Côte d’Ivoire – La victoire à la CAN peut-elle contribuer à la paix et à la réconciliation ?

Copa

Source: Ivoire Justice

CAN 2015 «C’est le début d’un bel avenir dans la paix et la réconciliation»

La Côte d’Ivoire a remporté la Coupe d’Afrique des nations de football le 8 février 2015. Sur notre page Facebook, certains voient dans la joie unanime des Ivoiriens une opportunité de réconciliation, d’autres restent pessimistes quant à la portée de cette victoire. Tour d’horizon.

TwittAdo

Ce message, publié sur le compte Twitter officiel de la présidence de la République, met en exergue l’espoir qu’a suscité la victoire des Éléphants pour le processus de réconciliation. Une vision dont Alassane Ouattara, Guillaume Soro et même Pascal Affi N’Guessan sont les fervents partisans.

«C’est plus qu’une fête du foot»

Sur la page Facebook d’Ivoire Justice, certains pensent que « vouloir c’est pouvoir » et que la volonté des Ivoiriens à vivre ensemble permettra cette réconciliation. Formulé comme un vœu pieux, un internaute lance un appel à regarder le futur et faire table rase du passé pour avancer dans la paix :

«La Côte d’Ivoire réunie comme un seul homme. C’est plus qu’une fête du foot, c’est le début d’un bel avenir dans la paix et la réconciliation. Frères Ivoiriens, émergeons dans la paix car l’union fait la force. La preuve nous a été donnée par la lutte de notre grande équipe nationale. Oublions le passé et regardons vers l’avenir. Faites passer ce message au maximum.»

Si des voix optimistes émergent, arguant que cette victoire marque un grand pas dans le processus de réconciliation, d’autres internautes affirment que l’élan ne peut se poursuivre que si certaines conditions sont remplies. Un internaute juge notamment que « cette joie serait totale si l’injustice faisait place à la la justice et surtout si les prisonniers politiques étaient enfin libérés » tandis qu’un autre assure que « seule la libération de Laurent Gbagbo peut réconcilier les Ivoiriens. »

Le foot n’a jamais empêché «ni les meurtres ni les viols»

Le sacre des Éléphants, vu par les uns comme un facteur de cohésion et de réconciliation, ne changera rien à la situation socio-politique que vit la Côte d’Ivoire, pensent des sceptiques. Pour eux, il faut savoir faire la part des choses entre le sport et la politique car le foot n’a jamais empêché « ni les meutres, ni les viols, ni les mutilations, ni l’immolation d’êtres humains par le feu. » Un internaute rappelle notamment que si le sport était un facteur de rassemblement en Côte d’Ivoire, il n’y aurait plus eu de violences après la qualification historique des Éléphants pour la première fois pour une Coupe du Monde, en 2006.

Les citations de cet article proviennent de commentaires publics postés sur notre page Facebook. Elles ont été éditées pour une meilleure compréhension.

Commentaires facebook

Author: La Rédaction