Côte d’Ivoire – PDCI-RDA Ahoussou Jeannot n’écarterait pas «Une coalition avec le FPI » de Gbagbo

ahoussou

L’ex-ministre des Affaires étrangères du gouvernement Aké N’gbo, Alcide Djédjé, était aux côtés de Jeannot Ahoussou, invité hier, mercredi 5 novembre 2014, au « Fauteuil blanc » de Le Nouveau Réveil. Est-ce le signe d’un rapprochement entre des personnalités de l’ancien régime et celles du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci) ? A en croire en tout cas, le ministre d’Etat auprès du président de la République, Jeannot Ahoussou, des actes discrets sont posés en vue du rapprochement avec l’ancien parti au pouvoir afin de l’associer à la reconstruction du pays. A cet effet, a-t-il soutenu à la tribune d’échanges avec les journalistes, « une coalition avec le Fpi n’est pas à écarter ». Pour ce baron du Pdci, tous les fils de ce pays devraient se donner la main pour bâtir la nation. Et pour y parvenir, une alliance avec le Front populaire ivoirien (Fpi) n’est pas à exclure, d’autant que, dira-t-il, ce parti « est un laboratoire d’idées ». D’ailleurs, l’ex-Premier ministre s’est dit favorable à un vaste rassemblement des fils de ce pays, quitte à basculer dans le parti unique. « Si on peut revenir au parti unique, j’en serais heureux car c’est ensemble que nous avons obtenu les grands résultats que le pays a connus », a-t-il déclaré. Evoquant le dialogue politique dont il avait la charge, il a indiqué qu’il a produit des résultats, loin des caméras. Il a ainsi révélé que 100 autres partisans de l’ancien régime ont été libérés, « mais il n’y avait pas lieu de communiquer autour ». Information plus ou moins confirmée au sortir de la cérémonie par Alcide Djédjé. L’ex-ministre des Affaires étrangères du gouvernement Aké N’gbo, a, en effet, admis que plusieurs pro-Gbagbo ont été sortis de prison sans tambour, sans pour autant confirmer le chiffre de 100. Il a par ailleurs reconnu que les droits de bien des partisans de l’ex-régime Gbagbo ont été rétablis, certains ayant repris leurs emplois ou vu leurs comptes dégelés, sans bruit. En dépit de ce rapprochement avec l’ancien parti au pouvoir, Jeannot Ahoussou n’est pas pour que l’on tire un trait sur les procès des pro-Gbagbo annoncés pour se tenir bientôt. « Depuis 1999, on va d’amnistie en amnistie ; c’est comme une sorte de licence qu’on donne à tous ceux qui font mal (…). Il y a des choses graves qui se sont passées dans ce pays, ce procès sera l’occasion de faire toute la lumière sur ces événements », a soutenu ce fidèle d’Henri Konan Bédié. Il a néanmoins émis le vœu que d’ici aux élections de 2015, « on ne parle plus de prisonniers de la crise post-électorale ». Interpellé sur une possible révision de la Constitution dans la perspective de ces élections qui s’annoncent, il a indiqué que cela est à laisser à l’appréciation de l’Exécutif. « Quand on parle de révision de la Constitution, vous voyez ce que ça devient. Quand on peut s’abstenir, il faut s’abstenir », a-t-il déclaré, amusé, en faisant allusion aux récents événements survenus au Burkina Faso. Toujours à propos de ces élections de 2015, il s’est félicité de l’appel lancé par le président du Pdci à soutenir la candidature de l’actuel chef de l’État Alassane Ouattara. Aux frondeurs qui appellent à respecter les décisions du dernier congrès du parti, il a fait savoir que « les résolutions du congrès ne sont pas statiques ». Par ailleurs, l’ex-Premier ministre a précisé ce qu’il faut entendre par l’alternance en 2020. « Lorsqu’on va créer le parti unifié, on choisira parmi nous celui qui sera apte à conduire les destinées du pays. Si on raisonne en terme de parti et de clan, on va s’enliser », a-t-il commenté.


PDCI-FPI / Jeannot Ahoussou : «Une coalition avec le FPI n’est pas à écarter»


Assane NIADA
Source: Soir Info du jeudi 6 novembre 2014

Author: La Rédaction