Côte-d’Ivoire Libération de Gbagbo: «Emmanuel Macron est au fait de la situation», révèle Guy Labertit

La détention de l’ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo, à la Cour pénale internationale (Cpi), à la Haye, continue de susciter des réactions tant du côté de la Communauté internationale que de ses amis proches. Les dernières publications de Médiapart n’ont pas laissé indifférent l’ancien délégué Afrique du Parti socialiste français, aujourd’hui adjoint au maire de Vitry sur Seine et compagnon de longue date du célèbre prisonnier. Dans l’entretien qu’il a bien voulu nous accordé, lors d’une manifestation de la diaspora togolaise à Bastille, Guy Labertit revient sur cette incarcération qu’il juge arbitraire et ne manque pas d’indexer l’ancien procureur Louis Moreno Ocampo, l’actuel président, Alassane Ouattara, et l’ex-président français, Nicolas Sarkozy.

Monsieur Guy Labertit, il n’y pas longtemps des médias français ont sorti des dossiers concernant la détention de votre ami Laurent Gbagbo que certains jugent arbitraire. Qu’en est-il aujourd’hui après ces révélations qui menacent la crédibilité de la Cour?

Je suis membre du Parti socialiste et adjoint au maire de la première ville du Val de Marne, Vitry. Ce n’est pas en tant qu’ami de Laurent Gbagbo que j’interviens, mais en tant qu’analyste de la situation. Je constate d’abord que ce ne sont pas les médias français qui ont sorti des choses mais c’est à la charte européenne que les pratiques du procureur Ocampo à la CPI ont été mises à la lumière. A savoir ces trafics financiers avec ses comptes offshores et aussi les conditions dans lesquelles, il a fait procéder à l’arrestation du président Gbagbo en violant, d’ailleurs, tous les principes du droit international avec le soutien diplomatique de la France à l’époque. Je crois que c’est ça qui a été révélé. Aujourd’hui, on voit où en est le procès. On voit que depuis maintenant deux ans, les témoins à charge du procureur ont fini pratiquement de défiler et qu’il n’y a pas une seule charge qui a été retenue pouvant conduire à une condamnation pénale du président Gbagbo. Je considère donc qu’aujourd’hui tout le travail que nous avons fait pour dénoncer les conditions de son arrestation et tout ce qui s’était passé se trouvent parfaitement justifié. Je dis hélas, pour lui, puisqu’il est enfermé injustement depuis six ans et demi. On a eu à faire un grand battage médiatique. Mais, au fond, quand on est devant la justice, devant un procès on se rend compte qu’il n’y a aucune charge. Pourtant, tous les témoins à charge ont défilé à la Haye.

Malgré tout, sa demande de liberté provisoire est toujours rejeté, et il est maintenu en détention . Que compte faire l’Union européenne et la France ?

Je ne suis pas habilité à parler de ce que fera l’Union européenne ou même la France. Ce que je sais en tous cas, c’est que les plus hauts responsables d’Europe et de France, y compris le Président Emmanuel Macron sont parfaitement au fait de cette situation, et c’est à eux de faire leur choix politique. Je crois que le développement des faits, le regard de l’histoire montre que les positions que j’ai défendues depuis pas mal d’années, se trouvent confortées par la réalité et la vérité. C’est tout ce que je puis dire. Maintenant, que les responsables politiques au plus haut niveau prennent eux-mêmes leur responsabilité. Je sais aussi que certains chefs d’Etats d’Afrique ont clairement exposé leur gêne vis-à-vis de cette Cpi. D’ailleurs, l’Union africaine, globalement, a pris une décision de délibération disant qu’il fallait s’en retirer. Chaque Etat devant prendre ses responsabilités, ça c’est une chose. Deuxièmement, au niveau des puissances européennes et notamment de la France, qui a quand même contribué à la création de cette situation, il est temps que les nouvelles autorités, puisqu’on parle d’un monde nouveau, prennent leur responsabilité sinon, on pourrait être tenté de croire qu’au fond, c’est la même politique dans de vieilles marmites qui est exécutée par des gens qui se présentent comme étant d’un monde nouveau.

Propos recueillis par Paulin Gessler à Paris.
Linfodrome.com

Author: La Rédaction

2 commentaires sur “Côte-d’Ivoire Libération de Gbagbo: «Emmanuel Macron est au fait de la situation», révèle Guy Labertit

  1. Comme le dit le cher ami de gbagba et à en croire ce cher ami qui ne put prodiguer un seul sage conseil à son ami quant à ne pas engager une guerre sauvage après avoir perdu des élections, il n’y aura donc pas de problème pour sa libération prochaine. Nous en sommes tous certains et le monde attend avec impatience l’arrivée triomphale du messie de mama sur des nuages pour sauver son parti en déliquescence avancée et le goulag invivable et atroce appelé CIV. En effet, les 5400 militants actifs de son parti sont d’ailleurs en préparation pour ériger des bâches partout de l’entrée de Yop jusqu’à wassakara.

    Tout est donc bien qui finira bien, n’est-ce-pas ? Tout baigne, passons donc à autre chose en attendant !

  2. Aussi faut-il rassurer l’ami Guy du prisonnier que gbagba sera élu dès le tout premier tour en 2020. Je l’affirme la main droite sur la « majorité » des 5400 microbes restants.

    En effet, pourquoi pas ? Voyez vous, jamais de mémoire d’homme, je dis jamais, n’avons-nous vu un ancien président prisonnier réaliser autant depuis sa cellule. Ouiii, depuis 2011 gbagba a fait réaliser des routes, des ponts, des barrages, des hôpitaux et que sais-je encore ? Il nous a été dit que TOUT était de lui. C’est donc garantie qu’il battra à plate couture tout candidat RHDP. Et puis, dès son élection il pourra nous situer sur les techniques de pilleurs, pardon du magicien Houdini, utilisées pour les 100 milliards disparus. Ah, oui, ces milliards obtenus vaillamment par ce leader bété avec l’idée uniquement « géniale », je dirai super-géniale, de faire polluer notre pays par déchets toxiques/radioactifs venus des blancs, et tuer et empoisonner dans ce processus ses compatriotes.

    Rassurez-vous Guy, il sera élu en 2020 par l’entremise de cette 3ème Constitution validée par la « grâce » matinée de son parti et entérinée par son successeur. C’est garantie.

    Que vive 2020 !

Comments are closed.