Orpaillage clandestin en Côte d’Ivoire: la gendarmerie annonce « 1046 sites détruits »

Suite-ces-violences

Par Edwige Fiendé

La gendarmerie ivoirienne a annoncé dimanche à Yamoussoukro (centre, capitale politique) avoir détruit au moins « 1.046 » sites d’orpaillage clandestin, dans le cadre d’une opération de démantèlement des installations « illégales » en cours en Côte d’Ivoire.

« 90 sites ont été traités à ce jour », a fait savoir le chef de camp des opérations de la gendarmerie nationale, colonel Alexandre M’Bahia, ajoutant que « près de 1.046 installations ont été détruites », 107 motopompes, 69 concasseuses et 19 broyeuses ont été également saisis », à la presse, au cours d’une visite de terrain à Kossou, à environ 45 kilomètres de Yamoussoukro (Centre), la capitale politique ivoirienne.

L’objectif de cette opération démarrée fin mars pour s’achever le 15 mai est de saisir tout matériel ou objet pouvant être lié aux activités illicites, appréhender tout individu suspect et de détruire toute les installations anarchiques d’orpaillage.


Dans la région de Yamoussoukro (230 kilomètres d’Abidjan), 75 baraques, 8 motopompes, 9 broyeuses et plus de 138 sacs de rejet, appartenant à des personnes qui continuent l’orpaillage clandestin, réprimé en Côte d’Ivoire ont été brulés, a précisé le commandant de la légion de gendarmerie de Yamoussoukro (230 kilomètres d’Abidjan), le lieutenant-colonel N’Doua Ekanza, lors de cette visite en fin de semaine.

Egalement, 4 individus ont été interpellés et déférés à Djékanou, à 45 kilomètres de Yamoussoukro, selon un point partiel de M. Ekanza

Des orpailleurs, principalement « étrangers » exploitent illicitement depuis quelques années des mines d’or artisanales en Côte d’Ivoire notamment dans la zone du centre.

La troisième étape de cette opération va concerner l’interdiction d’accès aux sites déguerpis, la mise en place des postes d’observations et l’identification des actions d’influences à l’encontre des propriétaires terriens qui facilitent cette activité illicite, a expliqué le commandant de légion.

« Lorsque l’opération sera achevée, les personnes qui souhaitent faire l’orpaillage », seront invitées à faire des demandes en « bonne et due forme » avant d’être autorisées à s’installer sur « des sites identifiés », a indiqué le ministre ivoirien des Mines Jean Claude Brou.

EFI

Alerte Info

blank

Author: La Rédaction