Côte-d’Ivoire: Les propos de Ouattara à JA sont des « pavés » dans une « marre » (Proche de Soro)

Serge Alain KOFFI

Le président du Mouvement pour la promotion des valeurs nouvelles en Côte d’Ivoire (MVCI), Félicien Sékongo, par ailleurs conseiller du président de l’Assemblée nationale Guillaume Soro, a qualifié mardi de “pavés dans une marre’’ les propos du chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara qui a récemment affirmé que « la nouvelle constitution (l’) autorise à faire deux mandats à partir de 2020 ».

“Pour ce qui est du débat en rapport avec la prétendue candidature de monsieur Ouattara en 2020, le MVCI invite les Ivoiriens à se concentrer sur l’essentiel contenu uniquement dans la sauvegarde de la démocratie, l’amélioration des conditions de vie du peuple (…), et laisser M. Ouattara assis seul devant la marre à s’amuser à y lancer des pavés’’, a dénoncé M. Sékongo, dont le mouvement politique est proche de M. Soro, dans un communiqué.

Dans une interview accordée dans la nouvelle parution du magazine Jeune Afrique, M. Ouattara dont le second mandat à la tête de la Côte d’Ivoire s’achève dans deux ans, a affirmé que « la nouvelle constitution (l’) autorise à faire (encore) deux (autres) mandats à partir de 2020 ».

Une déclaration qui a fait l’effet d’un séisme en Côte d’Ivoire où partisans et adversaires du chef de l’Etat n’arrivent pas à s’accorder sur la légalité constitutionnelle d’un (éventuel) troisième mandat.

Abordant le sujet de la révision de la liste électorale, M. Sekongo, qui a repris à son compte les critiques de l’opposition, a jugé la Commission électorale indépendante (CEI) “illégale’’ et “caduque dans sa composition actuelle’’.

Le gouvernement a donné une fin de non recevoir à l’opposition ivoirienne qui appelle depuis de longs mois à une reforme de la CEI, qu’elle juge inféodée au pouvoir.

Selon Félicien Sékongo, le gouvernement “ répond (à la revendication de l’opposition) par une indifférence désobligeante et une malsaine ruse’’ pour la “pousser à s’auto-exclure de la vie politique’’.

Tout en appelant les Ivoiriens à se faire enrôler, il a, à mots couverts, invité une partie de l’opposition à sursoir à son boycott du recensement électoral, estimant qu’un tel mot d’ordre “ facilite la tâche’’.

Alerte info/Connectionivoirienne.net

DECLARATION DE LA CELLULE POLITIQUE DU MVCI RELATIVE A LA REVISION DE LA LISTE ELECTORALE

Les dates du 18 au 24 juin 2018 sont retenues pour la révision de la liste électorale. Cette opération se présente comme motivée par le projet d’organiser les prochaines élections municipales et régionales en Octobre 2018. En atteste le fait que la périodicité annuelle de cette révision de la liste électorale a été régulièrement violée par la commission électorale indépendante, qui elle-même est devenue caduque dans sa composition actuelle selon la logique constitutionnelle.
Le renouvellement des institutions en Côte d’Ivoire au regard de la Constitution du 8 novembre 2016, recommande, en effet, l’adoption d’un nouveau code électoral et d’une nouvelle commission chargée de conduire tous les nouveaux processus électoraux en Côte d’Ivoire. C’est d’ailleurs le vœu de la majorité de la classe politique Ivoirienne.
Le MVCI observe avec regret que face à toutes ces contingences susmentionnées, le régime de monsieur Ouattara, porteur hier d’énormes espoirs de paix et de cohésion, répond par une indifférence désobligeante et une malsaine ruse.
Devant ces faits des plus regrettables pour la démocratie dans notre pays, et vu les objectifs stratégiques, il s’impose de donner une réponse à la problématique de la participation ou non des Ivoiriens à l’enrôlement électoral à venir.
Pour y arriver, il importe que les partis et mouvements politiques fassent une analyse profonde en tenant compte des attentes du peuple ivoirien. En clair, il faut s’affranchir des conséquences de l’exacerbation émotionnelle pour agir dans le sens d’atteindre les objectifs de démocratie au détriment des adeptes du déni de démocratie et autre autoritarisme absolu.
Pour la démocratie, pour mettre en minorité les ennemis de la paix et de la réconciliation en Côte d’Ivoire, il nous faut posséder les manettes de décision et de l’orientation de la politique générale de notre pays.
Nous accordant sur le fait que l’actuelle commission électorale indépendante est devenue illégale et caduque depuis la promulgation de la Constitution du 8 novembre 2016 ;
Constatant que l’Office national d’identification est insuffisamment opérationnelle du fait de son usage et de son ancrage tendancieusement politicien ;
Notant que le régime fait volontairement la sourde oreille avec pour objectif de pousser l’opposition à s’auto-exclure de la vie politique du pays ;
Relevant que tout boycott de l’enrôlement sans aucun plan d’actions, aucun moyen d’action ou de ressources préalablement définies pour donner suite à des prises de décisions devant permettre la réalisation des objectifs stratégiques, facilite la tâche au régime en place ;

Remarquant que de mémoire nationale, aucune élection n’a jamais été invalidée au motif d’un nombre réduit d’électeurs inscrits sur la liste électorale ;
Considérant qu’aussi bien la conservation que la conquête du pouvoir ne doivent se faire que par voie démocratique ;
Sachant que la clé de voûte pour atteindre nos objectifs cités plus haut se trouve être l’enrôlement réussi et de la suite à donner au processus ;
Le MVCI demande aux Ivoiriens de prendre à leur profit la possibilité de se faire enregistrer avec le certificat de nationalité et milite pour que chaque Ivoirien enrôlé bénéficie à la fois de la carte d’électeur et de la Carte Nationale d’identité.
En conséquence, le MVCI invite tous les Ivoiriens à se mobiliser pour envahir les lieux d’enrôlement munis uniquement de leur certificat de nationalité en ayant à l’esprit que ce processus leur donnera droit à une carte d’électeur et à une Carte Nationale d’Identité.
Pour ce qui est du débat en rapport avec la prétendue candidature de monsieur Ouattara en 2020, le MVCI invite les Ivoiriens à se concentrer sur l’essentiel contenu uniquement dans la sauvegarde de la démocratie, l’amélioration des conditions de vie du peuple largement endommagées, et laisser monsieur Ouattara assis seul devant la marre à s’amuser à y lancer des pavés.
Que personne ne donne vie à cette distraction..

Abidjan, 4 Juin 2018
Pour le MVCI
La Cellule Politique

Author: La Rédaction