Côte d’Ivoire – Le point de la situation sécuritaire selon l’ONU-ci (point de presse)

unnamed

Abidjan, le 19 février 2014

Kadidia Ledron (Porte-parole de l’ONUCI): Bonjour mesdames et messieurs. Bonjour aux auditeurs de la Radio de la paix, ONUCI FM. Bienvenue au point de presse de l’ONUCI que je commencerai par les activités de la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour la Côte d’Ivoire, Madame Aichatou Mindaoudou.

La Représentante spéciale a été reçue hier, mercredi 18 février, par le Chef de l’Etat ivoirien, le Président Alassane Ouattara. Les deux personnalités ont évoqué différents aspects de la situation sociopolitique notamment le dialogue politique initié par le Gouvernement ivoirien et le processus électoral.

Auparavant, la Représentante spéciale a ouvert la rencontre sectorielle de la plateforme d’échanges sur les élections, qui a réuni à l’ONUCI, les chargés des élections des partis politiques. La rencontre sectorielle s’inscrit dans le cadre des concertations régulières sur le processus électoral, axé sur l’engagement de tous en faveur de la création d’un environnement électoral propice à la tenue d’élections apaisées en Côte d’Ivoire.

Dans le cadre de ses bons offices, Mme Mindaoudou a poursuivi ses rencontres. Elle a échangé, le 6 février, avec le Ministre d’Etat auprès du Président de la République, Jeannot Ahoussou Kouadio, sur le dialogue politique entre le Gouvernement et l’opposition. Elle a reçu, le 12 février, le Député de Port Bouët, Kouadio Konan Bertin, dit KKB, venu discuter de la situation politique en général.
Le 11 février, la Représentante a également participé à la cérémonie de lancement de la campagne de sensibilisation des ex combattants au cours de laquelle elle a appelé les ex combattants à adhérer au processus DDR.
Le 13 février, La Chef de l’ONUCI s’est rendue sur le terrain, plus précisément à Aboisso pour la remise des clés de la cantine du Groupe scolaire Eboakro I,II et III ainsi que de l’atelier de couture de la Maison d’arrêt et de correction d’Aboisso (MACA)

A présent je vais vous parler de la situation sécuritaire qui, sur l’ensemble du pays est calme et sous contrôle malgré quelques cas de criminalité isolés.
La force de l’ONUCI continue à remplir sa mission dans de bonnes conditions au plan sécuritaire, opérationnel et humanitaire.
Ainsi, la dernière rencontre planifiée des chefs de la force de l’ONUCI, des Forces Françaises en Côte d’Ivoire (FFCI) et des Forces Républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) a eu lieu, le 10 février 2015, au siège de l’ONUCI à Sebroko. La prochaine réunion est prévue le 3 mars 2015 au camp des FFCI à Port- Bouët. Ces rencontres visent à renforcer la collaboration entre les différentes forces mais aussi et surtout, à discuter des actions conjuguées à entreprendre pour assurer une meilleure couverture sécuritaire du territoire national.

Dans le cadre du renforcement de ses capacités, la force onusienne poursuit ses activités d’entraînement de routine et de formation de son personnel à travers des exercices militaires de différentes envergures.

Dans cette perspective, et comme annoncé lors du dernier point de presse, le bataillon marocain conduit, sur l’axe Duékoué-Daloa-Bouaflé, un exercice de grande envergure qui a débuté le 17 février et s’achèvera aujourd’hui le 19 février. L’exercice consiste en une manœuvre terrestre de longue portée au moyen d’engins blindés, avec le soutien aérien d’hélicoptères de combat.

Durant les deux dernières semaines, la Force de l’ONUCI a effectué au total 2198 patrouilles terrestres et 9 vols de reconnaissance aérienne.
Par ailleurs, la réduction progressive des effectifs de la Force se poursuit conformément à la résolution 2162 du Conseil de Sécurité. C’est ainsi que les activités opérationnelles du bataillon pakistanais, basé à Bouaké, cesseront à partir du 22 de ce mois, en prélude à son rapatriement définitif prévu pour la mi-mars 2015.
Concernant les activités civilo-militaires, les casques bleus ont distribué 469,600 litres d’eau potable au cours des deux dernières semaines aux populations des localités connaissant une pénurie.

