La construction du métro d’Abidjan « n’est pas une priorité », selon l’ex-président de l’Assemblée, Mamadou Koulibaly

Ange TIEMOKO

L’ancien président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Mamadou Koulibaly, patron de Liberté pour la démocratie (LIDER, parti d’opposition), a estimé mardi que la construction du métro d’Abidjan « n’est pas prioritaire, comparée aux urgences du moment », sur son compte Twitter.

« Pour un Etat dont le budget est de 6.500 milliards FCFA, choisir de faire un métro coûtant près de 920 milliards FCFA, sans un débat préalable au Parlement pour nous convaincre de l’opportunité du choix et des alternatives possibles, est pour le moins curieux », a écrit M. Koulibaly.

« Nous regrettons l’opacité du choix, le coût du projet », a poursuivi Mamadou Koulibaly, estimant que la mise en route de ce métro « est peut-être importante mais pas prioritaire comparée aux urgences du moment ».

Jeudi, les présidents français, Emmanuel Macron, et ivoirien, Alassane Ouattara, ont lancé en grande pompe les travaux d’une ligne de train urbain, appelé métro d’Abidjan.

Long de plus de 37 kilomètres, la ligne devrait relier Anyama, dans le Nord de la capitale économique, à l’aéroport Félix Houphouët-Boigny situé dans la commune de Port-Bouët, au Sud, pour un coût de 918 milliards de FCFA, financé intégralement par la France. La finalisation des travaux est prévue en 2022.

Fin septembre, Mamadou Koulibaly, président du parlement de 2000 à 2011, sous la gouvernance de l’ancien chef de l’Etat Laurent Gbagbo, avait annoncé sa candidature à la présidentielle de 2020.

« Je construirai des routes certes. Mais il y aura des priorités entre les routes. Elles ne se valent pas toutes. Celles qui facilitent la sortie des produits agricoles des zones rurales viennent avant le métro qui fera concurrence aux Gbaka (mini-cars), Woro-woro (taxis communaux) et à la Société de transport Abidjanais (Sotra) », a-t-il affirmé.

Alerte info/Connectionivoirienne.net

Facebook Comments

Author: La Rédaction

13 commentaires sur “La construction du métro d’Abidjan « n’est pas une priorité », selon l’ex-président de l’Assemblée, Mamadou Koulibaly

  1. Les patentés négateurs des évidences sont à la tache. A lire ces gens qui nous ont dirigé ou conduit dans l’abîme pendant 10 ans, je me demande où était passé leur esprit de discernement? Lorsque le FPI achetait pour plusieurs milliards de nos francs, combien de débats avaient été menés à l’A.N sur ce sujet? Tchrrrrrrrrrrrr; le temps opportun de lider price, n’est pas forcement celui de PRADO.
    A chacun sa lorgnette selon @ quoi.

  2. quand est-ce que le gouvernement a-t-il dit à
    koulibaly que le métro est prioritaire ?
    un projet datant de la première mandature de
    Ouattara qui peinait à être finalisé à cause d’un
    problème avec les coréens. ce projet, qui est finalement
    totalement pris en charge financièrement par la
    partie française.
    je ne vois pas en quoi ce projet ne devrait pas être prioritaire.
    d’ici 10 a 15 ans, beaucoup diront Ouattara à été un visionnaire.
    plein de réalisations d’abdoulaye wade son aujourd’hui très
    apprécié des sénégalais. on sait ce qui était dit lors de leurs
    mise en œuvre.
    en attendant, monsieur koulibaly,
    dites moi quelles étaient vos priorités quand vous avez
    phagocyté les 100 millions de l’état ?

  3. IL Y A 18 MOIS DEJA !!!

    Le gouvernement adopte une communication relative à la cérémonie de vulgarisation du Schéma Directeur d’Urbanisme du Grand Abidjan (SDUGA)

    Le gouvernement a adopté lors de son conseil de ministre de ce mercredi 15 juin 2016, une communication relative à la cérémonie de vulgarisation du Schéma Directeur d’Urbanisme du Grand Abidjan (SDUGA). Le SDUGA est un document de planification urbaine et de planification du transport du District d’Abidjan et des communes environnantes élaboré dans une perspective de développement durable.

    Durant la campagne, prévue du 11 au 13 juillet 2016, les cabinets d’études en charge de l’élaboration des Plans d’Urbanisme Directeur des Chefs-lieux de régions et de districts exposeront les schémas provisoires desdites localités, et les aménageurs fonciers présenteront leurs projets d’aménagement dans la zone de couverture du SDUGA.

    Source Fratmat.

    ========****======

    Le Train urbain n’est pas un projet sorti du néant.

    Consultez les 3 Tomes du SDUGA produit avec l’appui du Japon grâce à la JICA.

    Documents publics accessibles par tout citoyen à fortiori un cadre dit de haut niveau.

    Peut etre que LIDER est plus outillé que la JICA, Le BNETD et le Ministere de l’urbanisme réunis !

  4. LES STATISTIQUES AU SERVICE DE LA NATION

    Quand on faisait le recensement, certains avaient d’autres priorités comme son boycott.

    Or les résultats du RGPH 2014 indiquent que la ville d’Abidjan comprend 4.707.000 habitants, soit 20% de la population ivoirienne.

    Avec 20% qui sont la partie vitale des forces vives du pays, il y a priorité de regler la question de mobilité de la ville d’Abidjan. En solution pérenne, durable, de masse et accessible au grand public en termes de coût et de geoposition.

    Le Train Urbain est donc la solution incontournable Mr ML !!!

    A moons qu’on veuille paralyser la métropole par un « go slow  » en mesestimant toutes les études sur les coûts des embouteillages !

  5. MK UN JOUEUR DURCOTÉ ?

    « …Je construirai des routes certes. Mais il y aura des priorités entre les routes. Elles ne se valent pas toutes. Celles qui facilitent la sortie des produits agricoles des zones rurales viennent avant le métro qui fera concurrence aux Gbaka (mini-cars), Woro-woro (taxis communaux) et à la Société de transport Abidjanais (Sotra) »

    MK ressemble à une recrue de Mercato qui montre toutes ses limites. Finalement n’est-il un intellectuel surcôté ???

    1. JE CONSTRUIRAI DES ROUTES…

    En 10 ans montre nous la SEULE piste villageoise tracée et qui n’existait pas avant vous !

    2. LES ROUTES NE SE VALENT PAS TOUTES !

    A qui MK le dit ? Pas certainement à ADO. ADO qui a rebâti la caete routière du pays en améliorant CE QUE LE COLON avait laissé à la Cote d’Ivoire en 1960 !

    TOUTES LES ROUTES SONT NOMENCLATUREES. FAITES UNE COMPARAISON ENTRE 1960 et 2011 puis 2011 et 2017 !

    C’est cela l’effet des multiples ponts qui ont été réalisés et qui permettent de mailler les aes horizontaux du pays en voies de circulation de qualité identiques aux voies verticales que le colon a laissées. Tout débouchant vers les ports.

    Aujourdhui le territoire ne souffre plus de zones grises exclues d’accès !!!

    Grâce aux axes créés la mobilité territoriale drs marchandises est accrue et la baisse des prix accélérée sur le vivrier ! Partout en CI.

    Doit on citer ces axes et ces ponts ??????

  6. LES URGENCES ET LA QUESTION DES INFRASTRUCTURES

    Si Napoléon avait eu une vision courte jamais il n’aurait instruit le Prefet Haussmann de repenser Paris.

    Nous sommes heureux que MK reconnaisse que le pays a des URGENCES.

    Mais depuis quand tout est prioritaire dans ce beau pays ?

    Au sortir de la crise en 2011 pendant que d’autres attendaient tranquillement a Accra, il a fallu tout REBATIR.

    Faire face à toutes sortes de priorités. Travailler d’arrache pied jour et nuit.

    Il faudra que d’autres économistes et intellectuels nous disent OU ET COMMENT en Afrique les tendances ont pu être renversées aussi rapidement et à si grande échelle.

    Je sillonne l’Afrique et dans aucun pays sorti de crise je n’ai vu autant d’efforts en ce laps de temps !

