit comme un théâtre du corps et du son, héritier des traditions et prisme des réalités urbaines africaines où subsistent des pratiques traditionnelles dans un cosmopolitisme parlant.

Demain, l’immeuble Carbone d’Abidjan- Cocody abrite la conférence de presse qui déclinera les grandes articulations de la célébration des quatre décennies d’existence de la compagnie de Souleymane Koly.

Qui ne se souvient des mythiques pièces, véritables opéras mandingues que sont «Mamie foutou», «Adama champion», «Didi par-ci, Didi par-là», des spectacles époustouflants des Go du Kotéba ou encore des figures acrobatiques du J-Ban (Jeunes ballets d’Afrique noire) ?

Toutes ces créations et troupes fondées dans le moule de la compagnie Kotéba, créée en 1974 à Abidjan par Souleymane Koly, prouvent, 40 ans après, que, souvent, pour ne pas dire presque toujours, imitée, mais jamais égalée, la formation artistique, à l’aune des performances et des spectacles de par le monde, est gage du succès. Et c’est pour célébrer ces quatre décennies, par un retour d’expérience sur les terres qui l’ont fécondé, que l’ensemble Kotéba revient à Abidjan. Premier acte: une conférence de presse qui aura lieu ce jeudi 10 juillet, à partir de 9h, à l’immeuble Carbone de Cocody, boulevard Latrille. Avant un chapelet de concerts, showcases, tables-rondes, déclamations de slams ; avec, notamment, le boss Koly et Maaté Kéita.

La grande partie des transfuges de la troupe étant disséminés de par le monde. Il faut noter, au passage, que les festivités ont été lancées, le 17 mai, à Paris (France) pendant le festival L’Afrique dans tous les sens. Elles continueront jusqu’à la fin de l’année 2015 en passant par le Mali et la Guinée, après la Côte d’Ivoire.

S’inspirant de la tradition malienne du Kotéba (geste populaire traditionnelle malinké), un spectacle traditionnel peignant des tableaux satiriques ou critiques de la société, l’ensemble Kotéba d’Abidjan se définit comme un théâtre du corps et du son, héritier des traditions et prisme des réalités urbaines africaines où subsistent des pratiques traditionnelles dans un cosmopolitisme parlant.

Les créations de Souleymane Koly ont inventé un nouveau style de spectacle où se mêlent théâtre, musique et danse. D’origine guinéenne, ce sociologue de formation formé en France a trouvé, justement, en Côte d’Ivoire, le terreau pour cimenter son art qui se veut fédérateur des cultures ouest-africaines, voire universelles.

REMI COULIBALY

[Facebook_Comments_Widget title= » » appId= »331162078124″ href= » » numPosts= »5″ width= »470″ color= »light » code= »html5″]

Author: La Rédaction