Akouédo Côte d’Ivoire – Le Colonel Yedess, ex commandant du 1er bataillon d’infanterie est mort

Le_colonel_Yedess

Le Colonel Yedess Oulé Noel, ex Commandant du bataillon d’Akouédo, sous le régime Gbagbo est décédé samedi 23 août, des suites d’un coma d’environ un mois, vient-on d’apprendre de source familiale. « C’est à la suite d’un AVC, qu’il a été plongé dans le profond coma. Il ne parlait plus » souligne la même source. Originaire d’Orbaff (Dabou), le colonel Yedess Oulé Noel était officier supérieur des FDS, en retraite depuis 2011. Le Colonel Yedess fut aussi Commandant du front-ouest durant la guerre qui opposa les FDS à la rebellion armée venue du Nord entre 2002 et 2005.

Hervé Coulibaly


FORCES ARMEES NATIONALES: LE COLONEL YEDESS EST DÉCÉDÉ CE WEEK-END!

En exile au Ghana après la crise post-électorale qui a opposé les Forces de Défense et de Sécurité (FDS) soldats loyalistes fidèles à Laurent Gbagbo à la coalition Onuci-Licorne-Rébellion armée, pour Alassane Ouattara, le Colonel Yedess Oulé Noel est rentré au pays il ya quelques temps où, nous venons malheureusement d’apprendre qu’ il est mort ce week-end des suites d’une maladie. Il faut rappeler que le Colonel Yedess, affectueusement appelé « l’homme à la barbe blanche » était un soldat très influent dans le dispositif des FDS sous Laurent Gbagbo. Il a servi avec dévouement et défendu avec rigueur les zones Centre-ouest, Ouest et Sud-ouest (Daloa, Touba, Man, Danané, Zouhan-Ounien, Bin-Houin, Toulépleu, Bloléquin, Duekoué, Guiglo, Taï, Grabo, Grand-Béréby, San Pedro) au plus fort de la crise militaro-politique déclenchée en 2002 par la rébellion ivoirienne. A partir de 2003, il sera muté sur le Front Ouest suite à une réorganisation du dispositif du théâtre des opérations jusqu’en 2005.De 2007 à 2009, ce valeureux soldat est nommé à la tête du 1er bataillon d’Akouédo, avant d’être cité dans une affaire d’atteinte à la sûreté de l’Etat en 2010. Fait qu’il va rejeté en bloc à travers un droit de réponse publié dans la presse ivoirienne. »En tout état de cause, je ne me reconnais ni de près ni de loin dans ces accusations graves portées contre ma personne et qui sont de nature à ternir l’image de ma famille, de ma région et de mon pays, la Côte d’Ivoire, qui a trop souffert de cette crise. Officier supérieur de mon état, je reste et je demeure au service de mon pays et attaché à ses institutions dont celles de la deuxième république qui a engagé le combat de notre Libération. Et je suis fier d’avoir pris part à ce combat, corps et âme, sans concession à l’ennemi ». Affirmera- t-il pour sa défense.

ZGA
LeBandama.com

2110679

[Facebook_Comments_Widget title= » » appId= »331162078124″ href= » » numPosts= »5″ width= »470″ color= »light » code= »html5″]

Commentaires facebook
blank

Publié par La Rédaction