    Dans ce pays oû tout est urgent certains empochent sournoisement 100 millions de F sans états d’âme quand on sait que cet argenr aurait pu construire des écoles des centres de santé et les équiper.

    SANS RENDRE COMPTE A LA NATION NI SE SOUVENIR QUE L’ASSEMBLÉE NATIONALE EXISTE !

    Ils s’oublient parfois quand ils parlent…les donneurs de leçons !

    Bref sur la question des coûts on attend une étude sérieuse chiffrée nous disant pourquoi le prix proposé est excessif (pas élevé seulement).

  7. LES ROUTES DU DÉVELOPPEMENT NATIONAL

    Et si on donnait la parole à ceux qui ont vu les oeuvres de leurs yeux ???

    =========*============

    FPI: Pascal Affi N’Guessan visite le chantier du pont de Beoumi

    Le président du Front populaire ivoirien (FPI, opposition), Pascal Affi N’Guessan, en partance pour animer un meeting politique à Kondrobo (environ 83 Km à l’Ouest de Bouaké) a marqué un arrêt, mardi, pour visiter le site de construction du pont de Béoumi qui reliera le Centre à l’Ouest ivoirien.

    Ce pont en construction sur le fleuve Bandama et dont les travaux ont été lancés par le président ivoirien Alassane Ouattara, lors de sa visite d’Etat dans la région de Gbêkê (Centre-Nord) en novembre 2013, reliera le Centre-Nord aux régions de l’Ouest et du Nord-Ouest de la Côte d’Ivoire. 

    Ce pont, long de 304 m, sera prolongé de part et d’autre de voies bitumées de Béoumi à Kounahiri. Il est en train d’être construit concomitamment avec un autre pont sur le fleuve Kan, dans le département de Tiébissou, pour un coût global estimé à 16 milliards de FCFA.

    « La construction de ce pont constitue pour la ville de Béoumi, un véritable essor pour son développement » a fait observer, Léon Agoh, la vingtaine révolue, usager du fleuve Bandaman. 

    « Je suis née ici, au bord du Bandama, j’ai appris le travail de piroguier ici » poursuit-il, ajoutant qu’en attendant la livraison du pont, son travail lui rapporte malgré l’existence du bac, environ 2000 à 3000 F CFA par jour. « Quant le bac était en panne, je gagnais entre 5000 et 6000 francs par jour » affirme-t-il. 

    « Je suis très heureux pour la construction de ce pont parce que cela permettra à Béoumi de se développer », estime le natif de Béoumi, ajoutant que, « d’après mes parents, c’est depuis 40 ans que les populations d’ici rêvaient pour la reconstruction de ce pont ». 

    M. Agoh qui a un champ d’anacarde, compte retourner à la terre dès que la construction du pont s’achève.

    CK/ls/APA 

    Source : APA 7 MAI 2016
    ==========================

    Quid du Pont de Serebou ?

    Ecoutons notre Vice Predisent :

    « …Ce pont, qui est le moyen de jonction entre le Nord-est et le centre de la Côte d’Ivoire, est un précieux instrument pour le développement économique de la région du Gontougo, l’un des principaux bassins de production de l’igname, des noix de cajou et d’autres productions agricoles qui ravitaillent les marchés de Bouaké et d’Abidjan».

    Il a surtout précisé qu’en termes de prévision, ce projet de construction de pont va relancer l’activité économique des paysans, des organisations des filières agricoles et des transporteurs. Et va améliorer les conditions de vie d’environ 3 millions d’habitants repartis dans les régions du Gbêkê, du Hambol, du Gontougo et de l’Iffou. Ce qui couvre, respectivement, les départements de Bouaké, Katiola, Dabakala, Bondoukou, Tanda et M’Bahiakro..

    SYLVAIN TAKOUE
    Envoyé spécial dans le département de Sandégué pour Le nouveau Reveil
    =============*========

    Quid du Pont de Bettié sur la Comoé ?

    Devons nous reveiller Jean Marie Adiaffi pour y repondre ? Et nous dire toute l’importance de cet ouvrage qui relie les pays Agni et Attié pour l’éternité ???

