Côte-d’Ivoire Abidjan: Des dizaines de policiers déployés devant des agences CIE (électricité)

compteur-cie-abidjan

Par Lambert Kouamé

Des dizaines de policiers et gendarmes ont été déployés lundi devant plusieurs agences de la Compagnie ivoirienne d’électricité (Cie) à Abidjan ou les employés n’ont pas repris lundi le service, quelques jours après les pillages de certains de ses locaux à Bouaké (Centre), a constaté ALERTE INFO.

Une dizaine de policiers vêtus pour certains en noir et d’autres en bleu et noir et des lots de barricade en fer entassés étaient visibles vers 8H15 GMT à l’entrée de l’agence de Marcory, (Abidjan sud), a constaté un journaliste de ALERTE INFO

Au grand carrefour de Marcory, à quelques 500 m de l’agence de la Zone 3, un cargo de policiers de la Compagnie républicaine de sécurité (Crs) étaient stationné.

72 heures après les manifestations qui ont eu lieu à Bouaké (centre ivoirien) contre la hausse du coût de l’électricité, les employés des agences de Marcory, Kouamssi et Port-Bouet n’ont pas repris le service lundi matin.

« Il n’y a personnes d’autres que nous (agents de sécurité) et les policiers », a confié un agent qui a requis l’anonymat.

Pour Ouattara Karamoko, la reprise de travail dans les agences « va attendre des jours vu les dégâts que les agences ont subi, c’est peut-être la semaine prochaine que le travail pourrait reprendre ».

Au siège de la compagnie sis à Treichville, gardé par une trentaine de policiers, le service a par contre repris lundi à 7H30 (GMT et locales).

« Tous les travailleurs sont en place. Nous travaillons dans une atmosphère apaisée et détendue », a assure l’attachée de presse de la compagnie, Leah Guigui.

« Pour les agences, c’est par mesure de sécurité que la direction a décidé de leur fermeture (…) Mais nous sommes obligés d’ouvrir  » a-t-elle ajouté.

Depuis mardi, des manifestations contre la hausse du prix de l’électricité ont éclaté à Yamoussoukro (capitale politique), Daloa (centre-ouest) et Bouaké (centre). Des locaux de la CIE ont été pillés, saccagés et certains incendiés. A Bouaké où elles ont les plus violentes, des locaux administratifs et de certaines banques ont été les cibles des manifestants dont deux sont morts par balle.

LKO

Alerte info/Connectionivoirienne.net

Commentaires Facebook
Share:

Publié par La Rédaction