Côte d’Ivoire: Soro Guillaume cherche une virginité politique qu’il ne trouvera jamais

PRAO YAO SERAPHIN

« La dignité, c’est le paratonnerre »
(Anne Barratin)

L’actuel président de l’assemblée nationale, Soro Guillaume, est en train de charmer les Ivoiriens, dans l’optique d’avoir leur suffrage à la prochaine élection présidentielle. Il multiplie les visites à l’intérieur du pays et dans les quartiers de la capitale économique. Il s’invite comme par extraordinaire, dans les fêtes de génération et chez les têtes couronnées. La vérité, c’est que le but inavoué de l’ex chef de la rébellion est de chercher une virginité politique, dans le seul dessein de paraitre fréquentable aux yeux des Ivoiriens. Dans cette réflexion, nous rappelons le passé trouble de l’actuel président de l’assemblée nationale, qui au demeurant, le disqualifie totalement, pour briguer la magistrature suprême de notre pays. Commençons donc, par rappeler les raisons qu’il a évoquées pour justifier sa rébellion contre la Côte d’Ivoire. Selon lui, certains ivoiriens voulaient spolier la nationalité aux frères du Nord « En effet le 19 Septembre 2002, de jeunes ivoiriens ont décidé de combattre cette autre bêtise humaine qu’est l’IVOIRITÉ au prix de leurs vies. Rétablir la dignité de tous les citoyens. Nul ne doit, en effet, être spolié de sa nationalité.…». Comme pour narguer les Ivoiriens, Soro Guillaume justifie avec fierté la tentative de coup d’Etat contre le régime de Laurent Gbagbo, dans la nuit du 19 septembre 2002. Pour lui, ce combat en valait la peine car « ses frères » étaient en passe de disparaitre. Et pour ces frustrations, Soro Guillaume et ses amis rebelles, ont tué, violé et assassiné des honnêtes citoyens qui ont eu le malheur d’être en zone centre, nord et ouest (CN0) de notre pays. Des gendarmes, des policiers, des militaires ont également été tués par une horde d’hommes étranges.


Aujourd’hui, le chef de guerre, devenu ministre, premier ministre et président de l’assemblée nationale, par la force des armes, cherche à compétir de façon civilisée comme s’il découvrait, par enchantement, la beauté des urnes. Les Ivoiriens n’ont pas encore oublié les crimes économiques (casses des agences de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’ouest de Bouaké, Korhogo et Man) et les nombreux morts du fait de la barbarie de ses hommes. Au lieu de finir sa scolarité et postuler comme les jeunes de son âge, l’ex-séminariste a choisi d’emprunter un chemin peu conventionnel pour se hisser au sommet du pays. Selon lui, la meilleure façon de revendiquer pour « ses frères », était de prendre des armes. Et pourtant, le génocide des Guébié est bien réel. Laurent Gbagbo, le bété, n’a jamais pris les armes pour revendiquer une quelconque justice à un peuple dont le cœur continue de saigner. Il a préféré la voie difficile, celle où les convaincus d’une cause, ne cessent d’emprunter, pour aboutir à la noble sacralisation de la vérité. Felix Houphouët Boigny, le père de la nation, n’a jamais usé des armes pour mener son peuple à l’indépendance. Il en va de même du président Henri Konan Bédié, qui a abandonné le pouvoir, en 1999, pour éviter le bain de sang, à son peuple. Sous le régime actuel, la majorité des Ivoiriens se sent étranger dans leur propre pays, et pourtant, elle vit cette douleur en silence.

Dans une logique égoïste et egocentrique, Soro Guillaume sillonne le pays, non pour demander PARDON, pour ses actes, mais pour charmer ses bourreaux d’hier. Pour notre pays, il est plus que jamais nécessaire de prôner le pardon et la réconciliation. Cependant, cela ne signifie pas que les Ivoiriens ont oublié les atrocités de la rébellion de Soro Guillaume, au point de faire de lui, le futur président de la république. A sa place, j’organiserai des tournées dans toutes les contrées du pays pour demander publiquement pardon au peuple pacifique qu’il a endeuillé. Pour notre part, Soro Guillaume peut distribuer ses milliards à certains patriotes qui manquent de dignité et de conviction mais jamais il passera par nous, pour retrouver sa virginité politique perdue.

Commentaires facebook
blank

Publié par La Rédaction

2 commentaires sur “Côte d’Ivoire: Soro Guillaume cherche une virginité politique qu’il ne trouvera jamais

  1. Les ivoiriens n’oublient pas et SORO n’est ici que l’illustration de douleurs et d’injustices perçues dans ce pays !!

    Il y a plus haut un pseudo Bété qui ose parler des déceptions produites dans le traitement de nordistes à qui on aurait déchiré des cartes d’identités, ce qui serait devenu le prétexte pour SORO pour justifier sa rébellion.

    Vu que tout est relatif, il s’agira de comparer une douleur pour une autre et franchement, là, il n’y a pas photo !!

    Peut-on comparer celle de celui qui a perdu sa carte d’identité ou sa dignité à celle de celui qui a perdu un proche, un frère, une sœur, du simple fait qu’il aurait porté un nom WE ou GUERE, dans sa propre ville à DUEKOUE ou ailleurs ??

    Peut-on valider l’invasion en règle subie par de nombreuses populations et la prédation aveugle produite par des troupes nordistes sur des populations qui disent avoir perdu leur carte d’identité et justifient leurs crimes par ce prétexte ??

    Non, SORO sait bien qu’il est extrêmement difficile, sinon impossible d’éteindre le feu dans lequel il a balancé des jerricans d’essence, volontairement et sciemment. On sera parti d’un prétexte qui aurait été légitime à ses yeux, pour finir sur une prédation sans nom dans le but unique de prendre le pouvoir et finalement de le garder définitivement, même si on se sait pertinemment minoritaires dans ce pays !!