  8. Heee Mamadou ou le vuvuzela police-économique.
    Premier point discutable:ce projet de métro est financé à 100% par la FRANCE Et dans ce genre de contrat généralement les remboursements s’étalent en moyenne sur 20 à 30 ans et les taux d’intérêt n’excèdent pas 5%.Il serait mieux de dire 6.500 multipliés par 20 ou 30 pour rembourser un prêt de 940 milliards avec les intérêts.
    Deuxième point concernant la priorité:je ne reprendrai pas le commentaire du Grand frère @WARA tellement juste et logique.Mais sachez cher ex Honorable et futur Président Koulibaly,les particules fines libérées par nos voitures dans Abidjan sont de l’ordre de 2,5 micromètres déjà dangereux pour la santé selon l’OMS avec des pics allant de 6 à 8 à adjame abobo et au plateau.Selon les experts si rien n’est fait environ 3% de la population abidjanaise mourrait chaque année pour cause de pollution de l’air sans compter la paupérisation liée aux maladies pulmonaires à l’achat des médicaments.
    On estime déjà pour l’Afrique 700.000 morts par an et 600.000 enfants qui présentent des troubles neurologiques depuis 2013.
    Alors Mr Koulibaly attention au populisme je vous connais plus responsable que ça.

    À chacun sa lorgnette !!!

  9. merci, grand frère @wara
    pour tout ces rappel et infos.
    un jour, je me plaignais ici de la démagogie
    des opposants.
    quelqu’un m’a répondu qu’ils n’étaient pas
    obligés de dire la vérité.
    ce qu’il serait bien, ce serait de faire au moins
    des comparaisons et non de se limiter à faire
    la morale aux autres.
    vue que vous avez fait dix ans au pouvoir, on
    serait très heureux de comparer les priorités
    actuelles du président Ouattara à celle du
    défunt régime Gbagbo.
    biensur en sélectionnant exclusivement ceux
    qui ont été réalisés et qui sont utiles aux populations.
    si des routes villageoises étaient prioritaires,
    combien le groupe a MK ont-ils réalisés en dix ans ?
    il n’est plus a démontrer que Ouattara en a réalisé à
    la pèle.
    si des écoles étaient prioritaires, combien le groupe a MK
    ont-ils réalisé ?
    Ouattara en a réalisé a la pèle.
    si des universités étaient prioritaires, combien le groupe
    a MK en ont-ils réalisés ? vu qu’ils sont tous enseignants.
    on voit combien Ouattara a construit.
    si, devenir milliardaire un an après avoir quitté son poste
    d’enseignant pour devenir ministre était prioritaire,
    si offrir des rav4 aux putes était prioritaire,
    si aller chaque nuits à la rue princesse, y faire du
    prodada était prioritaire, alors là, je vous tire mon chapeau.
    dans ces derniers segment, Ouattara est vraiment nul.
    piètre politico-menteur !

  10. Hum ! Voilà qui se plaignent des opposants, comme si ces derniers devraient comme ces troubadours emboucher comme eux les trompettes du « griotisme » facile !!
    On trouvera toujours à redire sur les choix des uns et des autres…Les uns sont des adeptes du bling-bling, les autres critiques des choix qui ne leur apparaissent pertinents.
    Il n’y a pas à se fendre en discours oiseux et proprement saugrenus

  11. Réponse pour @Pangloss

    ETRE OPPOSANT ou ETRE OPPOSE

    Ce n’est pas vous l’avez deviné la géniale formule de Shakespeare dans son Monologue of Hamlet. Le célèbre dramaturge dit plutôt « Être, ou ne pas être, c’est là la question »

    Je paraphrase l’idée en reprenant « Peut-on être opposant et ne pas être opposé à tout ? C’est là toute l’équation ! »

    Cette sortie de Mamadou KOULIBALY nous donne l’opportunité de mesurer la pertinence de la réflexion.

    En vérité, cela est connu, il y a toujours eu plusieurs MK !
    De tous, on préfère et de l’auteur le brillant intellectuel. Celui qui animait le Think Tank « Audace Institut Afrique » qu’il a dû quitter pour les raisons qu’on connait. Le MK qui donne des contributions de belle facture dans les Contrepoints.