De son côté, la Composante Police de l’ONUCI (UNPOL) continue d’accompagner la Police et la Gendarmerie ivoiriennes, notamment dans les domaines de la Protection des Populations Civiles, de l’Ordre Public, du Renforcement de Capacités, du Mentorat et de la Colocation. Cela, conformément à son mandat et dans le cadre de l’appui aux Forces de Sécurité locales.

Durant les deux dernières semaines 1685 patrouilles simples, mixtes et conjointes ont été effectuées sur toute l’étendue du territoire ivoirien. Les forces de sécurité poursuivent leur coopération aux frontières et continuent d’assurer une veille opérationnelle permanente.

Comme vous le savez, l’appui de la composante police de l’ONUCI se traduit également par des formations au bénéfice des gendarmes et policiers ivoiriens en vue du renforcement de leurs capacités. Ce sont au total 16 sessions de mentoring et formation en police judiciaire, maintien de l’ordre, technique de signalisation judiciaire, technique de recherche d’informations entre autres thèmes qui ont été dispensées à 298 Policiers et Gendarmes ivoiriens au cours de la semaine écoulée.

40 Policiers ivoiriens ont bénéficié également d’un séminaire sur la gestion sécuritaire des élections. Depuis le début de la semaine, 559 fonctionnaires policiers et gendarmes ivoiriens suivent des sessions de mentoring et formation et un séminaire en Police Judiciaire, Maintien de l’Ordre, Police Maritime, Programmation Informatique, Droit de l’Homme et Protection des Personnes Vulnérables, en Technique de Recherches d’Informations et en Prévention et Lutte contre le Terrorisme.
Les points focaux Genre de la structure UNPOL chargée des questions des Droits Humains, Protection des Personnes Vulnérables, et des Enfants, ont effectué sept suivi de cas de violations rapportées, notamment dans les Commissariats de Police, Brigades de Gendarmerie, Institutions judiciaires, Hôpitaux, ONG, Plates-formes, ainsi qu’auprès des Victimes et de leurs Familles. Par ailleurs, la Composante Police de l’ONUCI a poursuivi ses activités dans les Commissariats de Police, Brigades de Gendarmerie et Maisons d’Arrêt, sur toute l’étendue du territoire.

Enfin pour clore le chapitre des activités de la police onusienne, les colocations ont également continué, notamment lors des patrouilles mixtes et d’assistance, au niveau des unités de Police et de Gendarmerie ivoiriennes.

S’agissant des activités de la Division du Désarmement, Démobilisation et Réinsertion (DDR), l’ONUCI poursuit son appui logistique, technique et financier à l’Autorité Nationale pour le Désarmement, Démobilisation et Réintégration des ex-combattants (ADDR) dans ses opérations de désarmement et démobilisation (« opérations DD ») ainsi qu’à la Commission Nationale de Lutte contre la Prolifération et la Circulation illicite des Armes Légères et de Petit Calibre (ComNat- ALPC).
Depuis le 4 février jusqu’à ce jour, ONUCI DDR a appuyé 10 opérations de désarmement et de démobilisation à Anyama au cours desquelles 410 ex-combattants dont 28 femmes ont rendu 2 armes, 50 grenades, 71 explosifs et 28,771 munitions de petit calibre.

Dans le cadre de son appui à la réinsertion
, ONUCI DDR met en œuvre des Projets de Réinsertion Communautaire (PRC), qui s’adressent aux ex- combattants ainsi qu’à leurs communautés. A l’heure actuelle, 79 projets sont mis en œuvre avec l’implication des ONG’s locales. Egalement dans ce domaine, UNOCI apportera son soutien au programme de resocialisation qui a démarré à Bondoukou à travers des formations sur le VIH/Sida, sur la violence basée sur le genre et les droits de l’homme et le paiement des pécules de formation aux ex- combattants.

