41 articles du code électoral revisités en Côte-d’Ivoire (commission électorale)

Edwige FIENDE

La Commission électorale indépendante (CEI) ivoirienne, a revisité « 41 articles du code électoral » pour « les rendre conformes à la nouvelle Constitution », lors d’un atelier, selon une note de l’institution vendredi.

« Quarante et un articles du code électoral ont été revisités en vue de les rendre conformes à la Constitution de la 3e République », lors de ce séminaire qui s’est achevé vendredi à Grand-Bassam (ville balnéaire), après trois jours de travaux, indique le texte.

Cette rencontre portait sur le « cadre légal des élections au regard de la Constitution ivoirienne ».

Ces propositions seront soumises « dans les meilleurs délais » au gouvernement, a assuré le président de la CEI, Youssouf Bakayoko, pour qui « la rencontre constituait un exercice indispensable pour la conduite » des futures élections.

Selon la CEI, les « propositions prennent en compte le respect du genre », relevant la participation « de nombreux partis politiques ».

Alerte info/Connectionivoirienne.net

Author: La Rédaction

6 commentaires sur “41 articles du code électoral revisités en Côte-d’Ivoire (commission électorale)

  1. Il nous faut aller résolument a des élections apaisées en 2020. Dans notre jeune démocratie, nous ne devons que jurer par les élections. Personne n’a dit que tout cela parfait, y compris notre CEI, et nulle part d’ailleurs nous trouvons ce que l’on pourrait qualifier de parfait.

    Et nous irons à ces élections, n’en déplaise aux vampires d’une certaine faction, abonnés absents dans leur « grâce » matinées sempiternelles, qui n’attendent que le sang des Ivoiriens dans leur tasse de thé au petit matin avant de rentrer dans leur cercueil.

    Non, il n’y aura pas un remake de 2000 où des candidats sous la houlette de deux certains Guéi et Koudou ont fait éliminé des candidats. Tous seront candidat y compris Koudou. Alors nous verrons qui est qui.

    Maintenant si l’on a peur des élections, ce qui serait compréhensible quand on n’est que 5400 et en déliquescence, bien sûr on en trouvera toujours et toujours à redire. Sinon, où sont les projets de société pour nous faire avancer, et nous, le peuple, déciderons…

    Ou biennnn ?

  2. Youssouf , tu fais exprès ou quoi ? tu peux changer tous les articles que tu veux mais c’est ton départ qu’on veut d’abord avant toute chose . Merci .

  3. Peace011 on connait déjà qui est qui dans ce pays là depuis les résultats du premier tour des élections en 2010 où les 3 têtes se sont présentées, Gbagbo 38%, Ouattara après avoir volé les voies de Bédié 32% et Bédié 22% en plus c’est avec la même CEI et un taux de vote de plus de 80% nationale, je pense même que c’est là le malheur de Gbagbo, pcq les parrains Sarkosy et autres se sont rendus compte que y avait rien en face, la suite on la connait. S’il y avait un remake cette fois ci ton ADO n’aura même pas 12%…

  4. Youssouf Bakayoko à la tête de la CEI, c’est une belle palme (et une prime) décernée à l’incompétence, dans un pays aspirant à l’émergence qui entend faire de l’Excellence son crédo. Ce type n’a jamais été foutu-capable d’organiser UN SEUL scrutin sincère, propre auquel l’on n’a rien trouvé à redire. Recap :
    – Pas un seul résultat donné dans les délais,
    – Tous ses scrutins sont entachés de fraudes massives,
    – Tous ces scrutins sont entachés de bourrages d’urnes avérés et abondamment étayés,
    – Tous ses scrutins finissent dans la violence (du fait de sa structure),
    – Les taux de partition à tous ses scrutins jouent au yoyo pendant plusieurs jours,
    – Ses taux de participations sont dictés par les hautes autorités du RDR, parti avec lequel il vit du reste en concubinage depuis l’Hôtel du Golf.

    E plus d’être forclos par les textes de sa structure (un mandat non-renouvelable), il semble que seul son squelette démissionnera dans plusieurs années. Sinon, lui, il est po et pas bouger de « sa plantation ». Le parfait épouvantail pour obliger l’opposition significative à boycotter tous les scrutin. Bravo messieurs !

  5. Un mi-cancre restera un mi-cancre quelque soit le sujet abordé.Jusqu’à preuve du contraire l’élection présidentielle en Côte D’Ivoire se gagne à 50% plus une voix Et c’est en ce moment là on sait qui est qui.
    Heureusement que ces ignares ont vite été expulsés du planchet par les urnes comme par les armes.
    À chacun sa lorgnette !!!

  6. @DOMINO28

    Tu es si convaincu que s’il y’avait un remake « mon » OUATTARA n’aura même pas 12%…Okay…
    Es-tu convaincu que ton GBAGBO aura 5,4% ou 10% s’il y’a un remake ? Hmmm ? J’en doute.

    Tu vois, la seule façon de dire qui de nous deux à raison, c’est de se donner rendez-vous en 2020. Voilà pourquoi nous disons sortez de vos « grâce » matinées et pleurnichements car vos théories fallacieuses de « boule de feu » ne donneront pas encore 38% à votre candidat dont le parti est en déliquescence. Prions ensemble pour que l’apocalypse n’arrive pas et nous verrons qui est qui en Eburnie en 2020.

    Pour finir, tu me fais rire car tu oublies un point de taille dans ton analyse figée de la situation. Oui, c’était 38% il y’a 7 ans, comme c’était plus de 70% pour le PDCI la décennie auparavant.

    Ne pensons plus aux portails blindés et retrouvons-nous aux urnes sans morts, ni blessés.

    Allons-y seulement…

Comments are closed.