    Il y a aussi le politicien dilettante. Aux initiatives sans lendemain, plus abonné aux coups d’éclats qu’à l’action lente et patiente dans la durée.

    L’intervention sur le Metro d’Abidjan fait partie des sorties tonitruantes du second MK.

    Et pourtant quand il s’applique MK avec tout son bagage intellectuel peut produire une étude fouillée. Avec des assises chiffrées. En économie, on se passe difficilement des statistiques !

    Des économistes statisticiens, on en a encore dans ce pays. Mal utilisés parfois, certains se sont exilés ! Loin de leurs terres natales.

    L’un des plus brillants mais qui fait moins de vuvuzela dans sa génération, le Professeur Eugene Kouassi est aux dernières nouvelles que j’ai eu de cet ami, du côté du Botswana. Au Botswana Institute for Development Policy Analysis (BIDPA) précisément. De Montpellier à Chicago en passant par la Virginie, il sillonne d’autres universités pour dispenser son précieux savoir, les méthodes économétriques et leurs multiples applications en économie.
    Naturellement le thème de « L’Approche fréquentielle de la causalité évolutive entre processus aléatoires bivariés non-stationnaires », sujet de sa thèse d’économie, n’est pas accessible au tout-venant …
    Conséquence de cette fuite de cerveaux, et après le silence des Maitres Pr Jacques Pégatiénan, Pr Laurent Atsain ACHI et tant d’autres, doit-on aujourd’hui se résoudre à laisser les seuls économistes devenus politiciens, monopoliser l’espace des « avis autorisés » ?

    Certes comme elle se définit, « La Cellule d’Analyse de Politiques Economiques du CIRES (CAPEC), dont Pégatienan fut le premier Directeur, est un cadre national de réflexion, de recherche, d’information et de conseil au service des institutions internationales, des opérateurs économiques, fait bénéficier d’un éclairage régulier et d’une assistance technique à la formulation et à la mise en œuvre des politiques économiques au gouvernement ». Mais peu d’ivoiriens sont au fait de ses riches activités et multiples rapports, séminaires et formations.

    Par contre les sorties fort médiatisées de MK font davantage écho.

    UN EXEMPLE D’APPLICATIONS PRATIQUES : LE COUT DES EMBOUTEILLAGES

    Le Centre for Economics and Business Research (CEBR), donc un cabinet d’études économiques comme la CPAEC du CIRES, en combinaison avec l’agence INRIX qui offre sur le net du SaaS et du DaaS (je vous épargne du détail technique) produit régulièrement des informations capitales sur le coût de la congestion routière !

    Le CEBR utilise les données INRIX relatives à la congestion du trafic durant les heures de pointes des zones urbaines importantes (ZUI) au Royaume-Uni, en France et en Allemagne respectivement, pour estimer la quantité moyenne annuelle d’heures perdues par véhicule en Europe.
    Ainsi on évalue en 2013, en France à 46 millions d’euros par jour, soit 17 milliards d’euros la perte sèche financière due aux embouteillages !

    Sont pris en compte le montant du PIB annuel, le nombre d’heures réalisée par la population active française et d’autres paramètres. On estime la productivité marginale horaire à 35,80 euros et la perte annuelle pour l’économie nationale s’élève à 2 500 euros par conducteur en Ile-de-France.
    De manière détaillée sur la base du million de Parisiens sur le périphérique tous les jours, l’État perdrait 2,5 milliards d’euros à cause des bouchons (Bravo les Parisiens) chaque année.

    A ce coût purement économique, il faudra ajouter l’amortissement accéléré de la voiture, les risques d’accident et la dispersion sociale de la famille….

    Avec 17 milliards d’euros (soit 11 151 269 000 000 F CFA), on pourrait construire plusieurs Métros à 1 000 Milliards l’unité !

    QU’EN EST-IL DU GRAND ABIDJAN ?

    Remarquons d’abord qu’UN PARTI POLITIQUE SERIEUX NE DOIT PAS AVOIR une HORREUR VISCERALE DES RECENSEMENTS ET DES STATISTIQUES !