Le 11 Février, l’ONUCI a apporté son appui technique au lancement officiel de la campagne de sensibilisation ciblant les ex-combattants qui restent à entrer dans le processus DDR avant juin 2015.

Je vais vous parler, maintenant, des activités de la composante des Affaires civiles qui conduit depuis le 17 février, une rencontre intercommunautaire de trois jours à Gbouagleu dans la sous-préfecture de Banneau (50 km de Toulepleu). Cette rencontre vise à réduire la tension sociale dans le village et à clarifier la nouvelle loi portant statut des Rois et Chefs traditionnels de Côte d’Ivoire.

Le Bureau de l’Information publique poursuit aussi ses activités. Cette composante organisera, les 24 et 25 février 2015 à Bouaflé, un séminaire à l’attention des élus, cadres et le corps préfectoral des régions du Haut Sassandra, Marahoué, Goh, Loh Djiboua, Worodougou et Bere pour échanger sur leur contribution à la consolidation de la paix, au renforcement de la réconciliation intercommunautaire et au développement local. Lors de cette manifestation, l’ONUCI remettra officiellement les clés du Centre culturel de Bouaflé, réhabilité, dans le cadre des projets à impact rapide de la Mission.

La même activité qui a débuté, en décembre 2014, à San Pedro, avec les leaders d’opinion du Bas Sassandra, se poursuivra dans toutes les régions administratives du pays pour appuyer le processus électoral de 2015 qui doit être ouvert, démocratique et transparent. Le Bureau de l’information publique poursuit sa campagne de proximité appelée « ONUCI TOUR » dans plusieurs régions du pays. C’est ainsi que les populations du Bounkani, du Guémon, du Gbeke et du Tonkpi accueilleront cette caravane pour discuter des actions qui permettent de maintenir un environnement apaisé, indispensable au développement local.

Enfin, concernant les activités de promotion et de respect des Droits de l’Homme, au cours de la période du 2 au 13 février 2015, la Division des Droits de l’Homme (DDH) a continué ses activités de promotion des droits de l’homme. La DDH a organisé et/ou participé à des ateliers de formation et de sensibilisation sur les droits de l’homme à Bondoukou, Bouaké, Kouassi N’dawa (9 km de Bondoukou), Kambli (14 km de Toulepleu), Oumé (66 km de Yamoussoukro), Divo, Katiola (55 km de Bouaké), Assuéfry (51 km de Bondoukou), Dakouritro (56 km de Divo) et à Yamoussoukro. Plus de 2000 personnes, dont environ 300 femmes et jeunes filles, ont pris part à ces différentes activités de formation.

Voilà mesdames et messieurs ce que j’avais pour vous.
S’il y a des questions, je suis prête à y répondre.

Kanaté Mamadou (Fraternité Matin): Ma question est relative au processus électoral. Qu’est-ce que l’ONUCI compte faire en termes de moyens humains, financiers pour aider la Côte d’Ivoire à organiser des élections transparentes et crédibles.

KL : Merci M Kanaté, je vais vous ramener à la Mission d’évaluation des besoins en matière électorale qui s’est déroulée en Côte d’Ivoire du 22 septembre au 2 octobre 2014. Les responsables de cette mission d’évaluation (Need Assessment Mission) qu’on appelle la NAM ont rencontré l’ensemble des acteurs impliqués dans l’organisation des élections, des autorités jusqu’à la société civile. Cette Mission a recueilli des recommandations qui ont été formulés dans un rapport qui a été soumis au Conseil de sécurité. C’est donc au Conseil de sécurité de décider de la forme appropriée que prendra cette assistance dans le cadre des recommandations qui ont été formulées. Pour l’instant il est trop tôt pour l’ONUCI de se prononcer sur la nature de cette assistance.

Une autre question ? Si non, je vous remercie et vous donne rendez-vous dans deux semaines.

XXXX

************************************

Kadidia Ledron, Porte-parole

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires