Le Président de la République française alerté sur l’enlèvement de l’écrivain Patrice Nganang (Cameroun)

blank

A Son Excellence Monsieur Emmanuel Macron,
Président de la République Française
Palais de l’Elysée- Paris, France

Monsieur Le Président,

En ma qualité de président du Collectif Diasporique Camerounais, association de ressortissants camerounais de la diaspora basée en Afrique, en Europe et en Amérique, J’ai l’honneur d’en appeler à votre bienveillante sollicitude et à votre intervention expresse auprès des autorités du Cameroun, à la suite de l’enlèvement brutal de l’écrivain et professeur Patrice Nganang par les services secrets du régime au pouvoir au Cameroun, le mercredi 6 décembre 2017, en pleine phase d’embarquement à l’Aéroport de Douala.

Patrice Nganang, docteur en littérature germanique, Professeur de Littérature à New-York après avoir enseigné à Heidelberg en Allemagne, a été enlevé par les Forces Spéciales Camerounaises et conduit en un lieu de détention inconnu de sa famille, de ses amis et de ses avocats depuis lors. Il se préparait alors à s’envoler pour Harare au Zimbabwe, puis de là vers New York aux Etats-Unis, où il enseigne la littérature africaine et la littérature allemande.

En effet, l’écrivain camerounais Patrice Nganang, l’une des meilleures plumes de notre génération africaine, est connu pour son engagement en vue de l’instauration de l’Etat de droit au Cameroun et contre les violations répétées des droits humains par le régime du Président Paul Biya contre le peuple camerounais en général et les opposants politiques camerounais en particulier. Il est donc fort probable que le régime camerounais en veuille à Patrice Nganang en raison de son labeur de dénonciation de ses nombreux crimes et scandales de corruption depuis 1982.

Il convient par ailleurs de rappeler à votre attention que le régime au pouvoir au Cameroun en est ‘à une énième récidive, en matière d’enlèvements d’opposants politiques, d’intellectuels libres et d’artistes engagés, depuis son arrivée au pouvoir il y a 37 ans…

Monsieur le Président de la République,

Votre récente tournée africaine vous a vu promettre aux jeunes africains, aux sociétés civiles africaines, aux oppositions démocratiques africaines, un nouveau regard compréhensif – et non complaisant, bien sûr- de la France que vous dirigez, sur le bien-fondé de leurs luttes légitimes.

A vos côtés, lors de la rencontre d’Abidjan, entre l’Union Européenne et l’Union Africaine, se tenait pourtant et fort sagement le Président camerounais, M. Paul Biya, qui se trouve être ce 8 décembre 2017 le géolier de l’écrivain et professeur de renommée internationale, Patrice Nganang.

Or, comme vous le savez sans doute, Le Président Biya, qui a affirmé devant votre prédécesseur le Président François Hollande, que  » ne dure pas au pouvoir qui veut, mais qui peut », s’apprête, à plus de 85 ans bientôt et après 37 années au pouvoir, à se faire reconduire machinalement à la tête de l’Etat du Cameroun dans des conditions de non-transparence et corruption avérées du régime qu’il conduit d’une main de fer depuis 1982. La répression, les arrestations, les brutalités et les assassinats d’opposants politiques et d’intellectuels sont un fait récurrent à l’approche des échéances électorales dans ce pays. La représentation diplomatique française au Cameroun pourrait amplement vous en édifier, M. Le Président.

N’est-ce pas une occasion de donner un signal fort à Monsieur Biya, quant à votre volonté de voir la France coopérer essentiellement avec des régimes africains respectueux des droits humains fondamentaux? Le Peuple du Cameroun, la Société Civile, les Intellectuels libres, les artistes engagés du Cameroun observeront avec la plus grande attention votre attitude devant le défi de l’alternance générationnelle que tous les Peuples d’Afrique Francophone se doivent de réaliser, dans l’intelligence, la non-violence et la convergence des désirs d’avenir partagés, entre la France et l’Afrique.

Le philosophe de formation et l’esprit farouchement libre que vous êtes acceptera-t-il que vos collègues et compagnons générationnels africains, engagés dans l’animation de l’espace public et dans la construction de la relève politique de ce continent vigoureux, soient l’objet de kidnapping, de tortures physiques et psychologiques, d’emprisonnements arbitraires à tour de bras, voire de pures et simples liquidations physiques? Votre récente promesse de solidarité envers la jeunesse et les peuples d’Afrique est désormais concrètement mise à l’épreuve.

Je me permets donc de solliciter votre bienveillante intervention auprès du régime du Président Biya, afin que:
– La libération immédiate de l’écrivain-professeur Patrice Nganang soit effective
– Les reproches éventuels du régime Camerounais envers l’écrivain fassent l’objet d’un procès juste et équitable
-La sécurité (physique, psychologique et morale) de Patrice Nganang et de l’ensemble des acteurs intellectuels, culturels et associatifs de la société civile du Cameroun soit garantie, et le débat politique apaisé au Cameroun dans le cadre d’un processus de Transition non-violente vers l’Etat de droit requis pour le bien-être et l’union de nos populations.

Excellence M. Le Président de la République, M. Emmanuel Macron,
Cher confrère philosophe,

Au cœur de cette Normandie où j’enseigne, Alain soulignait autrefois:

« Nul n’a de pouvoir sur le jugement intérieur. Si l’on peut te forcer en plein jour de dire qu’il fait nuit, nul ne peut t’obliger à le penser. »

Avec l’écrivain et professeur Patrice Nganang, je fais partie de ces Africains d’Occident qui ont pris fait et cause pour la liberté, l’égalité et la fraternité humaines, ici comme ailleurs. Nous voudrions pouvoir compter sur vous, pour réussir à rassembler les espérances éparses dans le continent africain et cheminer ensemble pour de merveilleuses aurores communes. L’Afrique mutilée, l’Afrique désespérée compte sur les bonnes volontés, en tous continents, qui voudront accompagner l’éclosion de ses plus beaux jours futurs. Cheminons donc! Hic Rhodus, hic saltus!

Restant à votre disposition pour la suite que vous voudrez bien réserver à cette sollicitation d’intervention urgente pour la cause de l’écrivain Patrice Nganang et des nouvelles forces citoyennes du Cameroun, je vous prie de croire en l’expression de ma profonde et réelle déférence.

Votre, très respectueusement
Et très cordialement,

Paris, le 8 décembre 2017

Franklin Nyamsi
Professeur agrégé de philosophie
Docteur de l’Université Charles de Gaulle Lille 3
Président du Collectif Diasporique Camerounais

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires

9 commentaires sur “Le Président de la République française alerté sur l’enlèvement de l’écrivain Patrice Nganang (Cameroun)

  1. Voici les faits qui motivent ce courrier adressé à MACRON, selon KOACI :

    Détenu à la police judiciaire, il devrait de nouveau être entendu ce samedi.

    Le 3 décembre 2017 à 19 heures 27 minutes, il avait publié sur sa page Facebook des propos qualifiés de « menace de mort » et « d’outrage » au chef de l’Etat.

    Voici exactement le message publié par Patrice Nganang.

    Mais faites-moi confiance, et je ne blague pas – je l’ai devant moi, lui Biya, et ai un fusil, je vais lui donner une balle exactement dans le front. Je le dis depuis Yaoundé où je suis. Lui aussi. l’ai dit à Paris devant Abdou Diouf et à New York devant la Maison Blanche. Ceci est donc une répétition. Un Bangangte (localité d’origine de Patrice Nganang Ndlr), est trop noble pour fuir à cause de ce qu’il va faire si on le laisse. Qu’il vienne m’arrêter s’il a encore des couilles.  »

    Au moment de son interpellation, l’écrivain, poète et romancier d’origine camerounaise Patrice NGANANG était en possession de deux passeports, l’un passeport ordinaire camerounais et un autre des États-Unis d’Amérique.

    Il a été arrêté alors qu’il tentait d’embarquer à bord d’un avion à l’aéroport International de Douala, en partance pour Harare, la capitale de la du Zimbabwé apprend KOACI de sources sécuritaires.

    Pop !! (Oui, un fait divers qui atterrit sur la table de MACRON !! Encore un !!)

  2. avec le très grand nombre de Camerounais qui sont intervenus
    dans nos problèmes ivoiriens, j’ai cru que le Cameroun était le
    pays le plus démocratique d’Afrique.
    mais dites monsieur, de vos geôles actuelles.
    qui de vous et de Biya a-t-il les couilles ?

  3. @belo ….

    Dans le contexte, quelque soit le pays, ce guss aurait eu des problèmes (On a vu DIEUDONNÉ vivre des calamités diverses, pour avoir fait largement moins en France) !!

    Le problème, c’est quand des gens interviennent auprès de MACRON et refusent de dire la vérité !!