    Des applications de ce genre, l’économie de tous les jours offre des multiples opportunités qui sont des niches d’emplois pour nos jeunes.

    Le SaaS, le DaaS, le Big Data et autres technologies ou domaines spécifiques IT, méritent d’être prospectés pour que la vérité de la science guide nos décisions politiques.

    En lieu et place de l’émotion, le Business Intelligence nous offre une approche scientifique qui devraient sous-tendre les sorties de nos rares intellectuels !

    Je ne parle pas bien entendu, de cet ex-« banquier » qui a dirigé la SOTRA et qui compare le Métro d’Abidjan à celui de Dakar et qui via son réseau social invite à dire « non » au projet qu’il qualifie de « misère », avant d’expliquer :

    « Il va coûter 918 milliards de F CFA pour 37 kilomètres de trajet, soit environ 25 milliards CFA par Kilomètre, ce qui fait de lui le métro le plus cher du monde. Pour information, le Sénégal vient de réaliser 51 kilomètres de métro reliant Dakar au nouvel aéroport Blaise Diagne, à 400 milliards de F CFA, soit environ 8 milliards par kilomètre. Précision : tout a été fait à neuf avec de nouveaux rails à poser et de nouvelles rames de métro. »

    Pourquoi je refuse cet avis d’un « GRAND » sachant ? Pour la bonne et simple raison que les travaux du TER de Dakar n’ont pas même pas encore démarré !!!

    Mieux le très apprécié GAUTRAIN d’Afrique du Sud qui pourrait être la référence qualité de notre Métro d’Abidjan a vu son cout prévisionnel passer en 2002 de R3.5 billion à R25.4 billion ($3.66 billion) en 2011 ! Faites vous-mêmes le rapport de variation !

    On prend aussi en comparaison de manière hasardeuse le Tram d’Adddis-Abeda ! Ce tram avec ses 2 lignes de 34 kilomètres, est un exemple de projet mal conçu. Les ROI se feront après bien d’aménagements donc un cout additionnel important !

    Je ne vous ferai pas l’injure de dire que pour comparer un projet d’infrastructure de cette importance à un autre, il faut intégrer toutes les composantes du projet (y compris tous les ouvrages d’art et les travaux d’assainissement) qui parfois sont très loin d’être identiques !

    Cordialement cher MK !

  12. merci pour toutes ses infos
    grand frère @wara
    beaucoup de gens ici croient que faire
    la politique, c’est parler pour parler.
    certains sont dans leurs lits grasse matinaux
    et peuvent avancer des chiffres ultra majoritaires
    en leur faveur.
    ben on est habitué.
    encore une fois, merci de nous éclairer. merci
    aussi pour votre ton apaisé et courtois.
    c’est ce genre de débat que je souhaite toujours
    la courtoisie malgré les différences.

  13. @wara

    What’s goin’ on? Ou devrais-je dire, what’s going on?

    Tu sais, ton langage chiffré tourmente et rend frileux les gens qui se disent érudits en plein 21ème. De la même façon que la lumière du jour ou une croix religieuse tourmente un vampire, ils sont tourmentés par les chiffres. Pire, quand ils n’en ont pas et s’y essaient ils vont en créer (fictivement) dans leur labo…

    Sinon, pour les déjections d’ignorance de l’ex-DG de la SOTRA, juste une image pourrait l’éclairer. Qu’il sache que le cout de construction d’un km de rail de Metro ou autres à Mama, ne sera jamais égal au cout de construction d’un km de rail à Abobo ou les terrains montagneux de Man.

    Apparemment, la topographie des terrains et autres espaces, le degré et plan d’urbanisation des zones traversées, par exemple parmi tant d’autres, sont les mêmes pour l’ancien DG partout dans l’univers. Juste un exemple. Et dire que ce sont ces gens qui constituent l’intelligentsia de ce parti qui était aux affaires pendant 10 ans de calvaire dans notre pays.

    Nous l’avons vraiment échappé bel en CIV en 2011 !

    Thanks!

Comments are closed.