    Et maintenant que l’usage des armes ne se justifie plus, maintenant qu’il est question de se bâtir un réel électorat auprès des populations ivoiriennes a qui on a fait tant de mal, maintenant que l’on se rend contre que le seul champ tribal du nord ivoirien ne suffit pas pour se donner de la contenance politique, on essaie maladroitement de glaner des voix, des âmes, des électeurs parmi les populations que l’on aura traumatisées. Tacitement, on sait que l’on pourrait perdre le pouvoir et le laisser filer entre les mains de populations qui auront le droit de se venger des nordistes revanchards, violents et pas suffisamment nombreux pour gagner une élection à eux tout seuls !!

    Quelle maladresse de la part de SORO !!

    Pour reconnaître ses fautes, faire une tournée n’a pas d’importance, C’est un acte individuel, personnel et à la limite intime. C’est un acte qui se traduit à travers des attitudes qui crédibilisent cette conversion. Cela devrait se voir dans le langage et dans toutes les actions que l’on pose. Le pardon commence d’abord par reconnaître ses fautes, reconnaitre ses victimes et partager leur douleur, leur peine, avoir mal à leur place… Le pardon, c’est aussi se démarquer de toutes les personnes qui ne le ressentent pas et qui continuent à infliger des douleurs qu’on aura –enfin- en horreur…

    Les actions de SORO ne sont donc pas crédibles, car il continue de faire partie du système pro OUATTARA. Il continue de vivre des avantages que ce système lui a conférés, que ce soit dans sa position politique actuelle, le confort et l’impunité du PAN, que sa fortune estimée à plusieurs dizaines de milliards, essentiellement tirée des effets de la rapine des rebelles du nord ivoirien. Une fortune bâtie uniquement sur le sang des ivoiriens et non la soif de justice que peut provoquer une carte d’identité déchirée (le salaire de la rébellion qui aurait du être la dignité de tout nordiste enfin reconnue, l’état civil inclusif, renforcé et la nationalité ivoirienne pour tous les nordistes, sans fioritures, ont été oublié pour laisser la place à la prédation, les injustices diverses, l’enrichissement rapide et illicite, l’invasion tribale à tous les postes de responsabilités dans la fonction publique, le copinage et l’affairisme d’état, le tapage de poitrine intempestif et sans raison, qui s’appuie sur une propagande qu’on n’arrive pas a justifier une fois au pouvoir, etc. etc.) !!

    Le pardon, quand on le ressent réellement, on refuse de continuer à profiter des effets de la prédation dont on a été l’auteur !!

    Trop facile mon cher ami SORO !!

    Finalement, il n’y a que les politiciens, il n’y a que GBAGBO LAURENT ou SIMONE EHIVET GBAGBO qui sont aptes à accepter ton pardon SORO (évnetuellement), quitte à ce qu’ils essaient à leur tour, libres et en bonne santé, de l’imposer aux ivoiriens qui te rejettent encore !!

    Et oui, les seules personnes qui pourraient offrir cette virginité à SORO, sont celles qui ont souffert ou continuent de souffrir de sa méchanceté, ces personnes qui sont leaders et qui ont de l’influence sur les populations qui ont subi les rebelles de SORO !!

    SORO connaît donc le seul chemin qui pourrait lui permettre de se racheter une conduite, mais paradoxalement, il n’a aucune influence sur ce chemin. GBAGBO LAURENT est en prison à la HAYE et seul l’état de Cote d’Ivoire peut exiger que l’on sursoie au procès, qu’on le diffère. SIMONE EHIVET GBAGBO est retenue dans un camp de la gendarmerie, entre les mains de la justice qui peut la faire libérer sur haute instruction du régent en charge, doté du pouvoir usurpé, mais réel de grâce présidentielle.

    En d’autres termes, la seule personne qui peut insuffler un vent de pardon et de réconciliation dans ce pays est OUATTARA, le parton de SORO et il est évident qu’il ne le veut pas !!

    SORO prêche donc dans le désert et le fait que OUATTARA ne le suive pas dans ses propos suffit à le distinguer de lui, et par effet de contraste, il passera pour la seule personne dans l’échiquier politique qui parlerait de pardon et de réconciliation …

    Un plan d’enfer pour paraître plus sympathique en somme.

    Rien de plus !!

    De la bonne politique qui ne dit absolument rien sur les réelles intentions de SORO, encore moins sur ses perceptions et son besoin réel de pardon !!

    Le jour où SORO dénoncera ouvertement (si possible dans un livre relié et publié dans une maison de presse) tous le crimes que son camp aura commis sous la rébellion (sinon les plus crapuleux), dans le but de se refaire une conscience, et bien ce jour là, on sera fixé sur sa volonté réelle de recevoir ce pardon, mais il est évident qu’il ne vivra pas suffisamment longtemps pour récolter les fruits de cet acte de réconciliation (il est aussi évident qu’aucune maison d’Edition occidentale ne laissera un pareil livre – forcément bestseller – sortir dans le contexte actuel. Les intérêts de la France seraient menacés) !!

    Il subira un traitement à la IB, aussitôt !!

    Avançons donc et laissons SORO faire son cinéma !!

    Pop !!

  2. Je n ai aucune sympathie pour Mr Soro mais honnêtement, où étaient ses amis du rhdp quand il prenait tous les risques dont les conséquences sont apparemment devenues sont talon d Achille aujourd’hui? Pour moi il est le plus légitime pour succéder à Mr Ouattara comme candidat si on suit leur logique.

    Mais bon de quoi je me mêle ?

Comments are closed.