Côte d’Ivoire – 2015 ou le crépuscule des temps impolitiques

Voeux

Comment éviter les violences électorales, les dysfonctionnements institutionnels et la paupérisation des masses populaires ?

Par Léon Saki

Parlant de la Côte d’Ivoire, les analystes politiques nationaux et internationaux s’accordent pour qualifier de gâchis politique les décennies 90 et 2000. Incapables d’offrir la quiétude et la prospérité à leurs concitoyens, les gouvernants leur ont servi la désolation et la fragilité sociale. L’amateurisme de la classe politique nationale fait de l’élection présidentielle un scrutin anthropophagique. Combien de morts compteront nous en 2015 après les 3000 de 2010 et les charniers de 2000 ? C’est là tout l’enjeu de la prochaine consultation présidentielle.

Comment éviter les violences électorales, les dysfonctionnements institutionnels et la paupérisation des masses populaires ?

C’est simple. Il nous faut éviter l’élection du président de la république en adoptant le régime parlementaire. En sus, nous devons revoir le statut et les prérogatives des membres de la CEI et du Conseil Constitutionnel dont les dysfonctionnements antérieurs ont précipité le pays dans le chaos. Enfin, changer de politique économique en nous inscrivant dans la social-démocratie qui seule concilie harmonieusement la compétitivité économique et la justice sociale.
Ces réformes supposent deux choses. D’abord un ajustement constitutionnel : la troisième république. Ensuite, l’avènement d’une nouvelle classe politique par le suffrage universel.

Lecteurs miens, j’ai écrit. Heureuse année 2015 à tous.

Afriquematin.net

Author: La Rédaction