    Il ne s’agit pas ici de liberté de parole ou d’abus de pouvoir, mais de menaces envers un président que le pouvoir décidera de faire passer sous « outrage à président de la république », de bonne foi !!

    La qualité démocratique d’un pays ne joue ici aucun rôle !!

    Et dans tout ceci, le guss possède la nationalité américaine !!

    Pop !!

  4. Il ressemble drôlement à un macaque….Désolé mais c’est tout ce que ça m’inspire lol

  5. Dommage qu’on n’ait pas une photo de vous pour comparer !!

    Pop !!

  6. Mieux un macaque penseur et érudit dans un village est plus utile qu’un chef grand, beau, profil Bagnon mais terriblement écervelé.

    Cela dit on peut apprécier différemment sa démarche quand bien même nous compatissons avec le drame de l’Ouest du Cameroun. Oû l’Internet, denrée mondiale, fut coupé de longs mois en représailles à la révolte populaire. En dépit de toutes les conséquences sociales et économiques qu’une telle mesure aveugle entraîne.

  7. LA FOIRE AU TRIBALISME, LA PLAIE DU CAMEROUN

    J’adore visiter ce pays. C’est l’Afrique de la géographie en miniature.

    Si nous denombrons une soixante d’ethinies chez nous, la bas c’est autour de 250 groupes ethniques  que le compte sera à peu près bon !

    Et chaque ethnie a ses chapelles. Politiques, intellectuelles, culturelles ou économiques.

    Dans une joyeuse et active rivalité. Au point oû le fait national perd SOUVENT de sa légitimité devant la question ethnique ou tribale.

    Ainsi vous avez lu sans y prêter peut être attention à ce détail :

    « ….Un Bangangte (localité d’origine de Patrice Nganang Ndlr), est trop noble pour fuir à cause de ce qu’il va faire si on le laisse…. ».

    L’ethnie toujours en avant ou en dessous pour une action d’envergure nationale.

    Le nombre d’intellectuels au km2 est dans ce beau Cameroun des plus élevés en Afrique. De nombreuses familles ont eu de grands noms voire 2 ou 3 sommités africaines (les Muna, les Melone etc).

    Mais ….confrontés aux querelles de clocher tout ce beau monde est dans une course de leadership étriquée. Vaine et puérile.

    Ainsi quand l’autre se proclame sans aucune modestie « Président du Collectif Diasporique Camerounais » que nul ne s’y trompe.

    Il s’agit ni plus ni moins qu’une de ses innombrables associations de ressortissants de…qui se prévalent d’avoir le monopole de la représentativité. Sans pouvoir le démontrer au moment voulu. Macron ne s’y trompera pas sur la capacité de frappe de cet autre groupuscule.

    Au Cameroun il y a aussi les grands hommes d’affaires qui écrasent les longs crayons.

    Les grandes fortunes célèbres du pays font la fierté de la réussite africaine dans le monde des affaires. Les Bamllekés notamment. Ces grandes entre autres Kadji, Sohaing, Fotso, Ngouchinghe, Bouba, Noutchogouin, Mukete, Foyou, Fokam Kammogne, et enfin la premire fortune des fracophones de l’Afrique, Baba Ahmadou Danpullo, ont éclipsé les libanais et syriens dans plusieurs secteurs. Sans forcément des décrets nationaux. Chaine de solidarité et éducation au business très tôt !

    L’émergence nationale de l’entreprenariat c’est vraiment au Cameroun que je l’ai constatée ! Surtout chez les Bami. Pour qui on enseigne très tôt que « celui qui transporte des oeufs sur la tête ne fait pas de palabre sur la route… »

    Cette route est encore longue pour l’opposition et le pouvoir de Biya a encore de beaux jours devant lui.

    Si Dieu lui donne la santé et longue vie…..

    Sinon Macron n’y changera rien !!!

    Dans ce beau pays oû aussi fleurissent les faymen et feywomen…faites surtout aux gens qui se declarent…Président de…..

    A l’investiture de Mandela, un.maitre fayman Donatien Koagne s’était fait passer pour Président des Rois du Cameroun. Que Soro y prenne garde…

    J’ai dit Koagne et non @Coigny ..N’allez pas dire que j’ai dit que…or que !

  8. moi je ne comprends pas une chose.
    le gars a la nationalité américaine et non française.
    pourquoi les autres envoient-ils une lettre à Macron ?
    trop bêtes !
    envoie la lettre à Trump !

Comments are closed.